Test BenQ X3000i

Dernière des nouveautés BenQ à passer sur le grill estival de mondoprojos.fr, le BenQ X3000i. Sorti depuis déjà quelques mois, il a fait l’objet de nombreux tests sur le web. On ne parlera donc pas d’exclusivité pour ce nouveau banc d’essai. J’avoue que je ne faisais pas preuve d’un enthousiasme débordant à l’idée de tester un nouveau modèle orienté Gaming mais après les bonnes surprises délivrées par l’image du TH690ST, c’est revigoré que je me suis attaché à examiner ce nouveau cube LED, successeur 4K XPR du X1300i déjà testé sur le blog.

De quoi s’agit-il ?

Après une version uniquement Full HD (1920×1080), BenQ s’est attelé à développer une évolution 4K XPR du X1300i. Si la forme reste inchangée, un bloc optique plus performant et apte à restituer une image 4K a été installé. C’est toujours une puce 0,65 DMD qui est mise en œuvre mais avec un traitement 4K XPR (Extended Pixel Resolution).

Kézako le traitement 4K XPR ?

La puce DMD 0,65 du X3000i compte environ 2 millions de pixels puisqu'elle a une résolution native full HD de 1920 × 1080 (= 2 073 600 pixels). Il faudrait une puce du quadruple de ces pixels pour obtenir la résolution UHD d'environ 8 millions (3840 × 2160 = 8 294 400 pixels). A défaut, la puce 0,65 peut augmenter sa fréquence de fonctionnement jusqu’à 240hz de manière à pouvoir lire toutes les informations de l’image de manière décalée et à ultra grande vitesse. C'est dingue à imaginer mais c'est le job du traitement XPR.

Concrètement, le XPR prend les informations 4K et les divise en 4 partitions, de 2 millions de pixels chacune, afin que la puce DMD full HD puisse les lire. En jouant ces 4 morceaux individuels 60 fois chacun, soit un total de 240 fois en une seconde, elle arrive à faire tenir toutes les informations 4K dans seulement 2 millions de pixels.

Le module XPR, en parfaite communication avec la puce DMD, change en effet de position dans le pixel de sorte que durant ces 240Hz il alterne dans quatre positions différentes, 60 fois dans chaque position. Ce cycle de mouvement du pixel est essentiellement de 60 fois par seconde (240Hz ÷ 4 = 60Hz). L'image que notre œil recevra en une seconde sera donc constituée de 60 images (60Hz) de ce "cycle de pixels" et recevra également chaque pixel dans quatre positions différentes.

Le quadruplement des pixels pour obtenir une résolution UHD à partir d'une puce Full HD est ainsi réalisé mais ces 8 millions de pixels n'existent pas en même temps sur notre écran car ils sont affichés avec un infime décalage entre eux, tellement léger et tellement rapide que notre œil ne peut pas le distinguer. Si l’illusion est parfaite en fonctionnement, lorsqu’on fige l’image, comme je le fais pour afficher les mires de tests de la partie verdict technique, on s’aperçoit naturellement que le traitement XPR ne permet pas de lire tous les éléments d’une vraie image 4K. C’est pour cette raison qu'on parle de simulation 4K.

Or cette simulation est très efficace. En fonctionnement, certains projecteurs DLP avec un bon bloc optique peuvent de la sorte visuellement surpasser en piqué les projecteurs 4K natifs (Jvc, Sony) grâce à leur meilleure acutance. Associée à une plus grande résistance dans le temps, on comprend mieux pourquoi certains ne jurent que par les micro-miroirs de Texas Instruments pour leur salle de cinéma à la maison.

Après cet intermède technologique qu'il n'est pas superflu de rappeler de temps en temps, revenons maintenant au X3000i. Sa source lumineuse est composée de 4 LED. Le constructeur annonce une haute puissance lumineuse de 3000 lumens. Pour y parvenir, il n'utilise pas un système d'éclairage à trois LED RVB classique mais une architecture à quatre LED, à savoir deux bleues, une rouge et une verte.

Avec sa conception dédiée au Gaming il propose des modes spécifiques de colorimétrie pour aider à la retranscription des jeux vidéo, tels que FPS (First Person Shooter, jeu de tir à la première personne) ou Role Playing Game RGP (pour les jeux de rôles) tout ça avec également un input lag réduit à 8 ms en 120hz.

Pour la partie qui nous intéresse en premier lieu, celle de la restitution des films, le nouveau BenQ embarque un dispositif d'auto calibration et est compatible 4K HDR-10/HLG et 3D DLP-Link (lunettes à acquérir en option).

Ce modèle reconduit le système audio TreVolo composé de deux haut-parleurs de 5 Watts. Le projecteur est compatible HDR-10/HLG et est 3D Ready.

Le BenQ X3000i est commercialisé à 1990€ dès à présent.

Tour physique

La lettre "i" est synonyme chez BenQ d'options SmartTV, toutefois pas en interne. Il faut lui brancher un dongle HDMI, lequel est contenu dans la boîte avec le projecteur. A ce propos, je pense que le constructeur devrait plutôt réduire le prix de ce modèle en le livrant sans le module et en laissant à l’utilisateur le choix d’un stick externe compatible avec toutes les chaînes de streaming, d’autant que le projecteur fait l’impasse sur le lecteur médias interne. Dans ce domaine, BenQ traine face à la concurrence.

Pour installer ce dongle Androïd TV il faut enlever le capot et c'est sous celui-ci qu'on trouve la prise HDMI ad-hoc. L'alimentation nécessaire sous la forme d'un câble micro USB B est également présente et doit être connectée au dongle.

Du côté optique, on distingue une sortie bien plus imposante que celle du X1300i avec un bloc scellé derrière un verre de protection.

Test BenQ X3000i
BenQ X3000i

Les boutons de commande et la bague de mise au point/zoom manuels sont situés dans le sens de la projection sur le panneau latéral droit. Le X3000i possède un zoom optique de 1,3 (rapport de projection 1,15-1,50:1). En termes de distances de placement pour 2m50 de base, il faudra un recul minimum de 2m87 et maximum de 3m65. Attention, le niveau de son offset est particulièrement élevé (110%) et sans Lens-shift cela m’a gêné pour l’installer en position table dans mon salon. A contrario, cet offset contentera sans doute ceux qui voudront installer l'engin au plafond.

Dans le cas où on ne pourrait placer l'engin pile-poil en face de l'écran, le trapèze créé par la déviation de l'angle de projection peut être compensé électroniquement à la fois verticalement et horizontalement grâce à la correction trapézoïdale 2D dans le menu.

Avec des dimensions de 272 × 197 × 259mm (L × H × P) et un poids de 6,4 kg, l'appareil cubique en impose et sera moins facile à positionner que d’autres projecteurs LED compacts.

Test BenQ X3000i
Connectique BenQ X3000i

Pour la connectique on trouve deux prises HDMI (version 2.0b, HDCP 2.2) à usage d'entrées de signal, dont l'une possède un canal de retour audio, ce qui permet d'éviter un câble audio supplémentaire pour le récepteur AV. Aucun média ne peut être lu via le port USB car celui-ci est utilisé pour alimenter des périphériques externes et, en plus du port RS232, comme interface de service. En outre, le déclencheur 12V peut servir à commander automatiquement des écrans motorisés, par exemple. Pour les signaux audio, il y a une sortie S/PDIF ainsi qu'un jack 3,5 mm.

Test BenQ X3000i
Télécommande BenQ X3000i

La télécommande infra rouge, de couleur blanche, permet de piloter le projecteur et le dongle AndroïdTV. Elle ne dispose pas d'éclairage.

Menus

Les modes de colorimétrie ajustés en usine sont dénommés dans l'ordre suivant "Bright, Living Room, Game, Sport et cinéma". Un mode utilisateur autorise la sauvegarde de réglages personnels mais en réalité les 7 modes sont éditables et sont autant de mémoires possibles.

Test BenQ X3000i
Menu image BenQ X3000i

Les outils de gestion des couleurs comprennent un CMS sur les 3 dimensions du Gamut, un réglage Gain et Bias de l'échelle de gris adossé à plusieurs sélections de température de couleurs, des valeurs prédéfinies de Gamma.

Concernant la puissance lumineuse, les LED peuvent fonctionner en mode "normal, économique, smartéco et personnalisé". Cette dernière option est inédite à ma connaissance sur un projecteur à LED puisqu'elle permet de régler finement la puissance lumineuse sur une échelle de 70 à 100 (j'ai davantage l’habitude de retrouver cette option sur un projecteur laser). Le mode smartéco doit être assimilé à un dispositif de contraste dynamique puisqu'il adapte la puissance au contenu de l'image.

A la détection d'un signal 4K, deux options s'affichent à savoir "HDR10 ou HDR Game". Vous avez également accès à un réglage spécifique de luminosité appelée "luminosité HDR". Pour élargir le Gamut d’origine du X3000i, les concepteurs de l’appareil ont placé un filtre dans le chemin de lumière. L’option qui y donne accès n’est accessible qu’après détection d’un signal à haute dynamique. Le sous-menu "informations" donne le niveau de nits de l'encodage des sources 4K HDR. C'est pratique pour gérer la luminosité et le Gamma EOTF de ce type de programme même si j'aurais préféré un Dynamic Tone Mapping (DTM).

Test BenQ X3000i
Menu informations BenQ X3000i

Pour les jeux, 3 modes spécifiques ont été élaborés : "FPS, RPG et SPG". Je ne m'attarderai pas sur cette partie en dehors du diagnostic des niveaux d’input lag.

Verdict technique

Bruit de fonctionnement et qualité du système sonore intégré :

Le bruit des ventilateurs reste trop présent avec le X3000i. Avec le mode LED normal je relève en effet 39 dB sonomètre positionné comme d'habitude à 50 cm de l’appareil et 37,1 dB en fonctionnement économique. C’est beaucoup, d’autant que contrairement au TH690ST, le projecteur risque d’être placé plus près des spectateurs en position table.

Test BenQ X3000i
BenQ X3000i

A noter qu’il est possible de désactiver le traitement XPR mais que cette opération n’entraîne aucune incidence sur la perception de la ventilation.

Avec ses 2×5W, le système sonore Trevolo s'avère moins convaincant que son homologue TH690ST. Il manque cruellement de basses et n’est pas en mesure de représenter une alternative crédible à un système home cinéma externe ou une bonne enceinte Bluetooth. Au mieux doit-il être considéré comme une solution de dépannage.

Consommation électrique :

Le X3000i est lumineux et cela se ressent sur ses besoins en énergie. Le mode normal réclame 234,3W, c’est autant voire davantage qu’un appareil laser. Toutefois, le passage en mode économique permettra de revenir à un niveau bien plus raisonnable de 168,8W.

Test BenQ X3000i
Consommation électrique BenQ X3000i

A noter que contrairement à la réglementation, le X3000i continue à sucer 20,3W d’électricité en mode veille ! C’est la première fois que je relève ça sur un appareil et il doit s'agir d'une anomalie.

Test BenQ X3000i
Consommation électrique veille BenQ X3000i

Piqué et netteté :

A l’usage, on note une réelle amélioration du piqué face au X1300i de 2021. Cependant et à y regarder de près, la restitution des mires 4K n’est pas dépourvue d’aberrations chromatiques sur les angles de l’image.

Au centre, les carrés sont exempts de ces défauts visuels et aucun phénomène de doubles contours n’est perceptible.

Fluidité :

Les 3 mires mouvantes de fluidité de la suite de tests 4K Spears and Munsils affichent des traces de judder. Le X3000i ne disposant d’aucune option d’interpolation d’images il faudra malheureusement vivre avec une fluidité « heurtée » et une imprécision de l’image dans les travellings.

Input lag :

Le caractère Gaming de ce modèle étant très affirmé (trop à mon goût mais ici on juge le cinéma et pas les jeux vidéo), les 16 ms d’input lag mis en avant par le constructeur sont bien mesurés en 4K 60hz (16,8 ms exactement). Le projecteur supporte les signaux 1080p@240Hz il est donc capable d’abaisser le lag à 4,2 ms à cette fréquence. On regrettera simplement que pour un appareil récent dédié aux jeux vidéo il n’intègre pas des prises HDMI 2.1 et le support VRR ou ALLM des nouvelles consoles de jeux.

Test BenQ X3000i
Input lag mode Game

Overscan et cadre lumineux :

La mire d'overscan 4K affiche bien tous ses éléments à l'écran, preuve qu'il ne manque aucune partie de l'image source. La mise en œuvre d'une puce DMD 0,65" relègue également aux oubliettes le cadre lumineux entourant l’image utile impactant la puce 0,47".

Test BenQ X3000i
Overscan BenQ X3000i

Accroche HDMI :

Comme avec le X1300i, il faut attendre quelques secondes pour obtenir une image à chaque changement de prises HDMI. Bon, cela reste néanmoins supportable.

Colorimétrie :

La fidélité colorimétrique dès la sortie de boîte est un caractère marqué des projecteurs BenQ. Le X3000i ne fait pas exception dans ce domaine. Le mode « cinéma » est le mieux ajusté et offre une température de couleurs de 6059K avec un écarte deltaE de 4,82 et un Gamma linéaire à une moyenne de 2.18. Globalement, CMS et Gamma ne doivent pas être retouchés, c’est principalement sur la température de couleurs qu’il faudra venir appliquer de légères corrections.

Le Gamut natif du X3000i atteint 82,9 % du DCI-P3. Il est possible de l’agrandir grâce au dispositif du filtre de couleurs pour les signaux HDR mais avec une perte de luminosité conséquente. Il atteint alors 104,3 % du container DCI-P3 mais accuse 32 % de luminosité en moins.

Test BenQ X3000i
Gamut HDR filtre actif

Après calibrage sont obtenus une température de couleurs de 6534K avec un écart deltaE réduit à 1,94 et un Gamma moyen de 2,14. Voici mes réglages post-calibrage :

Valeurs correctives post-calibrage en SDR :

Mode cinéma

Gamma 2.2

Mode source lumière éco

Température couleurs normal

Luminosité : 49

Contraste : 50

Gain R 97

Gain V 100

Gain B 103

Décalage R 257

Décalage V 256

Décalage B 256

La restitution HDR va être plus compliquée... enfin elle va dépendre du film soumis au X3000i. Ce projecteur ne gère pas de manière dynamique les métadonnées HDR et comme les éditeurs ont voulu nous compliquer la tâche, ils n'ont pas encodés avec les mêmes niveaux leurs films. Par exemple, Aquaman affiche un maximum de 3241 nits, Dune 781 nits et En corps 221 nits !

Test BenQ X3000i
Aquaman encodage 3421 nits

Si toutes ces informations sont présentes dans le menu information du BenQ ou encore d’une platine Panasonic Blu-ray UHD, le projecteur s’est régulièrement trompé dans sa gestion du bon niveau de Gamma EOTF à appliquer et il a fallu le corriger manuellement à l’aide de l’option dédiée dans les menus. Je ne suis donc pas en mesure de conseiller un réglage « universel » pour ce type de signaux.

J'ai également tenu à vérifier la "précision" de la fonction d'autocalibration, voici les résultats obtenus après son activation. Ils sont loin d'égaler la précision d'un calibrage personnel avec sonde de mesures et c'est surtout la température de couleurs qui n'est pas bien ajustée.

Contraste et luminosité :

Le X3000i atteint certes 2847 lumens (donc proche des 3000 annoncés) mais c’est au prix d’une image à dominante verte inutilisable pour visionner un film.

Sans filtre de couleurs, le projecteur atteint 1711 lumens après calibrage, ce qui le rend apte à projeter une image SDR de 4m20 avec une luminance de 16 fL et HDR de 3m29 avec une luminance de 26 fL.

Test BenQ X3000i

Le passage en mode utilisateur, qui permet une gestion fine de la luminosité sur un curseur maximum de 100 et minimum de 70, réduit la luminosité de 28 %.

Si le niveau de contraste bénéficie de l’utilisation d’une puce DMD 0,65", le traitement XPR ne permet pas d’obtenir les résultats mesurés sur le TH690ST. Le X3000i affiche une valeur de contraste natif SDR de 1016:1 après calibrage et de 1790:1 avec le mode dynamique. Le contraste HDR natif s’élève à 1328:1.

C’est en net progrès par rapport à la grande majorité des projecteurs DLP LED actuels mais cela reste en-dessous du très bon TH690ST.

Avis subjectif

Sortant du remarquable TH690ST, j’ai été déçu du rendu des noirs du X3000i. Certes ils dépassent bien souvent le niveau des modèles concurrents mais sur ce point le DMD 0,65 à courte focale est supérieur à son grand frère 4K XPR.

La luminosité et la dynamique restent l’apanage et la force du modèle cubique et les grandes bases d’image ne lui font ainsi pas peur. Attention toutefois à l’usage du filtre de couleurs HDR entraînant une perte conséquente de lumens.

Test BenQ X3000i
Effet filtre de couleurs BenQ X3000i

Le piqué de l’image est la grande force de ce X3000i ; à l'évidence le constructeur a fait un effort sur l’optique pour reproduire au mieux toute la finesse et les détails d’une image UHD. Si j’ai certes décelé des aberrations chromatiques c'est en cherchant bien sur des mires 4K car en projection de films rien de tout ceci n’est perceptible, le piqué est bon voire très bon !

Test BenQ X3000i
Sardaukars Dune 4K BenQ X3000i

Autre point qui flatte mes yeux usés de cinéphile quinquagénaire, c’est le naturel des couleurs et une gestion sans prise de tête de celles-ci. Le travail des concepteurs permet de profiter d’une image SDR sereinement. Pour le HDR c’est un peu plus compliqué et j’ai été confronté à deux épisodes de mauvais mapping HDR qu’il m’aura fallu contrebalancer avec le réglage EOTF du projecteur (sur Dune et En corps).

Test BenQ X3000i
En corps 4K HDR BenQ X3000i

Un autre point à améliorer est celui de la fluidité en home cinéma. Le rendu global bénéficierait de l’adjonction d’un mode d’interpolation d’images, surtout au bénéfice de la précision des travellings.

Test BenQ X3000i
Hangar Dune 4K BenQ X3000i

Globalement, l’image du X3000i survole celle de la production actuelle de projecteurs à LED mais ce n’est pas compliqué car on part de très très bas surtout en matière de contraste. Elle n’arrive toutefois pas à égaler celle du surprenant petit frère 1080p, le TH690ST, lequel demeure mon préféré et donc ma recommandation d'entre les deux.

Conclusion

Le BenQ X3000i est peut être un excellent projecteur Gaming mais ce sont ses compétences home cinéma qui nous intéressent au premier chef sur mondoprojos.fr. Dans ce domaine, mon avis est mitigé. Si j’ai retrouvé nombre de qualités relevées dans le TH690ST avec en prime l'aptitude au 4K, j’ai également relevé une baisse de performances visuelles (contraste) et sonore (rendu Trévolo). D’autres points m’ont également gêné avec ce cube tels son encombrement et son poids ainsi que son niveau d’offset. Il conviendra aussi de porter un effort pour rendre ce type de diffuseur notablement plus discret. Cette remarque valait également pour le TH690ST. In fine, point de Gold Award donc pour ce nouveau X3000i qui reste toutefois un diffuseur 4K délivrant une image naturelle et très précise à l’aide d’une source lumineuse longue durée à moins de 2000€.

Test BenQ X3000i
BenQ X3000i face

J’ai apprécié :

- La colorimétrie,

- La luminosité,

- Le contraste pour un projecteur à LED (même si pas au niveau du TH690ST),

- Le piqué,

- L’input lag,

- Les informations HDR.

Je regrette :

- Un module smartTV externe qui ne sert pas à grand-chose,

- Le bruit de fonctionnement,

- La fluidité handicapée par l'absence d'un système d'interpolation d'images,

- Un filtre couleurs impactant trop la luminosité,

- Le niveau singulier d’offset,

- Une gestion HDR à effectuer soi même au coup par coup,

- L’encombrement et le poids.

ENGLISH VERSION

Test BenQ X3000i

Last of the BenQ news to be reviewed by mondoprojos.fr, the BenQ X3000i. Released a few months ago, it has been the subject of numerous tests on the web. So we won't talk about exclusivity for this new test bench. I admit that I was not very enthusiastic about testing a new Gaming oriented model but after the good surprises delivered by the TH690ST image, I was invigorated to examine this new LED cube, 4K XPR successor of the X1300i already tested on the blog.

What is it about?

After a version only Full HD ( 1920×1080), BenQ has started to develop a 4K XPR evolution of the X1300i. If the shape remains unchanged, an optical block more powerful and able to restore a 4K image has been installed. It is still a 0.65 DMD chip that is used but with a 4K XPR ( Extended Pixel Resolution).

What is 4K XPR processing?

The 0.65 DMD chip in the X3000i has about 2 million pixels since it has a native full HD resolution of 1920 × 1080 (= 2,073,600 pixels). It would need a chip of the quadruple of this pixels to get the UHD resolution of about 8 million (3840 × 2160 = 8 294 400 pixels). Failing that, the 0.65 chip can increase its operating frequency to 240hz so that it can read all the information in the image in a staggered manner and at ultra high speed. It's crazy to imagine but that's the job of XPR processing.

Specifically, the XPR takes the 4K information and divides it into 4 partitions, each with 2 million pixels, for the full HD DMD chip to read. By playing these 4 individual chunks 60 times each, or a total of 240 times in one second, it manages to fit all the 4K information into just 2 million pixels.

The XPR module, in perfect communication with the DMD chip, actually changes position in the pixel so that during these 240Hz it alternates in four different positions, 60 times in each position. This cycle of pixel movement is essentially 60 times per second (240Hz ÷ 4 = 60Hz). The image that our eye will receive in one second will therefore consist of 60 images (60Hz) of this "pixel cycle" and will also receive each pixel in four different positions.

The quadrupling of the pixels to obtain a UHD resolution from a Full HD chip is thus achieved but these 8 million pixels do not exist at the same time on our screen because they are displayed with a tiny shift between them, so slight and so fast that our eye cannot distinguish it. If the illusion is perfect in operation, when we freeze the image, as I do to display the test patterns of the technical verdict part, we naturally realize that the XPR processing does not allow to read all the elements of a real 4K image. That's why we talk about 4K simulation.

But this simulation is very effective. In operation, some DLP projectors with a good optical block can visually outperform native 4K projectors (JVC, Sony) thanks to their better acutance. Associated with a greater resistance in time, we understand better why some swear only by the micro-mirrors of Texas Intruments for their home theater.

After this technological interlude, which it is not superfluous to recall from time to time, let's return to the X3000i. The light source is composed of 4 LEDs. The manufacturer announces a high light output of 3000 lumens. To achieve this, it does not use a classic three LED RGB lighting system but a four LED architecture, namely two blue, one red and one green.

With its design dedicated to Gaming it offers specific modes of colorimetry to help in the retranscription of video games, such as FPS (First Person Shooter) or Role Playing Game RGP (for role-playing games) all this with also an input lag reduced to 8 ms in 120hz.

For the part that interests us first, that of the restitution of films, the new BenQ embeds a device of auto calibration and is compatible 4K HDR-10/HLG and 3D DLP-Link (glasses to be acquired in option).

This model features the TreVolo audio system with two 5-watt speakers. The projector is HDR-10/HLG compatible and is 3D Ready.

The BenQ X3000i is sold at 1990€ from now on.

Physical tour

The letter "i" stands for BenQ's SmartTV options, but not internally. You have to connect an HDMI dongle, which is included in the box with the projector. In this regard, I think that the manufacturer should rather reduce the price of this model by delivering it without the module and by letting the user choose an external stick compatible with all streaming channels, especially since the projector does not have an internal media player. In this area, BenQ is lagging behind the competition.

To install this Android TV dongle, you have to remove the cover and it is under this one that you will find the ad-hoc HDMI plug. The necessary power supply in the form of a micro USB B cable is also present and must be connected to the dongle.

On the optical side, we can see a much larger output than the X1300i with a block sealed behind a protective glass.

Test BenQ X3000i
BenQ X3000i

The control buttons and manual focus/zoom ring are located in the direction of the projection on the right side panel. The X3000i has a 1.3 optical zoom (1.15-1.50:1 throw ratio). In terms of placement distances for a 2m50 base, a minimum distance of 2m87 and a maximum of 3m65 will be required. Beware, the level of its offset is particularly high (110%) and without lens-shift it bothered me to install it in table position in my living room. On the other hand, this offset will undoubtedly satisfy those who want to install the machine on the ceiling.

If the machine cannot be placed exactly in front of the screen, the keystone created by the deviation of the projection angle can be electronically compensated both vertically and horizontally with the 2D keystone correction in the menu.

With dimensions of 272 × 197 × 259mm (W × H × D) and a weight of 6.4kg, the cube-shaped fixture is impressive and will be less easy to position than other compact LED floodlights.

Test BenQ X3000i
Connectique BenQ X3000i

For connectivity there are two HDMI sockets (version 2.0b, HDCP 2.2) used as signal inputs, one of which has an audio return channel, which avoids the need for an additional audio cable for the AV receiver. No media can be played via the USB port, as this is used to power external devices and, in addition to the RS232 port, as a service interface. In addition, the 12V trigger can be used to automatically control motorized displays, for example. For audio signals, there is an S/PDIF output as well as a 3.5 mm jack.

Test BenQ X3000i
Télécommande BenQ X3000i

The infrared remote control, white color, allows to control the projector and the AndroidTV dongle. It does not have lighting.

Menus

The factory adjusted color modes are named in the following order "Bright, Living Room, Game, Sport and Cinema". A user mode allows the saving of personal settings but in reality the 7 modes are editable and are as many memories possible.

Test BenQ X3000i
Menu image BenQ X3000i

The tools of color management include a CMS on the 3 dimensions of the Gamut, a Gain and Bias adjustment of the gray scale leaning on several selections of color temperature, predefined values of Gamma.

Regarding the light power, the LEDs can operate in "normal, economic, smartéco and custom" mode. This last option is new to my knowledge on an LED projector since it allows to fine tune the light power on a scale of 70 to 100 (I am more used to find this option on a laser projector). The smartéco mode should be considered as a dynamic contrast device since it adapts the power to the image content.

When a 4K signal is detected, two options are displayed, namely "HDR10 or HDR Game". You also have access to a specific brightness setting called "HDR brightness". To expand the original Gamut of the X3000i, the designers of the device have placed a filter in the light path. The option that gives access to it is only accessible after detection of a high dynamic range signal. The submenu "information" gives the level of nits of the encoding of 4K HDR sources. It is practical to manage the luminosity and the EOTF Gamma of this type of program even if I would have preferred a Dynamic Tone Mapping (DTM).

Test BenQ X3000i
Menu informations BenQ X3000i

For the games, 3 specific modes have been developed: "FPS, RPG and SPG". I won't dwell on this part except for the diagnosis of the input lag levels.

Technical verdict

Operating noise and quality of the integrated sound system :

The noise of the fans is still too present with the X3000i. With the normal LED mode I read 39 dB sound level meter positioned as usual at 50 cm from the device and 37.1 dB in economic operation. That's a lot, especially since unlike the TH690ST, the projector may be placed closer to the audience in table position.

Test BenQ X3000i
BenQ X3000i

Note that it is possible to deactivate the XPR treatment, but this operation has no impact on the perception of ventilation.

With its 2×5W, the Trevolo sound system is less convincing than its TH690ST counterpart. It lacks bass and is not a credible alternative to an external home theater system or a good Bluetooth speaker. At best, it should be considered as a stop-gap solution.

Power consumption :

The X3000i is bright and this is reflected in its power requirements. The normal mode requires 234,3W, which is as much or more than a laser device. However, switching to economy mode will bring the power consumption down to a much more reasonable 168,8W.

Test BenQ X3000i
Consommation électrique BenQ X3000i

Note that contrary to the regulation, the X3000i continues to suck 20,3W of electricity in standby mode! It's the first time I've noticed this on a device and it must be an anomaly .

Test BenQ X3000i
Consommation électrique veille BenQ X3000i

Sharpness :

In use, we note a real improvement of the sharpness compared to the X1300i of 2021. However, if we look closely, the rendering of the 4K test patterns is not free of chromatic aberrations on the image angles.

In the center, the squares are free of these visual defects and no double contour phenomenon is perceptible.

Fluidity :

The 3 smoothness moving test patterns of the Spears and Munsils 4K test suite show juddering. The X3000i does not have any image interpolation options, so unfortunately you will have to live with a "jerky" fluidity and image inaccuracy in dolly shots.

Input lag :

The Gaming character of this model being very assertive (too much for my taste but here we judge the cinema and not the es video games ), the 16 ms of input lag put forward by the manufacturer are well measured in 4K 60hz (16.8 ms exactly). The projector supports 1080p@240Hz signals and is therefore capable of reducing lag to 4.2 ms at this frequency. We only regret that for a recent device dedicated to video games it does not integrate HDMI 2.1 plugs and the VRR or ALLM support of the new game consoles.

Test BenQ X3000i
Input lag mode Game

Overscan and light frame :

The 4K overscan test pattern shows all elements on the screen, proving that no part of the source image is missing. The use of a 0.65" DMD chip also eliminates the bright frame around the useful image impacting the 0.47" chip.

Test BenQ X3000i
Overscan BenQ X3000i

HDMI hook :

As with the X1300i, you have to wait a few seconds to get an image at each change of HDMI sockets. B on, this remains bearable.

Colorimetry :

Color fidelity right out of the box is a hallmark of BenQ projectors. The X3000i is no exception in this area. The "Cinema" mode is the best adjusted and offers a color temperature of 6059K with a deltaE deviation of 4.82 and a linear Gamma at an average of 2.18. Overall, CMS and Gamma do not need to be retouched, it is mainly on the color temperature that it will be necessary to apply slight corrections.

The native gamut of the X3000i reaches 82.9% of DCI-P3. I l is possible to enlarge it thanks to the color filter device for HDR signals but with a consequent loss of brightness. It reaches 104.3% of the DCI-P3 container but has 32% less brightness.

Test BenQ X3000i
Gamut HDR filtre actif

After calibration are obtained a color temperature of 6534K with a deltaE gap reduced to 1.94 and an average Gamma of 2.14. Here are my post-calibration settings:

Post-calibration corrective values in SDR :

Movie mode

Gamma 2.2

Eco light source mode

Normal color temperature

Brightness : 49

Contrast: 50

Gain R 97

Gain V 100

Gain B 103

R 257 offset

Offset V 256

Offset B 256

The HDR restitution will be more complicated... well it will depend on the film submitted to the X3000i. This projector does not dynamically manage the HDR metadata and as the publishers wanted to complicate the task, they did not encode their films with the same levels. For example, Aquaman displays a maximum of 3241 nits, Dune 781 nits and In Body 221 nits!

Test BenQ X3000i
Aquaman encodage 3421 nits

If all this information is present in the information menu of the BenQ or a Panasonic Blu-ray UHD player, the projector was regularly mistaken in its management of the correct level of EOTF Gamma to apply and it had to be corrected manually using the dedicated option in the menus. I am therefore not able to recommend a "universal" setting for this type of signal.

I also wanted to check the "precision" of the autocalibration function, here are the results obtained after its activation. They are far from the accuracy of a personal calibration with a measurement probe and it is especially the color temperature that is not well adjusted.

Contrast and brightness :

The X3000i reaches 2847 lumens (close to the 3000 announced) but it is at the cost of a green image that is unusable for watching a movie.

Without a color filter, the projector reaches 1711 lumens after calibration, which makes it capable of projecting an SDR image of 4m20 with a luminance of 16 fL and HDR of 3m29 with a luminance of 26 fL.

Test BenQ X3000i

Switching to user mode, which allows fine control of brightness over a maximum slider of 100 and minimum of 70, reduces brightness by 28%.

While the contrast level benefits from the use of a 0.65" DMD chip, the XPR processing does not achieve the results measured on the TH690ST. The X3000i has a native SDR contrast value of 1016:1 after calibration and 1790:1 with dynamic mode. The native HDR contrast is 1328:1.

This is a significant improvement over the vast majority of current DLP LED projectors, but still falls short of the very good TH690ST.

Subjective opinion

Coming out of the remarkable TH690ST, I was disappointed with the black rendering of the X3000i. Admittedly they often exceed the level of competing models but on this point the short throw DMD 0.65 is superior to its big brother 4K XPR.

The brightness and dynamics remain the prerogative and strength of the cubic model and large image bases do not scare him. Beware, however, the use of the color filter HDR leading a significant loss of lumens.

Test BenQ X3000i
Effet filtre de couleurs BenQ X3000i

The sharpness of the image is the great strength of this X3000i; obviously the manufacturer has made an effort on the optics to reproduce at best all the fineness and details of a UHD image. If I did detect some chromatic aberrations, it was by looking for them on 4K test patterns because in film projection none of this is perceptible, the sharpness is good or very good!

Test BenQ X3000i
Sardaukars Dune 4K BenQ X3000i

Another point that flatters my worn out eyes as a fifty year old movie lover is the naturalness of the colors and a headache-free management of them. The work of the designers makes it possible to enjoy an SDR image serenely. For HDR it's a bit more complicated and I had to face two episodes of bad HDR mapping that I had to counterbalance with the EOTF setting of the projector (on Dune and En corps).

Test BenQ X3000i
En corps 4K HDR BenQ X3000i

Another point to improve is the fluidity in home cinema. The overall rendering would benefit from the addition of a frame interpolation mode, especially in terms of dolly precision.

Test BenQ X3000i
Hangar Dune 4K BenQ X3000i

Overall, the image of the X3000i surpasses that of current production of LED projectors but it is not complicated because we start from very very low especially in terms of contrast. However, it does not manage to match the surprising little 1080p brother, the TH690ST, which remains my favorite and therefore my recommendation of the two.

Conclusion

The BenQ X3000i may be an excellent Gaming projector but it's its home cinema skills that interest us most on mondoprojos.fr. In this area, my opinion is mixed. While I found many of the qualities found in the TH690ST with the added bonus of the ability to work in 4K, I also found a drop in visual (contrast) and sound (Trevolo rendering) performance. Other points also bothered me with this cube such as its size and weight as well as its offset level. An effort should be made to make this type of diffuser more discreet. This remark was also valid for the TH690ST. In the end, no Gold Award for this new X3000i which remains a 4K diffuser delivering a natural and very accurate image with a long lasting light source at less than 2000€.

Test BenQ X3000i
BenQ X3000i face

I enjoyed:

- Colorimetry,

- Brightness,

- The contrast for an LED projector (even if not at the level of the TH690ST),

- The sharpness,

- Input lag,

- HDR information.

I regret:

- An external smartTV module that doesn't do much,

- Operating noise,

- Fluidity handicapped by the absence of an image interpolation system,

- A color filter impacting too much brightness,

- The singular level of offset,

- HDR management to be done by yourself on a case by case basis,

- The size and weight.


10 Commentaire(s)

  1. MaximeE dit :

    Il était attendu ce test!! Merci 😀

    Il n’y a plus qu’a attendre la version HC avec iris…? C’est quand même un début de réponse de la LED à L’ALPD et ses petits DLP. Ça ramène du contraste la surface en plus, et ça contrebalance bien le choix des LED. Si seulement il y avait un ALPD 4 en 0.65…ou encore un Epson en véritable matrice 4K. 😀

    Je trouve qu’au final il trouve bien sa cible dans une utilisation “4K/ pièce non dédiée/- de 2000”, le cul entre une chaise de gamer et un fauteuil de cine.
    Il est d’ailleurs régulièrement en refurbish à 1500 sur le site de Benq pour les intéressés (probablement à cause du lens shift lol).
    Je trouve quand même que cet offset/absence de lensshift est le plus gros défaut, surtout pour la cible “gamers” visée, ou c’est peut-être juste moi qui trouve le positionnement table chiant.

    Merci encore pour cette série folle de tests!

  2. Fkl dit :

    Bonjour Greg quand je compare ton screen de Sardaukars Dune 4K sur le Benq et le LG celui du LG à les blancs bien brulés on dirait, une raison à cela? merci

  3. Patrick dit :

    Bonjour Greg,
    Merci pour ce nouveau test. On peut dire que tu ne chômes pas en cette période de vacances.
    C’est dingue comme BenQ n’arrive toujours pas à s’améliorer niveau bruit des ventilos. Ils devraient s’associer à une marque comme Noctua du monde des pc. Certains constructeurs le font bien pour leurs systèmes audios.
    Qu’en penses-tu?

  4. MaximeE dit :

    je ne crois pas que ça soit le ventilo qui génère le bruit désagréable, mais plus l’agitation XPR du DLP…

    1. GregW dit :

      Non c’est bien la ventilation. Je l’indique dans le test l’arrêt du traitement XPR n’a pas d’incidence sur le bruit de fonctionnement.

  5. Tom dit :

    Bonjour, entre le screeneo s6 4k et le x3000i, lequel conseillerais-tu pour a la fois gaming et cinéma, voire un peu plus cinema ?
    Merci d’avance.

  6. Rob H dit :

    Je ne sais pas s’il ne s’agissait que des premières unités, mais celle que j’ai testée au Canada avait définitivement ajouté du bruit avec 4K XPR activé. Maintenant, je ne sais pas si cela aurait été ajouté à la lecture de db, mais en ce qui concerne un bruit plus gênant, il a définitivement rendu tous les bruits du projecteur plus perceptibles lorsqu’ils sont montés directement au-dessus de la position assise. La meilleure description est un bourdonnement plus aigu. Désengager le 4K XPR a complètement arrêté ce bruit. Le bourdonnement changerait de hauteur si je changeais le hz de 24hz, 25hz, 50hz, 60hz. S’ils ont résolu ce problème, ce serait formidable car c’était l’une des principales raisons du retour.

    1. GregW dit :

      Bonjour Rob, mon exemplaire de test ne présentait aucun phénomène sonore de ce genre (XPR actif et désactivé).

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

  • Test Xiaomi Mijia 1S 4K : l’avis de Grégory
    Bonjour la communauté, J'ai une question concernant le paramétrage audio du video. Je cherche une configuration assez fine pour percevoir…
    le 2023-01-27 16:19:24 par Joe
  • JVC LX-NZ30 DLP laser 4K XPR
    Bonjour Gregory, Je vous lis depuis plusieurs années et suis stupéfait par vos tests très complets qui permettent aux personnes…
    le 2023-01-27 10:53:17 par willon
  • Test Xiaomi laser Cinéma 2 : l’avis de Grégory.
    Bonjour, il est en test ici : https://www.mondoprojos.fr/2022/05/08/test-xiaomi-full-color-laser-cinema/
    le 2023-01-26 11:09:52 par GregW
  • Test Xiaomi laser Cinéma 2 : l’avis de Grégory.
    Bonjour, Merci pour cet article et la Màj apporté ! Apparemment le modèle aurait évolué, le Cinema2 est difficilement trouvable…
    le 2023-01-26 11:07:02 par Nafoot
  • Test Fengmi S5
    Tout à fait.
    le 2023-01-25 13:16:03 par GregW
  • Test Fengmi S5
    C'est compliqué l'image... :). Du coup, quand on bascule d'un mode de puissance lumineuse à l'autre (sans toucher à quoique…
    le 2023-01-25 13:14:26 par pingaddict

Catégories

ActualitésNon classéTests vidéoprojecteurs & toiles