Test Epson EH-LS11000W : l’avis de Grégory.

Second rejeton de la nouvelle gamme de projecteurs home cinéma laser Epson 2021-2022 (qui en compte deux!), le LS11000W est une version davantage destinée à trouver sa place dans une pièce à vivre (avec sa couleur blanche) que dans une salle dédiée. Il est commercialisé à 300€ de moins que le modèle anthracite, en l'occurrence le LS12000B dont le test est déjà présent sur ce blog. Tentons de voir lequel des deux est le plus intéressant.

De quoi s’agit-il ?

Le constructeur japonais Epson, champion de la projection Tri-Lcd, a pris pour habitude de nous proposer deux versions de ses nouveaux modèles haut de gamme, une blanche prévue pour les salons et une noire, plus ultime, pour siéger au milieu des murs sombres d’une pièce totalement conçue pour la projection. C’est donc dans cet état d’esprit que les LS11000W (pour White) et LS12000B (pour Black) ont été élaborés. Il s’agit de deux projecteurs LCD de résolution native 1080p avec simulation 4K par wobulation. L’E-shift (le système de simulation 4K) est une nouvelle mouture qui quadruple les pixels alors qu’elle ne faisait que les doubler sur les générations précédentes.

EPSON EH-LS12000B
EPSON EH-LS11000B EPSON EH-LS12000B

Le traitement vidéo est amélioré ainsi que l’aide à la fluidité. L’interpolation d’images fonctionne maintenant également en 4K, ce qui n’était pas le cas sur les modèles à lampes.

L’EH-LS12000B et l’EH-LS11000W d’Epson sont compatibles HDR, HLG mais pas HDR10+ (en tout cas pas sur le LS11000 de ce test).

Mise à jour du 16 février 2022 :

Epson a mis en ligne deux nouvelles mises à jour pour les LS11000 et LS12000 pour activer le support HDR-10+.

Test Epson EH-LS11000W
Pas de support HDR10+

Le contraste natif du LS11000 est annoncé à 2800:1 et celui du LS12000 à 4500:1. Leur source lumineuse laser peut délivrer un contraste dynamique annoncé par le constructeur à 2 500 000:1. L’Epson EH-LS12000B offre donc une puissance lumineuse plus élevée (2700 lumens) que celle du LS11000W (2500 lumens). La technologie repose sur un système hybride conjuguant laser et phosphore.

Nouveaux projecteurs laser EPSON 2021
Source lumineuse laser EPSON

Les Gamers ne sont pas oubliés car avec leurs prises HDMI 2.1 les deux nouveaux lasers sont compatibles avec les jeux 4K@120Hz de la PS5 et de la Xbox Series X. Le constructeur annonce un input lag inférieur à 20 ms (Ce qui était bien le cas sur le LS12000 testé).

L'un comme l'autre sont dotés d’optiques entièrement motorisées ainsi que d’un zoom optique 2,1×, d’une mise au point et d’un Lens-shift vertical et horizontal (±96,3 % verticalement et ±47,1 % horizontalement). Les deux projecteurs sont compatibles avec le logiciel de calibrage Calman et sont certifiés ISFccc. Ces Epson sont couverts par une garantie de 60 mois ou 12000 heures (échéance à la première limite atteinte). Aucun des deux n’est compatible 3D.

Tour de l’appareil

Si le châssis du projecteur reprend le design du TW9400, il n’est en réalité pas tout à fait à l’identique. Ce dernier pesait 11,2 kg et mesurait 520‎ × 450 × 193 mm. Le 11000B a pris du poids (12,7 kg) tout en gardant quasiment le même encombrement (520‎ × 447 × 193 mm). C’est la couverture de la coque qui est différente sur le LS11000. Son touché est plus rugueux. Un beau logo « 4K laser light source » vient l’orner.

La couleur blanche et le logo situé à l’arrière de l’appareil nous signalent que nous sommes bien ici en présence du LS11000W.

Test Epson EH-LS11000W
Epson EH-LS11000W et Blu-ray UHD DUNE

L’objectif est protégé par un cache coulissant électriquement à chaque allumage/extinction de l’appareil. Focus, Lens-shift et zoom se pilotent à l’aide de la télécommande, le nez sur l’écran si on le souhaite (c’est parfait pour ajuster la netteté aux petits oignons). Le rapport de projection est de 1,35 - 2,84:1 ce qui offre une grande liberté dans le placement du projecteur. Concrètement, pour un écran de 2m50 de base, il vous faudra un recul compris entre 3m37 et... 7m10!

La motorisation de l’objectif bénéficie d’un dispositif de mémoire de zoom autorisant après configuration de passer d’un format d’image à l’autre d’un simple appui sur la télécommande.

A l’arrière de l’appareil on trouve le panneau de connectique avec 2 prises USB 1.1 type A, 1 prise USB 2.0 type mini-B, 1 connecteur RS-232C, 1 Interface Ethernet (100 Base-TX/10 Base-T), 1 sortie Trigger, 1 prise HDMI eARC, 1 prise HDMI (HDCP 2.3). Un panneau de commandes est déporté à l’arrière de l’appareil. Une fois que tous les câbles sont branchés il est possible de les dissimuler avec un cache amovible.

Test Epson EH-LS11000W
Connectique Epson EH-LS11000W

La télécommande est toujours le grand et large modèle propre à la marque mais qui a le bon goût de conserver un éclairage bien pratique dans le noir en cours de projection.

Test Epson EH-LS11000W
Télécommande EPSON EH-LS11000W

Tout ceci n’a pas varié d’un iota par rapport au LS12000 ce qui me permet de reprendre quasiment intégralement ce chapitre ainsi que celui dédié aux menus. Pour les différences, elles seront principalement contenus dans les parties « verdict technique et avis subjectif ».

Menus

Epson a dépoussiéré le format en vignettes rectangulaire de ses anciens modèles. Le menu global prend la forme d’un grand rectangle orienté verticalement qu’il est possible de parcourir soit d’une traite, soit par thématique particulière « image, installation, affichage, fonctionnement, etc. ».

Test Epson EH-LS11000W
Menu Epson

Pour la partie image et configuration d’usine, la marque nous propose les options « dynamique, vif, cinéma lumineux, cinéma et naturel ». Chacune est éditable, il est possible de corriger la luminosité, le contraste, les niveaux RVB (Gain et Bias), le Gamma à l’aide d’un éditeur dédié ainsi que la puissance lumineuse du laser (50 % à 100 % par palier de 5%) et la gestion dynamique du laser pour amplifier le contraste (désactivée, normal ou haute vitesse). Deux Gamut sont disponibles, 1 SDR et un rec.2020. Un CMS sur 3 dimensions est également présent. Tout ceci approche de la perfection que tout amoureux de la projection à domicile attend afin de calibrer finement son image. Hélas, les menus viennent se placer dans le champ de mesures de la sonde et rendent plus compliqués les relevés et corrections à apporter.

A noter la présence d’une option Gamma dynamique destiné à la reproduction des sources HDR, HLG ou HDR10+.

Test Epson EH-LS11000W
Menu HDR

Le traitement vidéo dispose d’un mode « super résolution » pour améliorer la netteté de l’image. On peut choisir de l’activer suivant 5 paliers prédéfinis en usine ou alors de l’ajuster précisément soi-même.

D’autres options de réglages spécifiques à Epson sont empruntées aux TW9400/TW7400 telles la gestion de l’alignement des panneaux et la correction du shading (dérives colorées).

Enfin pour les Gamers, un EDID HMDI permet de sélectionner la fréquence de sortie jusqu’au 4K 120hz à 40Gbps.

Verdict technique

Bruit de fonctionnement :

A 50 cm de l’appareil je relève avec le laser à pleine puissance (100%) 38,2 dB (un peu moins que le LS12000 et ses 38,6 dB mais c’est anecdotique). En abaissant le niveau à 75 % le sonomètre affiche 33,4 dB (toujours moins que le 12000) puis 31,5 dB à 50 %. Les très faibles écarts ne permettent pas de départager les deux modèles lesquels sont discrets à partir de 75 % de puissance de laser.

Consommation électrique :

Le LS11000W est moins lumineux que le LS12000B et devrait donc réclamer un peu moins d’énergie. C’est bien le cas puisque je relève successivement 137W contre 143,6W (50% de laser), 188,3W (75 % de laser) et enfin 226W contre 249,9W (100%) en comparaison avec le LS12000B qui était déjà raisonnable pour ses besoins en électricité.

Netteté et piqué:

Dans les bords de l’image de la mire de netteté 4K de la suite d’Avsforums est présente une rangée de petits symboles carrés : ils sont tous reproduits finement. Toutefois, à l’analyse des rectangles de la mire ci-dessous on obtient la reproduction de toutes les lignes de ceux de la rangée centrale à l’exception des deux les plus éloignés. Cela reste donc de la simulation 4K.

Test Epson EH-LS11000W
Précision image 4K

Le LS11000 est pourvu de trois panneaux LCD. Cette technologie de projection est sujette à ce que l’on appelle des défauts d’alignement qui se matérialisent par des lignes de couleurs présentes aux abords de ligne de définition blanches comme sur la photo ci-dessous. Une bordure rouge limitée à un pixel d’écart est mise en évidence. C’est anecdotique et il faut savoir qu’il ne sera pas possible d’obtenir une reproduction parfaite de la ligne blanche avec un projecteur tri-lcd. Ils sont tous sujets à ces écarts, le tout étant de le limiter le plus possible, ce qui est le cas avec le LS11000. Si besoin une option de correction électronique des panneaux est disponible dans les menus de réglages.

Test Epson EH-LS11000W
Alignement des panneaux

Le mode super résolution peut être activé pour augmenter la sensation de piqué. Je vous conseille cependant de désactiver les réducteurs de bruit et de vous limiter au maximum au 3ème niveau pour conserver le naturel de l’image.

Test Epson EH-LS11000W
Double contours super résolution trop forte

Fluidité :

L’interpolation d’images disponible sur les TW9400 et TW7400 a été l’objet de nombreuses critiques. La première concernait son absence de prise en charge des signaux 4K HDR et la seconde son imprécision notable avec un résultat difficilement supportable.

Le LS12000B et le LS11000 embarquent une nouvelle électronique dans laquelle l’aide à la fluidité fonctionne pour les sources 1080p et 4K. Je leur ai donc donné à restituer la fameuse parade horizontale des piments disponible sur le disque UHD Blu-ray de Spears and Munsils. Avec ce travelling horizontal, les objets en mouvements sont correctement reproduits (sans déformation ou ralentissement) à partir des niveaux « moyen » et « haut » de l’interpolation d’images. Le judder demeure présent en désactivant cette option et aussi dans le mode « bas ».

Test Epson EH-LS11000W
Fluidité Epson EH-LS11000W

C’est une belle amélioration par rapport aux TW7400/TW9400.

Input lag :

Le LS11000 affiche un input lag de 60,2 ms (141,8 ms pour le LS12000) avec les panneaux LCD travaillant en mode « fine ». Or, développé pour les nouvelles consoles avec ses prises HDMI 2.1 compatibles 120hz, il comporte une sélection « fast » réduisant le retard à un exceptionnel 19,3 ms (19,4 LS12000b). Ce résultat est conforme aux annonces du constructeur et permet à ce nouveau modèle d’être particulièrement intéressant pour s’adonner à des jeux vidéo en réseau sur très grand écran.

Overscan et shading :

Le gros avantage d’un projecteur LCD sur la production DLP actuelle est la certitude de l’absence totale d’effet arc-en-ciel mais c’est surtout la garantie de n’avoir pas cette bande grise lumineuse autour de l’image (puce DMD 0,47). Le pourtour de l’image est noir et reste noir.

L’analyse de la présence d’un éventuel rognage qui serait effectué par le traitement vidéo du projecteur ne relève aucun défaut comme l’atteste la mire d’overscan jointe.

Test Epson EH-LS11000W
Overscan

Enfin, la recherche de dérives colorées sur fonds clairs propres aux projecteurs LCD s’est avérée négative.

Speckle laser :

Tout comme pour le LS12000B, aucune trace de Speckle n’est discernable sur le LS11000W.

Colorimétrie, luminosité et contraste :

Le mode naturel en sortie de boîte est celui qu’il convient d'utiliser pour obtenir la meilleure colorimétrie SDR en sortie de boîte (c’était déjà le cas que le LS12000). La température de couleurs est de 6455K avec un écart deltaE de 5,60 et un Gamma un peu faible placé à 2,08. Des valeurs d’un projecteur de série très proches du modèle LS12000 de présérie qui aura servi pour mon test.

Pour les programmes HDR, le mode Cinéma lumineux à encore une fois ma préférence mais j’ai été obligé de me servir de la gestion « gamma dynamique » (qui n’a rien de dynamique puisqu’il faut soi-même ajuster le curseur sur un pas étalonné de 1 à 20) pour arriver à corriger une image quelquefois trop sombre.

Test Epson EH-LS11000W
Gamut rec2020 Epson EH-LS11000B

Les 2500 lumens annoncés par le constructeur sont présents dans le mode « dynamique » pour lequel il faudra se « contenter » de 1717 lumens avec des couleurs justes (1800 lumens pour le LS12000B) et 100 % de la puissance du laser. Cette valeur passe à 1399 lumens à 75 % (1337 lumens pour le LS12000B). Dans ces conditions, le LS11000B est capable de diffuser une image HDR en conservant 26 fL de luminance sur un écran au format 16/9ème de 3m30 de base (100 % de puissance).

Le contraste natif est en très net recul par rapport à celui du LS12000 : 1103:1 contre 3287:1. Nous touchons ici à la faiblesse majeure de la version blanche.

Test Epson EH-LS11000W

Comme pour le LS12000B, la gestion de la puissance du flux lumineux se fait en temps réel par le projecteur en modulant le laser. Si cette solution est particulièrement performante, sans effets de pompage elle n’arrive pas à rendre la puissance et la profondeur des noirs disponibles avec le LS12000B.

Verdict subjectif

Après un test du projecteur tri-laser Fengmi T1 et sa colorimétrie toute particulière, il est apaisant de retrouver des couleurs naturelles dès la sortie de boîte avec le LS11000W. Le Blu-ray d’Oblivion est sublimé dans ses scènes de jours avec un ciel d’un bleu idéal et des teintes chair qui ne virent pas à la tomate.

Sans atteindre les sommets de la précision d’une image DLP, les détails et le piqué sont présents avec des transitions et travellings jamais heurtés ou déformés. La fluidité est au rendez-vous et n’oblige pas à activer l’interpolation d’images. En effet, l’Epson lit les signaux 24p sans les convertir en 60hz et donc pas de mauvais 3:2 Pulldown à redouter.

Malgré cette belle sensation d’équilibre des couleurs et de la luminosité, je n’arrive pas à me défaire de l’impression qu’il manque quelque chose... L’apparition des premières scènes nocturnes permet d’identifier le responsable de ce malaise à savoir un contraste natif moyen qui dénote face aux performances de la version noire. On me rétorquera que ce critère n’est pas important dans une pièce claire comme un salon mais avec des écrans techniques ALR de plus en plus performants, cet argument n’est plus d’actualité.

C’est avec des sources 4K HDR que j’ai perçu le plus de différences avec le LS12000B. Chez ce dernier en effet le mapping des sources HDR était plutôt bien réalisé, Cela a moins été le cas avec le LS11000 pour lequel il a fallu mettre la main à la pâte et corriger moi-même des images trop sombres. Le summum étant obtenu avec la version 4K HDR de Dune pour lequel j’ai du positionner le réglage de Gamma EOTF sur +20 (il est réglé par défaut à +8). Pour être totalement transparent sur ce sujet, je n’avais pas ce film au moment du banc d’essai du LS12000. A des niveaux moins importants, c’est à dire avec des écarts de valeurs plus petits, il a été nécessaire d'intervenir sur d’autres films HDR comme 1917 ou X-men Apocalypse. Les promesses d’une gestion automatisée des signaux HDR par le biais d’une Dynamic Tone Mapping ne sont donc pas au rendez-vous.

Test Epson EH-LS11000W
4K HDR Dune

Conclusion

Le LS11000W est dépositaire de nombre de qualités décelées dans l’image du LS12000B à l’exception notable de celle relative au contraste. Avec un écart de prix si réduit (300€), j’ai du mal à imaginer sacrifier ce critère visuel fondamental, essence même d'une belle et sereine expérience de cinéma à domicile. Pour les esthètes de l'objet, il reste comme seconde motivation d’achat celle de la couleur de la coque mais qui paraît bien dérisoire face à l’excellent modèle concurrent… le LS12000B et son image sans faiblesses. Bref, les frères ébène et ivoire ne sont pas des clones sous leur capot.

C’est donc tout naturellement que je recommande chaudement de plutôt sacrifier au surcoût financier pour pouvoir s’offrir le meilleur des deux : l’Epson EH-LS12000B.

J’ai aimé :

- La source lumineuse laser,

- La colorimétrie en sortie de boîte,

- La fluidité,

- L’input lag,

- La luminosité,

- Les menus complets,

- La discrétion de fonctionnement.

Je regrette :

- Le contraste natif trop faible,

- Une compatibilité HDR-10+ annoncée pas au rendez-vous.

- Une gestion du Gamma EOTF prises à quelques reprises en défaut obligeant utilisateur à intervenir manuellement.

EPSON EH-LS12000B
EPSON EH-LS11000W EPSON EH-LS12000B
ENGLISH VERSION

Second offspring of the new range of Epson 2021-2022 laser home theater projectors (of which there are two!), the LS11000W is a version more intended to find its place in a living room (with its white color) than in a dedicated room. It is marketed at 300€ less than the anthracite model, in this case the LS12000B, whose test is already present on this blog. Let's see which one is the most interesting.

What is it about?

The Japanese manufacturer Epson, champion of Tri-Lcd projection, has made a habit of offering two versions of its new high-end models, a white one designed for living rooms and a black one, more ultimate, to sit in the middle of the dark walls of a room totally designed for projection. The LS11000W (for White) and LS12000B (for Black) have been designed with this in mind. These are two 1080p native resolution LCD projectors with 4K simulation via wobble. The E-shift (the 4K simulation system) is a new version that quadruples the pixels while it only doubled them on previous generations.

EPSON EH-LS12000B
EPSON EH-LS11000B EPSON EH-LS12000B

The video processing is improved as well as the smoothness support. Image interpolation now also works in 4K, which was not the case with the tube models. The Epson EH-LS12000B and EH-LS11000W are HDR, HLG compatible but not HDR10+ (at least not on the LS11000 of this test).

Test Epson EH-LS11000W
Pas de support HDR10+

The native contrast of the LS11000 is announced at 2800:1 and the LS12000 at 4500:1. Their laser light source can deliver a dynamic contrast announced by the manufacturer at 2 500 000:1. The Epson EH-LS12000B offers a higher light output (2700 lumens) than the LS11000W (2500 lumens). The technology is based on a hybrid system combining laser and phosphor.

Nouveaux projecteurs laser EPSON 2021
Source lumineuse laser EPSON

Gamers are not forgotten because with their HDMI 2.1 plugs, the two new lasers are compatible with 4K@120Hz games of the PS5 and Xbox Series X. The manufacturer announces an input lag of less than 20 ms (which was indeed the case on the LS12000 tested).

Both have fully motorized optics as well as 2.1× optical zoom, focus, and vertical and horizontal lens shift (±96.3% vertically and ±47.1% horizontally). Both projectors are compatible with Calman calibration software and are ISFccc certified. These Epson's are covered by a 60 month or 12,000 hour warranty (whichever comes first). Neither of them is 3D compatible.

Look of the device

While the chassis of the projector follows the design of the TW9400, it is actually not quite the same. The latter weighed 11.2 kg and measured 520 × 450 × 193 mm. The 11000B has gained weight (12.7 kg) while keeping almost the same footprint (520 × 447 × 193 mm). It is the cover of the shell that is different on the LS11000. Its touch is rougher. A nice logo "4K laser light source" comes to decorate it.

The white color and the logo on the back of the device indicate that we are in the presence of the LS11000W.

Test Epson EH-LS11000W
Epson EH-LS11000W et Blu-ray UHD DUNE

The lens is protected by an electrically sliding cover each time the camera is turned on or off. Focus, Lens-shift and zoom are controlled with the remote control, with the nose on the screen if you wish (it's perfect to adjust the sharpness). The projection ratio is 1.35 - 2.84:1 which offers a great freedom in the placement of the projector. Concretely, for a 2m50 screen, you will need a distance between 3m37 and... 7m10!

The motorization of the lens benefits from a zoom memory device allowing, after configuration, to switch from one image format to another with a simple press on the remote control.

Test Epson EH-LS11000W
Connectique Epson EH-LS11000W

At the back of the device we find the connectivity panel with 2 USB 1.1 type A, 1 USB 2.0 type mini-B, 1 RS-232C connector, 1 Ethernet interface (100 Base-TX/10 Base-T), 1 Trigger output, 1 HDMI eARC connector, 1 HDMI connector (HDCP 2.3). A control panel is located at the back of the unit. Once all the cables are connected it is possible to hide them with a removable cover.

The remote control is still the large and wide model of the brand but has the good taste to keep a very practical lighting in the dark during projection.

Test Epson EH-LS11000W
Télécommande EPSON EH-LS11000W

All this has not changed one iota compared to the LS12000, which allows me to take up almost entirely this chapter as well as the one dedicated to the menus. As for the differences, they will be mainly contained in the "technical verdict and subjective opinion" parts.

Menus

Epson has dusted off the rectangular thumbnail format of its older models. The global menu takes the form of a large vertically oriented rectangle that can be browsed either in one go or by particular theme "image, installation, display, operation, etc.".

Test Epson EH-LS11000W
Menu Epson

For the image part and factory configuration, the brand offers us the options "dynamic, vivid, bright cinema, cinema and natural". Each is editable, it is possible to correct the brightness, contrast, RGB levels (Gain and Bias), the Gamma using a dedicated editor as well as the light power of the laser (50% to 100% in 5% increments) and the dynamic management of the laser to amplify the contrast (disabled, normal or high speed) Two Gamut are available, 1 SDR and 1 rec.2020. A CMS on 3 dimensions is also present. All this approaches the perfection that every home projection lover expects in order to finely calibrate his image. Alas, the menus are placed in the field of measurements of the probe and make it more complicated to make readings and corrections.

Note the presence of a Dynamic Gamma option for the reproduction of HDR, HLG or HDR10+ sources.

Test Epson EH-LS11000W
Menu HDR

The video processing has a "super resolution" mode to improve the sharpness of the image. You can choose to activate it according to 5 predefined steps in the factory or to adjust it precisely yourself.

Other options of adjustments specific to Epson are borrowed from the TW9400/TW7400 such as the management of the alignment of the panels and the correction of the shading (coloured drifts).

Finally for the Gamers, an EDID HMDI allows to select the output frequency up to 4K 120hz at 40Gbps.

Technical verdict

Operating noise :

At 50 cm from the device I read 38.2 dB with the laser at full power (100%) (a little less than the LS12000 and its 38.6 dB but it is anecdotal). By lowering the level to 75% the sound level meter shows 33.4 dB (still less than the 12000) then 31.5 dB at 50%. The very small differences do not allow to separate the two models which are discrete from 75% of laser power.

Power consumption :

The LS11000W is less bright than the LS12000B and should therefore require a little less energy. It is indeed the case since I successively read 137W against 143,6W (50% laser), 188,3W (75% laser) and finally 226W against 249,9W (100%) in comparison with the LS12000B which was already reasonable for its power needs.

Sharpness and sharpness:

In the edges of the image of the 4K sharpness test pattern of the Avsforums suite there is a row of small square symbols: they are all finely reproduced. However, when analyzing the rectangles of the test pattern below, we obtain the reproduction of all the lines of those of the central row except for the two most distant. This is still a 4K simulation.

Test Epson EH-LS11000W
Précision image 4K

The LS11000 is equipped with three LCD panels. This projection technology is subject to what is called misalignment which is materialized by colored lines present at the edge of the white definition line as in the picture below. A red border limited to one pixel difference is highlighted. This is anecdotal and it should be noted that it will not be possible to obtain a perfect reproduction of the white line with a tri-lcd projector. They are all subject to these deviations, the trick is to limit it as much as possible, which is the case with the LS11000. If necessary, an electronic panel correction option is available in the settings menus.

Test Epson EH-LS11000W
Alignement des panneaux

The super resolution mode can be activated to increase the sensation of sharpness. However, I advise you to deactivate the noise reducers and to limit yourself to the 3rd level to keep the naturalness of the image.

Test Epson EH-LS11000W
Double contours super résolution trop forte

Fluidity:

The image interpolation available on the TW9400 and TW7400 has been the subject of many criticisms. The first one concerned its lack of support for 4K HDR signals and the second one its notable inaccuracy with a result that was difficult to bear.

Test Epson EH-LS11000W
Fluidité Epson EH-LS11000W

The LS12000B and LS11000 ship with new electronics in which the smoothness aid works for 1080p and 4K sources. So I gave them to render the famous horizontal dolly available on the Spears and Munsils UHD Blu-ray disc. With this horizontal dolly, moving objects are correctly reproduced (without distortion or slowdown) from the "medium" and "high" levels of the frame interpolation. The judder is still present when this option is turned off and also in the "low" mode.

This is a nice improvement over the TW7400/TW9400.

Input lag:

The LS11000 shows an input lag of 60.2 ms (141.8 ms for the LS12000) with the LCD panels working in "fine" mode. However, developed for the new consoles with its HDMI 2.1 plugs compatible 120hz, it includes a "fast" selection reducing the delay to an exceptional 19.3 ms (19.4 LS12000b). This result is in accordance with the manufacturer's announcements and allows this new model to be particularly interesting for playing networked video games on a very large screen.

Overscan and shading:

The big advantage of an LCD projector over the current DLP production is the certainty of the total absence of rainbow effect but it is especially the guarantee of not having this luminous gray band around the image (DMD 0.47 chip). The periphery of the image is black and remains black.

The analysis of the presence of a possible cropping which would be carried out by the video processing of the projector does not reveal any defect as the attached overscan test pattern attests.

Test Epson EH-LS11000W
Overscan

Finally, the search for colored drifts on clear backgrounds specific to LCD projectors proved negative.

Laser Speckle:

As with the LS12000B, no trace of Speckle is discernible on the LS11000W.

Colorimetry, brightness and contrast:

The natural mode out of box is the one to use to obtain the best SDR colorimetry out of box (it was already the case that the LS12000). The color temperature is 6455K with a deltaE of 5.60 and a Gamma a little low placed at 2.08. Values of a series projector very close to the LS12000 model of pre-production which was used for my test.

For HDR programs, the bright Cinema mode is once again my preference but I had to use the "dynamic gamma" management (which is not dynamic at all since you have to adjust the slider yourself on a calibrated step from 1 to 20) to correct an image that was sometimes too dark.

Test Epson EH-LS11000W
Gamut rec2020 Epson EH-LS11000B

The 2500 lumens announced by the manufacturer are present in the "dynamic" mode for which it will be necessary to "make do" with 1717 lumens with fair colors (1800 lumens for the LS12000B) and 100% of the laser power. This value increases to 1399 lumens at 75% (1337 lumens for the LS12000B). In these conditions, the LS11000B is able to diffuse an HDR image by keeping 26 fL of luminance on a screen in the format 16/9th of 3m30 of base (100 % of power).

Test Epson EH-LS11000W

The native contrast is in very clear decline compared to the LS12000 : 1103:1 against 3287:1. We touch here the major weakness of the white version.

As for the LS12000B, the management of the power of the luminous flux is done in real time by the projector by modulating the laser. If this solution is particularly powerful, without pumping effects, it does not manage to give the power and the depth of blacks available with the LS12000B.

Subjective verdict

After a test of the Fengmi T1 tri-laser projector and its peculiar colorimetry, it is soothing to find natural colors right out of the box with the LS11000W. Oblivion's Blu-ray is sublime in its daytime scenes with an ideal blue sky and flesh tones that don't turn tomato.

Without reaching the heights of precision of a DLP image, details and sharpness are present with transitions and dollies that are never bumpy or distorted. The fluidity is there and does not require to activate the interpolation of images. Indeed, the Epson reads 24p signals without converting them to 60hz and therefore no bad 3:2 Pulldown to fear.

In spite of this beautiful feeling of balance of colors and luminosity, I can't get rid of the impression that something is missing... The appearance of the first night scenes makes it possible to identify the person responsible for this uneasiness, namely an average native contrast which is out of step with the performance of the black version. One might retort that this criterion is not important in a bright room like a living room, but with ALR technical screens that are more and more efficient, this argument is no longer relevant.

It is with 4K HDR sources that I perceived the most differences with the LS12000B. With the LS12000B, the mapping of the HDR sources was rather well done. This was less the case with the LS11000 for which I had to correct myself some images that were too dark. The ultimate being obtained with the 4K HDR version of Dune for which I had to position the EOTF Gamma setting on +20 (it is set by default to +8). To be totally transparent on this subject, I did not have this film at the time of the LS12000 test bench. At lower levels, i.e. with smaller differences in values, it was necessary to intervene on other HDR films like 1917 or X-men Apocalypse. The promises of an automated management of HDR signals by means of Dynamic Tone Mapping are therefore not met.

Test Epson EH-LS11000W
4K HDR Dune

Conclusion

The LS11000W has many of the same qualities as the LS12000B, with the notable exception of contrast. With such a small price difference (300€), I find it hard to imagine sacrificing this fundamental visual criterion, the very essence of a beautiful and serene home theater experience. For the aesthetes of the object, the color of the shell remains as a second motivation to buy, but it seems quite derisory compared to the excellent competing model... the LS12000B and its flawless image. In short, the ebony and ivory brothers are not clones under their hood.

It is thus quite naturally that I warmly recommend to sacrifice the financial overcost to be able to offer the best of both: the Epson EH-LS12000B.

I liked:

- The laser light source,

- The colorimetry out of the box,

- Fluidity,

- Input lag,

- Brightness,

- The complete menus,

- Discretion of operation.

I regret:

- The native contrast is too low,

- A compatibility HDR-10+ announced not at the rendez-vous.

- A management of the Gamma EOTF taken a few times in default forcing user to intervene manually.

EPSON EH-LS12000B
EPSON EH-LS11000W EPSON EH-LS12000B

20 Commentaire(s)

  1. Paposaure dit :

    Bon projecteur mais placement tarifaire incompréhensible.

  2. Cliff dit :

    Merci pour ce test du coup je ne regrette pas ma précommande du 12000

  3. luigi dit :

    Pas bien pigé leur logique chez Epson,mais bon quand tu est prêt à mettre pratiquement 5000e tu vas pas “chipoter” pour 300e!

  4. Amo dit :

    Hello! Do you know if ls12000 is the tw9400 successor?
    Or we have still a chance to see a 9500…
    Thanks for all your shared info!

    1. Grégory dit :

      Bonsoir, à ma connaissance il n’y aura pas de successeur au TW9400.

      1. amo dit :

        Dommage… j’attendais qu’il arrive.
        Les lasers sont trop chers pour l’usage que je vais leur donner.

        Pensez-vous que le tw9400 continuera à se vendre longtemps ?

        Est-ce toujours une bonne option ou est-ce obsolète ?

        Merci beaucoup!

        1. Grégory dit :

          Bonjour Arno, le TW9400 reste un excellent projecteur mais avec une interpolation d’images pas terrible. EPSON a bien corrigé le tir avec les LS11000 et LS12000.

  5. Grégory dit :

    Bonjour Michel, tu trouveras ton bonheur ici :

    https://www.avsforum.com/threads/avs-hd-709-blu-ray-mp4-calibration.948496/

    Attention la photo en illustration de la partie relative à la netteté est issue de l’UHD BR de Spears and Munsil ici :

    http://spearsandmunsil.com/

  6. Greg dit :

    Merci pour le test Greg

  7. LotF dit :

    Thank you Greg! I was putting your numbers from 11000, 12000 and 9400 together in a chart and was wondering if you can clearify the modes for me? Somehow I don’t think “cinema lumineux” is the same from the LS tests to the TW9400, is it? Also, I think you got a typo in the “dyn. contrast high speed” in “Dynamic Mode”, because the number seems a bit off.

    1. Grégory dit :

      Bonsoir, même s’il y a 5 modes je ne peux trouver de concordance sur toutes les sélections usine entre le TW9400 et les LS11000 et LS12000. Je ne pense pas avoir fait d’erreur dans les relevés.

      1. LotF dit :

        Thanks for your reply!
        What I meant: Obviously there is “cinéma lumineux” and “cinéma dynamique” on the TW9400. With the LS11/12000 the “cinéma dynamique” is gone and instead there’s “vivid”. Can I assume that the numbers between the units should be comparable in “cinéma lumineux” though and that Epson not just called “cinéma lumineux” “vivid” or maybe “cinéma dynamique” is “vivid”?
        Also, your one reading is “329387” which is just totally off to all the others (even compared to the two other models), hence I thought you got one digit too much and just a typo in there 🙂

        1. LotF dit :

          Gregory, nevermind I got confused by the French term “cinéma dynamique” is “digital cinema”, the one preset mode with the DCI Filter, which the LS12000 does not have. That makes sense now! (I did not know that “cinema” and “digital cinema” are so close comparing lumens on the TW9400 though)

        2. Grégory dit :

          Bonjour, ce n’est pas une erreur. C’est juste une valeur de contraste impossible à atteindre avec un film car dans cette configuration je pense que le laser était complètement coupé.

          1. LotF dit :

            Hi,
            I thought it was odd compared to the LS12000 and TW9400, especially because the latter having higher values on all the other settings. That’s why I tought you got a typo in there. But you are way more experienced than I am and if that makes sense to you, ok 🙂 Thank you for your time and effort!

  8. Julien dit :

    Je profite de ton superbe Test pour te demander si tu as des nouvelles du successeur du TH7100. Je panique à l’idée que Epson ne va rien sortir avec cette coque plus modeste et plus facile à placer pour moi.

  9. Grégory dit :

    Epson a mis en ligne deux nouvelles mises à jour pour les LS11000 et LS12000 pour activer le support HDR-10+.

  10. Merlau dit :

    Bonsoir ! Bonne nouvelle certes, mais où peut-on acquérir le LS12000? Merci !

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

  • Test Xiaomi Mijia 1S 4K : l’avis de Grégory
    Bonjour la communauté, J'ai une question concernant le paramétrage audio du video. Je cherche une configuration assez fine pour percevoir…
    le 2023-01-27 16:19:24 par Joe
  • JVC LX-NZ30 DLP laser 4K XPR
    Bonjour Gregory, Je vous lis depuis plusieurs années et suis stupéfait par vos tests très complets qui permettent aux personnes…
    le 2023-01-27 10:53:17 par willon
  • Test Xiaomi laser Cinéma 2 : l’avis de Grégory.
    Bonjour, il est en test ici : https://www.mondoprojos.fr/2022/05/08/test-xiaomi-full-color-laser-cinema/
    le 2023-01-26 11:09:52 par GregW
  • Test Xiaomi laser Cinéma 2 : l’avis de Grégory.
    Bonjour, Merci pour cet article et la Màj apporté ! Apparemment le modèle aurait évolué, le Cinema2 est difficilement trouvable…
    le 2023-01-26 11:07:02 par Nafoot
  • Test Fengmi S5
    Tout à fait.
    le 2023-01-25 13:16:03 par GregW
  • Test Fengmi S5
    C'est compliqué l'image... :). Du coup, quand on bascule d'un mode de puissance lumineuse à l'autre (sans toucher à quoique…
    le 2023-01-25 13:14:26 par pingaddict

Catégories

ActualitésNon classéTests vidéoprojecteurs & toiles