Test BenQ W8000 : l’avis de Grégory

TEST BENQ W8000

Présenté à l'occasion du salon ISE 2016, le BenQ W8000, nouveau vidéoprojecteur DLP homecinéma haut de gamme arrive enfin sur le marché français. A l'heure de l'Ultra HD, des vidéoprojecteurs laser et du HDR, le constructeur met de côté toutes ces sirènes du marketing et de lamode pour se concentrer sur l'essentiel. L'objectif du W8000 est de vous proposer un appareil capable de restituer le plus fidèlement possible, l'image du film que vous avez sélectionné pour votre soirée de cinéma à domicile.

Ce BenQ est pourvu d'une puce DLP 0.65 de résolution full hd 1080p et d'une source lumineuse basée sur une lampe classique au mercure, mais alors comment justifier un tarif dépassant les 3000€ face à des modèles comme les W1090, W2000 tous proches des 1000€ ? Et bien tout simplement en mettant en œuvre un ensemble d'options et d'équipements qui vont permettre d'obtenir la quintessence de l'image. Ainsi si la certification ISFccc est un classique chez ce constructeur, c'est avec surprise que j'ai appris que le W8000 était le premier vidéoprojecteur de la marque à bénéficier du label THX.

Mes tests ont pu être mené sur 2 W8000 et à l'aide de deux objectifs différents (5 sont disponibles) et il est fort probable que je sois le seul à vous proposer mes évaluations à partir de plusieurs appareils et objectifs.

Test BenQ W8000
Optiques BenQ W8000

Le BenQ W8000 a été commercialisé au prix public recommandé de 2999€ auquel il faudra rajouter le prix de l'optique que vous aurez sélectionné (l'optique standard est commercialisée au prix de 399€ et le modèle courte focale que nous avons testé à1199€). Il est possible de le trouver maintenant à un tarif bien plus doux.

(Note de l’auteur, j’ai rédigé cet article en octobre 2016)

 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES (données constructeur)

Technologie de projection: DLP 0.65 DC3
Résolution: 1920 x 1080 pixels
Format: 16: 9
Lampe: 280 watts
Durée de la vie de lalampe: 2500/3500/6000 heures (Mode économique / Normal / modeSmartEco)
Taux de contraste dynamique : 50 000: 1

 Taux de contraste natif : 10 000:1
Luinosité : 2000 ANSI Lumens
Dimensions (LHP): 431 x 175 x 335mm
Poids: 8,1 kg

PRÉSENTATION

LeBenQ W7500 dernier modèle home cinéma haut de gamme n'avait  de successeur depuis sa sortie en 2014 et bien le W8000 s'inspire de son auguste prédécesseur et vient apporter quelques innovations d'importance.

En provenance directe des usines de Delta Electronics, le W8000 partage ses origines avec un modèle concurrent le VIVITEK H5098, les optiques BenQ s'adaptent d'ailleurs parfaitement sur le VIVITEK H5098 et inversement (je l'ai testé), mais si la base physique est la même, le constructeur taïwanais à travaillé l'aspect logiciel et le moteur vidéo de son nouveau navire amiral. Les menus sont plus fournis et le W8000 offre cette certification THX absente du VIVITEK. Pour l'obtenir ses ingénieurs ont poursuivi pendant plus de 18 mois un programme de développement rigoureux comprenant des tests de laboratoire THX couvrant plus de 500 points de données. Le résultat de cette démarche est concentré dans le W8000 annoncé comme respectant dès la sortie de boîte les références Rec.709 et offrant un mode THX, pré-calibré par les ingénieurs de THX. LeW8000 vient donc prendre la première place de la série CinematicColor devant les W3000 et W2000.

Autre nouveauté d'importance et qui vient creuser l'écart avec le W7500 le BenQ W8000 peut être équipé d'une optique de type fond de salle, 2/3 de salle, fixe, pour un coût débutant de 399€ (standard) à 1400€, pour un ratio de zoom oscillant entre 1,18x et1,67x, autorisant toutes les installations, même les plus contraignantes.

Test BenQ W8000
BenQ W8000 table

L'objectif standard dispose d'une plage de zoom de 1,25: 1. Pour un écran de 2m50 de base le recul doit doit être compris entre 3,41 et 4,27 mètres mais en tenant compte de toutes les lentilles disponibles, ces distance peuvent s'échelonner de 1,72m (Wide fixe) à 11.07mètres (longue) pour la même taille d'écran.

La connectique est riche avec deux entrées HDMI (dont une compatible MHL). Le port USB-A (alimentée) vient vous permettre de connecter un module de liaison sans fil HDMI (WDP02) ou encore de recharger vos lunettes 3D. Voici la liste de l'ensemble des entrées et sorties disponibles :

 2 x HDMI (1 MHL), 1 x vidéo composante, 1 x vidéo composite, 1 x D-SUB15
Autres: 1 x RS-232C, 1 x USB-A, 1 x USB-B,1 x 12V déclencheur, 1 x sync 3D.

L'optique entièrement manuelle est toutefois épaulée pour faciliter le placement d'un Lens-shift horizontal et vertical.

Son amplitude est directement dépendante de l'optique que vous allez sélectionné, voici les caractéristiques en fonction de l'option sélectionnée :

WideFixe (5J.JDH37.002) Lens-shift Vertical -15%~55%, Horizontal ±5%
WideZoom (5J.JDH37.011) Lens-shift Vertical -15%~55%, Horizontal±5%
Standard (5J.JDH37.022) Lens-shift Vertical -15%~55%,Horizontal ±5%
Semi Longue (5J.JDH37.032) Lens-shift Vertical-15%~55%, Horizontal ±5%
Long Zoom1 (5J.JDH37.041) Lens-shitf Vertical -15%~55%, Horizontal ±5%‎

Pour déplacer horizontalement ou verticalement l'image, deux molettes sont dissimulées sous un panneau, à côté d'elles nous trouvons le levier de déverrouillage de l'optique, il suffit de le basculer vers l'avant pour pouvoir changer de lentille. La construction du W8000 respire le sérieux et son poids sur la balance vient attester que nous sommes face à un appareil d'installation conçus pour trôner dans une salle dédiée et non transporté d'une pièce à une autre.

La télécommande ne reprend pas les standards habituels, elle reprend clairement la forme et la disposition des touches des modèles VIVITEK. Elle dispose d'un rétro-éclairage rouge et offre un large rayon d'action quelque soit votre position dans la pièce.

LeW8000 est 3D Ready avec au choix des lunettes DLP-Link ou 3D RF  à l'aide d'un émetteur 3D-Vesa. Aucune paire de lunettes n'est fournie.

MENUS

A la première mise en route du W8000, le constructeur propose deux OSD (On Screen Display), le premier appelé « simplifié »prend la forme de vignettes qui permettent simplement d'intervenir sur les réglages de base de l'appareil, le second «avancé»reprend l'architecture classique des menus des vidéoprojecteurs de la marque.

Un chemin d'installation au premier allumage déterminé par les ingénieurs de BenQ permet d'ajuster le type de projection, la forme des menus, le trapèze et la langue. Une fois cette première opération effectuée, il n'y a plus qu'à lancer votre premier film.

Plusieurs choix de colorimétrie définis par les concepteurs de l'appareil sont offerts à l'utilisateur et portent les dénominations suivantes : Vivid,THX, Game, ISF jour et , Bright et 2 mémoires utilisateur ainsi qu'un mode 3D.

Test BenQ W8000
Menu BenQ W8000

Pour ajuster une colorimétrie (qui n'en a pas forcément besoin), leW8000 dispose d'un CMS sur 3 dimensions pour les couleurs primaires et secondaires et permet de corriger les valeurs de nuances, de saturation et de gain. Une option permettant de régler finement l’échelle de gris existe également (gain et bias). BenQ ne propose pas d’éditeur de gamma mais simplement des valeurs étalonnées en usine.

Le traitement vidéo propriétaire ici appelé CinemaMaster comprend plusieurs options de réglages (adaptation des tons chairs,accroissement de la netteté et aide à la fluidité....).

Pour accroître le contraste natif, le W8000 dispose dans ses menus d'un iris dynamique, mais cette option est restée désespérément grisée malgré toutes nos interventions dans les menus et surtout après avoir pris soin de désactiver le mode lampe smartéco (dixit lemanuel utilisateur) et ce sur les 2 appareils que j'ai eu en test.

C’est dans la partie configuration système que nous découvrons l’ accès aux menus ISF. Un code secret est nécessaire pour pouvoir les déverrouiller. Ce sous-menu dédié à la calibration permet de sauvegarder tous les ajustements de couleurs dans deux mémoires spécifiques ISF Day et ISF Night. Une fois que la calibration effectuée par un professionnel certifié ISF a été réalisée, il verrouille l’accès et l’utilisateur final peut uniquement les sélectionner sans possibilité de les modifier par le biais du menu image.

Le W8000 propose une fonction de calibrage avancé nommée CCA (Comprehensive Color Adjustment). Cette fonction permet de régler les couleurs primaires non pas en valeurs de teinte, Saturation et Gain , mais en valeurs xyY. Pour calibrer les couleurs primaires, le professionnel certifié ISF relève une série de mesures. Il entre ensuite les données dans le projecteur qui se charge automatiquement de calculer le positionnement des couleurs primaires, du point blanc et des couleurs secondaires.

Enfin en 3D, le W8000 est équipé d’un convertisseur 2D/3D. Il supporte les trames entrelacées, côte à côte et haut et bas. La synchronisation DLP-Link est assurée par un flash de couleur rouge, une option VESA-3D avec un émetteur externe doit permettre de relier des lunettes travaillant sur radiofréquences.

VERDICT TECHNIQUE

Bruit de fonctionnement : Les mesures sonores effectuées sur le W8000 permettent de déterminer que nous sommes face à un des vidéoprojecteur DLP les plus discret en mode lampe économique avec une mesure de 29db, nous atteignons le niveau de bruit résiduel de notre pièce. En mode lampe haut, le bruit du ventilateur se fait plus présent avec 35db mesurés (mesures à 0,50 de distance de l'appareil en fonctionnement).

Netteté/piqué :

J'ai découvert le nouveau champion de la précision d'images et ce quelque soit l'optique mise en œuvre. Les ingénieurs de BenQ ont attaché une importance particulière à la restitution de tous les détails d'une image et sans effets indésirables. Mes mires de netteté sont propres, exemptes d'aberration chromatique, au centre et sur les bords de l'image. Il faut remonter à nos tests du SamsungSP-A800 pour arriver à un tel résultat.

Input-lag :

Le W8000 est conçu pour projeter des films et même s'il dispose d'un mode« Game » mes mesures d'input lag dissuaderont quelques gamers de s'orienter vers ce modèle. Avec le dispositif d'aide à la fluidité désactivé je mesure un retard de 79,2msec. Et après activation il s'élève à 129.2msec. Des niveaux trop importants pour envisager des parties de frags dans les meilleures conditions, mais encore une fois pas de regret à avoir, le W8000 n'est pas conçu pour cette utilisation. Nous sommes dans les niveaux obtenus avec le BenQ W3000.

Overscan :

Tout est là ! Pas de trace de cropping à l'horizon.

Fluidité :

L’interpolation d’images est une option appréciée pour pouvoir conserver lanetteté de l’image dans les travellings. Elle est bien gérée par le traitement vidéo interne au BenQ W8000. Le mode bas donne les meilleurs résultats pour les films avec une image qui reste naturelle et sans aucun artefact de bougé. Avec les modes moyen et haut, l’effet vidéo devient trop présent mais toujours très propre.

Uniformité/Bruit vidéo/artefact/effets arc-en-ciel (AEC) :

Avec sa roue chromatique RVBRVB (6X), les effets AEC sont maîtrisés pour les personnes sensibles. L’uniformité (la répartition de la luminosité sur tout le plan de l’écran sans perception de coins plus lumineux) est bonne. Ma mire de gris est reproduite avec toutes les nuances nécessaires et sans la présence de dérives colorées qui seraient le signe de traces de shading. Le BenQ W8000 est équipé du brilliant color qui peut générer la présence de bruit vidéo sur les fonds clairs, mais là encore les ingénieurs de BenQ ont bien finaliser leur copie avec une image lisse.

Luminosité/contraste/Optique courte :

Nous vous plaçons toutes nos mesures dans le tableau ci-dessous.

Luminosité/contraste/Optique standard :

Test BenQ W8000
optique classique BenQ W8000

Luminosité/contraste optique courte :

Test BenQ W8000

Le choix d'optique influe directement sur les niveaux de luminosité et laprofondeur des noirs. Toutefois en matière de contraste avec descouleurs justes le BenQ W8000 ne dépasse jamais plus de 1400:1, le W1090 et ses 1800:1 fait mieux dans ce domaine. Avec plus de 1000 lumens mesurés dans le mode VIVID, le W8000 reste un vidéoprojecteur paré pour les grandes tailles d'écran et on peut sereinement l'envisager sur des bases de 4 mètres avec le mode lampe haut et des couleurs naturelles.

Le mode Bright dépasse même les spécifications du constructeur avec plus de 2000 lumens mais totalement inexploitable en raison de sa teinte verdâtre marquée.

Colorimétrie/gamma : 

Si nous n'atteignons le degré de perfection atteint par le W2000 en sortie de boîte par rapport aux références rec709, le mode VIVID est le plus fidèle à la référence Rec709 dès la sortie de boîte et ce sur mes 2 appareils et quelque soit l'optique choisie. Le mode THX ne propose pas la précision colorimétrique offerte par la sélectionVIVID (CIE correspondant à 105% de la référence HDTV, température de couleurs de 6647K avec un écarte deltaE de 4.7 et un gammalinéaire à 2.18 pour le premier W8000 testé et 6785K avec un écart deltaE de 3.8 et un gamma moyen à 2.16 pour le second modèle.

Le gamme est linéaire dans toutes les configurations et correspond aux annonces du constructeur. Ceci est une signature typique des DLP homecinéma BenQ et une source de souci de réglage en moins pour lesutilisateurs.

Si vous ne disposez pas de possibilités de calibration, sélectionnez simplement le mode VIVID.

3D/IMAGES FANTÔMES :

Mes mires 1080P 3D en mode côte à côte permettent de vérifier mes impressions visuelles à savoir une image 3D débarrassée de toute image fantôme (ghosting). Le canal gauche (L) n’affiche que les motifs «L» sans aucune trace de «R» et inversement pour le canal droit.

IMPRESSIONS SUBJECTIVES

Pour matérialiser mes très bonnes impressions à l'issue de mes mesures sur l'image délivrée par ce BenQ W8000 je me suis servi d'extraits d'Oblivion (Transfert d'excellence), de Mad Max Fury Road,Seul sur Mars (excellents transferts) et Predator (image douce etbruitée).

En lançant l'introduction d'Oblivion, on se rend tout de suite compte qu'en matière de précision d'image, il y a maintenant un nouveau leader dans le domaine des vidéoprojecteurs grand public et c'est leW8000 !

D'ailleurs il vaudrait mieux ne pas mettre ce modèle en comparaison côte àcôte avec des projecteurs 4K natifs comme les SXRD Sony parce que la simple image 1080P du W8000 mettrait à mal tous les arguments marketings développés pour justifier l'achat d'un vidéoprojecteur4K ! En fait, j'ai réalisé cette comparaison pour vous donner un aperçu de ce que je souhaite mettre en évidence au travers de mes commentaires. Si pour vous la précision d'image est le facteur le plus important alors ce nouveau W8000 vous comblera,dur de faire mieux et surtout à ce prix.

J'ai redécouvert toutes les scènes d'Oblivion en ouvrant grand les yeux devant des détails que je n'avais pas noté jusqu'à présent. Seule ombre au tableau, les passages dans les souterrains ou encore l'épisode de la chasse dans la bibliothèque sont entourés de barres noires sans grande profondeur (signe d'un contraste moyen) mais toujours avec une excellente lisibilité grâce à la bonne gestion du gamma.

Sur les passages les plus agités de Mad Max Fury Road (et ils sont nombreux), je retrouve cette précision extrême associée à une colorimétrie juste en sortie de boîte dans le mode Vivid, je ne recommande pas le mode THX qui fait perdre de la dynamique d'image, principalement en raison de la désactivation de l'option BrilliantColor.

Le judder n'est plus qu'un mauvais souvenir avec le traitement vidéocinemaster, l'interpolation d'images est parfaitement maîtrisée par le W8000 et dans son mode bas, vous conjuguerez le meilleur des deux modes : naturel de la restitution et absence de ralentissement et déformation pendant les travelling.

Puisque nous parlons de traitement vidéo, il convient également de signaler que l'aide à la netteté effectue des petits miracles sur les mauvais transferts comme celui du Prédator original et des aventures d'Arnold poursuivi par le chasseur d'un autre monde. Le pixelenhancer vient habilement redonner de la texture et de la densité à l'image.

 

CONCLUSION

Sortir un vidéoprojecteur 1080P à lampe à plus de 3000€ peut paraître incongru à notre époque de vidéoprojection laser 4K et HDR, mais BenQ a préféré miser sur la qualité de l'image délivrée en travaillant le bloc optique, le traitement vidéo, les diverses options de réglages, la fidélité colorimétrique, la netteté, la fluidité, bref tout les facteurs qui aident à restituer une image de qualité en rendant hommage de la manière la plus fidèle qu'il soit au directeur de la photographie du film sélectionné.

Les efforts des ingénieurs ont payé parce que j'ai rarement vu une image aussi précise et avec des couleurs ajustées sur un appareil de cette gamme. Mon seul regret et c'est ce qui coute au W8000 quelques points c'est son contraste moyen. Les puristes du DLP viendront rétorquer que le contraste ansi viendra compenser cette relative faiblesse, mais il n'en est rien d'autant que j'ai testé d'autres modèles du constructeur qui arrivent à faire mieux dans ce domaine (le W1090l). A noté toutefois que mes évaluations sont réalisées dans une pièce à vivre et que de meilleurs résultats seront obtenus en pièce dédiée (environnement pour lequel le W8000 a été conçu).

 En tout cas, si certains  vouent un véritable culte aux anciennes puces DLP 0.95 qui seraient d'après eux une solution inégalée en terme de précision d'image, le W8000 et sa puce 0.65 viennent démontrer de manière éclatante que l'alternative est bien là, grâce principalement, à la qualité de l'optique qui importe au-delà de la taille du chipset. Ainsi si vous n'avez que faire de ssirènes 4K, UHD, HDR et que pour vous seule la qualité de l'image importe et bien vous partagez la philosophie de conception et de mise en œuvre qui ont abouti à l'avènement de ce W8000.

J'ai aimé :

La qualité de fabrication

Les menus complets

Le traitement vidéo CinemaMaster

La colorimétrie

Le piqué et la netteté

La fluidité

La discrétion de fonctionnement en mode lampe économique

Le  Lens-shift et les différents choix d'optique.

Je regrette :

- Une optique standard qui aurait pu être livrée de base.

- L'absence de lunettes 3D

 -Un contraste moyen qui vient gâcher un résultat dans tous les autres domaines qui frôle l'excellence


7 Commentaire(s)

  1. la boulette dit :

    merci , pour le boulot et ta réactivité au top

  2. Dm27 dit :

    Greg, as tu eu depuis le test, des informations par Benq sur la configuration nécessaire ( type signal vidéo, setup menu, … ), permettant d’activer l’iris auto ?

    1. Grégory dit :

      Non désolé.

  3. Richard dit :

    Bonjour, a quand un test des nouveaux projecteurs ust optoma type HD 31 ust,et HD 35 ust ?
    Merci.

    1. Grégory dit :

      Pas de tout de suite, je vise un autre modèle en UST pour le moment (Panasonic).

  4. Chris dit :

    Bonjour,
    Je pourrais acheter, au même prix, un epson 7400 ou un benq w8000. Je n’ai pas de source 4k.lequel prendre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers commentaires

  • Test Xgimi Elfin : l’avis de Grégory.
    Bonjour, J'ai eu 2 Elfin à la maison. J'en étais content, je ne suis pas un grand spécialiste. Le seul…
    le 2023-06-06 19:06:17 par Jack Beijja
  • Test Hisense PL1
    Bonsoir Clin747, Petite précision très importante s'agissant du Hisense : depuis la dernière mise à jour le contraste adaptatif marche…
    le 2023-06-06 18:17:02 par Koni35
  • Test Viewsonic X1-4K
    Non, pas de trapèze à partir du moment où ton image n'en a pas. Le Lens Shift conserve les proportions.
    le 2023-06-06 14:23:43 par gourix
  • Test Xiaomi Mijia 2PRO version globale : l’avis de Grégory.
    Bonjour et merci pour ce magnifique site et les informations relevées de grande qualité! C'est un régal à lire!!! Je…
    le 2023-06-05 13:54:27 par Fabio
  • Test Viewsonic X1-4K
    Bonjour, petite question : ce projecteur a la correction verticale et le keystone. Imaginons je place le projecteur en hauteur…
    le 2023-06-05 12:44:30 par Gabriel
  • Test Optoma GT2000HDR
    Prey.
    le 2023-06-05 11:48:26 par GregW

Catégories

ActualitésGuide d'achatNon classéTests vidéoprojecteurs & toiles