Test Acer GD711 : l’avis de Grégory.

Depuis plusieurs années maintenant, Acer tente d’imprimer sa marque et son expertise dans le domaine du jeu vidéo. A travers son label « Predator » le constructeur commercialise toute une série d’appareils et périphériques orientés « Gaming » et parmi eux des projecteurs. C’est sous cette étiquette que débarque le tout nouveau GD711, un diffuseur frontal à focale classique qui marie la technologie micro-miroirs de Texas Instruments à une source lumineuse LED (RVB).

Le projecteur est disponible chez vos revendeurs à 1499€ et je vais répondre à cette question fondamentale que chacun d’entre vous se pose, j’en suis certain : « Un appareil conçu pour le jeu vidéo peut-il également se transformer en virtuose du cinéma à domicile ? » Vous trouverez une réponse concrète et argumentée dans le fil puis la conclusion de ce nouveau banc d’essai.

De quoi s’agit-il ?

Test ACER GD711
ACER GD711

L’Acer GD711 Predator est un vidéoprojecteur équipé d’une puce DMD de 0,47 pouces. Sa source lumineuse triple LED rouge, vert et bleu est conçue pour une durée de vie de 30 000 heures. Cette solution technique, en plus d’offrir une bonne longévité, est peu gourmande en énergie.

Le projecteur est compatible avec les signaux HDR-10 (mais pas HLG). Il prend en charge les résolutions et fréquences suivantes (1080p/120Hz et 1080p/240Hz) et dispose d’une fonction de rafraîchissement variable (VRR*) 1080p 48~144Hz. Ses prises HDMI sont compatibles AMD FreeSync et NVIDIA G-sync.


Toutes les autres formes de contenu, y compris les films, peuvent être portées à la résolution 4K grâce au traitement XPR appliqué par sa puce DLP. Le GD711 fonctionne sous un OS Androïd et dispose d’un choix d’applications par le biais d’une boutique Aptoïde.

Acer annonce que son nouveau modèle couvre jusqu'à 125 % de la gamme de couleurs Rec. 709 avec une puissance lumineuse de 4000 Lumens LED et un rapport de contraste de 2 000 000:1. Sur le papier encore, le bruit de fonctionnement est annoncé à 23 dB en mode économique... du jamais entendu! Voilà 3 affirmations que je peux d’ores et déjà qualifier de fantaisistes, pour rester poli !

Pour les amoureux de la 3D, le GD711 supporte les signaux 3D 1080p au format DLP-Link (les lunettes sont à acquérir en supplément).


* VRR quézako ?

Le VRR, ou "taux de rafraîchissement variable", est une fonction essentielle pour obtenir une image fluide et sans artefacts lors des jeux, ce qui garantit une image nette pour les jeux hors ligne et les jeux de compétition.

La principale fonction du VRR est d'éliminer le déchirement de l'écran lors des jeux (le tearing).
Il se produit lorsque le rafraîchissement de l'image sur votre téléviseur n'est pas synchronisé avec la vitesse à laquelle la carte graphique de votre console ou de votre PC fournit des images. Vous vous retrouvez avec l'écran affichant, par exemple, une image sur la moitié supérieure de l'écran et la suivante sur la moitié inférieure.

Le déchirement est perceptible lorsque, encore à titre d'illustration, vous utilisez un téléviseur 60 Hz et que le taux de rafraîchissement du jeu oscille entre 45 et 60 images par seconde. Il est particulièrement évident dans les jeux à mouvements rapides comme les jeux de tir à la première personne.

Le VRR élimine ce problème en synchronisant la fréquence de rafraîchissement de l'écran avec celle de la sortie de la console. Il n'y a plus de déchirure et les performances ne sont pas affectées car c'est la console ou le PC qui règle le rythme, pas l'écran.

Ce concept VRR consistant à faire correspondre le rafraîchissement de l'écran aux images rendues n'est pas nouveau, mais la technologie s'est récemment améliorée et est devenue beaucoup plus accessible.

Le VRR fait désormais partie de la norme HDMI 2.1 - qui prend également en charge l'eARC - et est une fonctionnalité des consoles Xbox Series X, Series S et PS5 de nouvelle génération.

Vous noterez toutefois que cette fonction est également disponible avec les prises HDMI 2.0
du GD711.

Tour physique

Le premier contact tactile et visuel avec le GD711 ne suscite pas l’enthousiasme. La coque sombre en plastique donne une impression de bas de gamme et dénote avec le côté jusqu'ici « élitiste » de la série Prédator. L'appareil n’est pas très encombrant : 320 × 232 × 109 mm de dimensions pour un poids de 3,2 kg.

Test Acer GD711
ACER GD711

Le bloc optique affiche un rapport de projection de 1,22:1. Il est fixe, c’est à dire qu’il ne dispose pas de zoom. Seule une molette de focus manuelle est présente sur le haut de l’appareil. C’est donc la position du GD711 qui déterminera la taille de votre image. Ainsi, si vous envisagez une base d’image au format 16/9ème de 2m21 il vous faudra un recul de 2m70.

Le GD711 ne dispose pas d’un décalage mécanique de l’optique de type Lens-shift mais vous pouvez vous aider de pieds escamotables et d’une correction de trapèze électronique pour faire coïncider son image avec votre écran en cas de besoin.

La connectique comprend deux prises HDMI HDCP au format 2.0. Voilà un point étonnant alors qu’une partie du public visé concerne les possesseurs de nouvelles consoles qui pourraient tirer bénéfice de la présence de prises HDMI 2.1.

Test Acer GD711
Connectique Acer GD711

Je note aussi la présence de deux prises USB, une destinée à l’alimentation d’un dongle HMDI ou à la maintenance et la seconde pour connecter une clé ou un disque dur et lire son contenu à l’aide du lecteur médias intégré du projecteur.

On trouve également un emplacement dédié pour le dongle Wifi livré avec l’appareil et qui permet de le relier au réseau (pourquoi ne pas l’avoir intégré directement sous le capot??) et une sortie audio. Le GD711 est équipé d’un haut-parleur interne d’une puissance de 10W.

La télécommande, épurée, ressemble aux modèles de Fengmi, Xiaomi ou encore Xgimi. Comme ses sœurs elle ne propose aucun éclairage mais est dotée d’une souris directionnelle. Elle bénéficie d’un traitement spécifique contre les microbes et les bactéries (des fois que vous auriez l'idée de la lécher!).

ACER GD711
ACER GD711

Cette télécommande n'a pas de touche dédiée à la sélection des sources. Celle attribuée à la souris est commune avec cette fonction. Elle porte le nom de « Smart Source » mais j’ai rapidement eu envie de la renommer au contraire en « méga prise de tête ». En effet, la supposée détection automatique des sources promise par le manuel utilisateur m’a systématiquement fait atterrir dans le menu des vignettes carrées sans possibilité d’accès aux sources HDMI. La seule solution trouvée pour y palier c’est d’utiliser le pavé de fonctions présent sur le projecteur.

Menus

Le GD711 tente une incursion dans le domaine des projecteurs intelligents en proposant une interface dédiée fonctionnant sous Androïd. J’ai écrit que c’était une tentative car nous sommes bien loin des expériences utilisateur offertes par des marques qui maîtrisent le sujet, comme Fengmi, Formovie, LG, Hisense, Samsung ou encore Xiaomi.

Test ACER GD711
Aptoide

Le lecteur médias intégré offre une interface rudimentaire et n’apprécie pas les codecs audio des fichiers x265. Pour le magasin Aptoïde n’espérez pas bénéficier de Netflix en version complète car le projecteur n’est pas compatible. Mon conseil : évitez la solution Acer et privilégiez une solution externe pour toutes les chaînes de streaming et pour les contenus dématérialisés présents sur votre ordinateur.

Test ACER GD711
Lecteur médias Acer GD117

Après cet essai infructueux passons à l’examen des menus « classiques » de gestion de l’appareil et plus spécifiquement ceux de l’image. Les modes images proposés par le constructeur sont nombreux, j’ai passé un peu de temps à tous les mesurer. Voici la liste complète à laquelle il faut rajouter les deux modes ISF accessibles après avoir rentré un mot de passe. Je prends ma respiration... allez, c’est parti : Lumineux, standard, présentation, sRGB, rec.709, silence, film, cinéma sombre, éducation, jeux sombre, jeux lumineux, football et une mémoire utilisateur. Il faut noter que toutes les sélections sont éditables, donc vous pouvez sauvegarder vos réglages dans plusieurs configurations.

Test ACER GD711
Différents modes image ACER GD117

Le projecteur ne propose aucun mode d’interpolation d’images mais vous avez accès à une option super résolution d’accroissement de la netteté avec des niveaux de 0 à 6. Pour ajuster la colorimétrie vous disposez de réglages séparés Gain et Bias pour l’échelle de gris, d’un CMS disponible sur les 3 paramètres du Gamut et de niveaux de Gamma prédéfinis.

Test ACER GD711
Menu image Acer GD117

La gestion HDR-10 n’est pas dynamique mais il y a 4 niveaux de Gamma EOTF à sélectionner manuellement en fonction de l’encodage de votre source.

Test ACER GD711
Gamma EOTF ACER GD711

La luminosité LED est ajustable sur 2 niveaux « normal et économique » et vous avez à votre disposition un contraste dynamique censé renforcer ce critère.

Pour le Gaming, les deux modes de jeux disponibles basculent automatiquement le projecteur dans le mode d’input lag réduit. Vous bénéficiez également d’options dédiées à la restitution des jeux vidéos intitulées « Taux de rafraîchissement » et ses options « Fréquence d’images élevée » prenant en charge la synchronisation de la fréquence d'images élevée (1080p240Hz) puis « Taux de rafraîchissement variable » qui active la fonction VRR avec la prise en charge AMD Freesync et NVIDIA Gsync et la compatibilité avec le taux de rafraîchissement variable et la synchronisation 1080p 144Hz.

Test ACER GD711
Menu VRR

Verdict technique

Bruit de fonctionnement et qualité du système sonore intégré :

Aux classiques modes de fonctionnement « normal et économique », le GD711 ajoute dans ses sélections image le choix du mode « silence » mais qui désactive la gestion 4K XPR. J’ai donc effectué mes relevés dans ces trois configurations. Dans ses niveaux les plus élevés (normal) le nouvel Acer est bruyant avec 39,1 dB mesurés à 50 cm de distance de l’appareil. Les ventilateurs fonctionnant au niveau dit économique produisent encore de trop tapageurs 38 dB bien éloignés des 23 dB promis par le constructeur.

Test ACER GD711
Mode silence Acer GD711

C’est bien sûr l’option « silence » qui s’en sort le mieux avec 36,8 dB mais dans cette configuration point de 4K possible, vous revenez systématiquement à la résolution native de la puce DMD soit 1920×1080.

Le haut-parleur intégré de 10W est bien loin d’égaler les niveaux de précision et de finesse offerts par les champions du secteur que sont Fengmi et Xiaomi. La scène sonore est étriquée et sans aucune dynamique et je ne peux que recommander d’utiliser un système home cinéma audio externe digne de ce nom en appui du projecteur.

Consommation électrique :

Dans ce domaine d’évaluation les prédictions d’économies d’énergie promises par la source lumineuse LED sont bien au rendez-vous. À pleine puissance le GD711 réclamera 128W, puis 82W dans son mode économique.

Test ACER GD711
Consommation électrique Acer GD711

Précision de l’image :

Malgré l’absence d’une résolution 4K native, le GD711 offre une image avec une belle finesse et sans aberrations chromatiques. En observant le centre de la mire 4K Avsforums, on s’aperçoit que seuls les symboles les plus petits qui devraient apparaître sur les derniers rectangles de gauche et de droite sont absents. Mais il n'y a qu'un projecteur 4K natif pour arriver à les afficher correctement et le nouvel Acer n'en est pas un.

Test ACER GD711
Mire 4K netteté

Autre élément de l’image intéressant : la suite de chiffres présents sur la partie supérieure de l’image ; son examen permet d’apercevoir des lignes précises et fines, signe d’un bon piqué.

Test ACER GD711
Netteté chiffres Acer GD71

Fluidité :

Le GD711 ne dispose pas d’aide à la fluidité mais il se débrouille très bien sans cette option. Que ce soit sur la scène d’introduction de Wonder Woman 1984 avec le travelling horizontal sur la course de la jeune héroïne ou sur le départ de RED, le judder est maîtrisé et l’image en mouvement reste précise. Ce point est confirmé par l’examen du défilé des piments dans la suite de mires 4K de Spears and Munsils.

Test ACER GD711
Fluidité

Input lag :

Test ACER GD711
Input lag standard

En tant que projecteur conçu pour s’adonner aux jeux vidéo sur un grand écran ce domaine doit représenter l’excellence du GD711. Sans activer l’option de réduction du lag je relève un retard de 59,1ms en 2160p à 60hz. Dans ses deux modes jeu, l’input lag est abaissé à 28,2 ms sans activer le mode VRR et 25,2 ms en l'activant, toujours en 60hz. En extrapolant, il est possible de conclure que l’Acer est capable de réduire l’input lag à 12,6ms à 120hz. C’est très bon pour un projecteur mais quelques concurrents font mieux comme le BenQ X1300i (8,2 ms à 120hz). Toutefois, ce dernier modèle n’est pas doté d’une gestion VRR.

Test ACER GD711
Input lag VRR

Overscan et bordure lumineuse grise de la puce DMD 0,47 :

Le GD711 propose une gestion du cropping ou overscan qui est inopérante par défaut. Ce choix permet à son image d’être épargnée par tout effet de rognage susceptible d'amputer certains de ses éléments.

Test ACER GD711
Overscan

Le sinistre cadre gris habituel de la puce DMD 0,47 de nouvelle génération est par contre bien présent (2 cm de largeur) et, autant le dire, sa déplaisante perception est amplifiée par le faible contraste de l’appareil.

Colorimétrie et Gamma :

L’utilisation d’une source lumineuse LED rend capable le GD711 de dépasser les limites de l’espace couleurs HDTV (rec.709) et d’atteindre 96,3 % de couverture du Gamut DCI-P3. C’est conforme aux attentes et aux annonces. L’Acer offrira donc des couleurs plus fortes que celles d’un projecteur à lampe classique.

La multitude de sélections de colorimétrie configurées en usine permet de bénéficier dès la sortie de boîte d’une image avec une température de couleurs proche de la valeur recherchée soit 6500K. C’est le mode standard et ses 6565K (écart deltaE de 8,02) associés à un Gamma de 2,11 que je recommande.

Test ACER GD711
RVB Gamma mode standard sans contraste dynamique

Le projecteur dispose de tout ce qu’il faut pour effectuer un calibrage fin dont deux modes ISF réservés aux professionnels. Pour le mode standard il suffit de rehausser le rouge et le bleu pour obtenir une température de couleurs de 6457K et un écart deltaE cette fois réduit à 3,01.

Voici les paramètres corrigés dans la température de couleurs :

Gain Rouge 54

Gain Vert 50

Gain Bleu 54

Bias Rouge 50

Bias Vert 50

Bias Bleu 50

Gamma 2.2

CT1

Pour la gestion HDR, le projecteur s’en tirera dans la majorité des encodages avec les niveaux de Gamma EOTF 1 et 2 sans toucher au point blanc, en conservant les valeurs correctives mentionnées ci-dessus.

Luminosité et contraste :

Test ACER GD711

Le constructeur met en avant une luminosité de 4000 lumens ! Il indique qu’il s’agit de lumens LED. Seule l’échelle de valeurs Ansi est pertinente. Acer veut sûrement quantifier l’effet HK (Helmholtz-Kohlraush) propre aux projecteurs LED qui disposent de couleurs plus saturées et donnent l’impression d’être plus lumineux. Mais, alors que j’ose timidement appliquer un facteur subjectif de 20 % d’amélioration, la marque y applique allègrement plus de 100 % en passant de 1684 Ansi Lumens à ces 4000 LED Lumens prétendus !

Sur ce sujet et comme quoi la pratique n'est pas anecdotique, Epson a lancé des poursuites aux États-Unis contre des marques qui abusent les acheteurs en se référant à des mesures trompeuses répertoriées comme "Lux", "lumens LED" ou "luminosité de la lampe" ne respectant pas les mesures standard de l'industrie et ayant donc un impact important sur la capacité du consommateur à comparer les performances des projecteurs.

Or, la mesure des luminosités des projecteurs est définie par des groupes de normes internationalement reconnus, notamment l'Organisation internationale de normalisation (ISO) et le Comité international de métrologie de l'affichage (ICDM). L'ICDM publie les normes de mesure de l'affichage, des informations (IDMS) où la méthodologie de mesure séparée de la luminosité des couleurs et de la luminosité des blancs du projecteur est entièrement définie. La norme ISO spécifiant la méthodologie de mesure des projecteurs est ISO21118:2020. Lorsque ces normes sont respectées, il n'y a aucune ambiguïté quant à la manière dont les projecteurs doivent être correctement mesurés et comparés.

Pour ma part, mes mesures sont toutes prises en Lumens Ansi. Les mesures de la norme ISO21118 suivent une technique similaire à celle de la spécification Ansi qui fait la moyenne de la luminosité de 9 points de l'image.

Pour en revenir au GD711 et après calibrage, sa luminosité Ansi le rend concrètement apte à diffuser une image SDR de 3m43 en conservant 16fL de luminance et 2m74 en HDR avec 26 fL. Des tailles plus que respectables pour un projecteur home cinéma, donc pas la peine d’en rajouter avec ces pseudos Lumens LED!

Pour le contraste, le triste examen des mesures plafonnant péniblement à 330:1 en natif est encore terni pas le piètre rendu du contraste dynamique qui, en plus de se montrer peu efficace sur l’augmentation de la mesure (450:1 maximum), s’accompagne d’une dérive colorimétrique amplifiant le rouge et le bleu au détriment du vert. L’image se mue alors atmosphère paysagère de la planète Mars vue depuis la fenêtre de son pavillon !

Test ACER GD711
Effet activation contraste dynamique

Verdict subjectif

En deux mots, j’ai passé un très mauvais moment cinéma en famille avec le GD711. Si ce projecteur a peut être des qualités dans le domaine du Gaming (n’étant pas équipé de consoles de nouvelles générations je n’ai pas pu vérifier ce point), en revanche il n’est pas à son aise pour le loisir qui nous intéresse ici au premier chef à savoir la projection de grandes images de films, de séries ou de documentaires à domicile.

Ce constat visuel déprimant est partagé par ma petite famille qui commence à avoir un sacré œil critique en matière de qualité d’image (et pour cause, elle participe à toutes mes évaluations depuis plusieurs années!). C'était limite si je n'ai pas reçu le cageot de tomates sur la tronche! Cette mauvaise impression est principalement générée par la faiblesse du contraste muant en calvaire la restitution de toute scène sombre ou nocturne. C’est d’autant plus dommage que la colorimétrie est plutôt bien ajustée en sortie de boîte et que la précision d’image est au rendez-vous.

Comme indiqué, il n'est guère possible d'espérer sauver la situation à l’aide du contraste dynamique dont la gestion est une des pires qu’il m’ait été donnée à tester jusqu’à présent. Non seulement elle n’apporte quasiment aucun effet sur la profondeur des noirs mais en prime elle s’accompagne d’une dérive importante du rouge faussant toute la colorimétrie de l’image.

Ces impressions sont valables aussi bien avec des sources 1080p SDR que 4K HDR. Le nerf de la guerre pour obtenir une image de qualité chez soi c’est le contraste et la dynamique d’image. Le compte n’y est pas avec ce nouvel Acer.

Conclusion

Quand on tente de mélanger les genres, en l'occurrence jeux vidéo et cinéma, et bien il peut arriver que la mayonnaise ne prenne pas. C'est justement le cas de l’Acer GD711. Ce modèle sera peut être un as du jeu vidéo, quoique j’éprouve de sérieux doutes sur la restitution de jeux sombres avec son contraste d’un projecteur de basse extraction et dépassé, mais en termes de cinéma c'est aussi triste et gris que le Plat pays de Brel, avec en prime le bruit de l'autoroute d'à côté.

A 1499€ je ne peux que vous recommander de passer votre chemin et d’aller chercher votre solution de cinéma à domicile chez un constructeur plus à l’aise avec les solutions SmartTV et ne sacrifiant pas l’expérience cinéma au profit du Gaming.

Carton jaune... et tiens même rouge saturé à 4000 lumens pour l’Acer GD711.

CARTON ROUGE
CARTON ROUGE

J’ai apprécié :

- La colorimétrie en sortie de boîte,

- La précision d’image,

- La fluidité,

- L’input lag.

Je regrette :

- Le contraste déplorable,

- Un mode SmartTV raté,

- Le bruit de fonctionnement.

ENGLISH VERSION

For several years now, Acer has been trying to make its mark and its expertise in the field of video games. Through its "Predator" label, the manufacturer markets a whole series of "Gaming" oriented devices and peripherals, including projectors. It is under this label that the brand new GD711 arrives, a front diffuser with a classic focal length which marries the micro-mirror technology of Texas Instruments to a LED light source (RGB).

The projector is available at your local retailers at 1499€ and I'm going to answer this fundamental question that I'm sure each of you is asking: " Can a device designed for video games also turn into a home theater virtuoso?" You will find a concrete and argued answer in the thread and then the conclusion of this new test bench.

What is it about?

The Acer GD711 Predator is a projector with a 0.47-inch DMD chip. Its triple red, green and blue LED light source is designed to last up to 30,000 hours. This technical solution, in addition to offering a good longevity, is low power consumption.

Test ACER GD711
ACER GD711

The projector is compatible with HDR-10 signals (but not HLG). It supports the following resolutions and frequencies (1080p/120Hz and 1080p/240Hz) and has a variable refresh function (VRR *) 1080p 48~144Hz. Its HDMI sockets are AMD FreeSync and NVIDIA G-sync compatible.


All other forms of content, including movies, can be brought up to 4K resolution through the XPR processing applied by its DLP chip. The GD711 runs on an Android OS and has a choice of apps through an Aptoi store.

Acer announces that its new model covers up to 125% of the Rec. 709 color gamut with a light output of 4000 LED lumens and a contrast ratio of 2,000,000:1. On paper again, the operating noise is announced at 23 dB in economy mode... never heard of it! Here are 3 claims that I can already qualify as fanciful, to remain polite!

For 3D lovers, the GD711 supports 1080p 3D signals in DLP-Link format (glasses must be purchased separately).


* VRR qu ezako?

VRR, or "variable refresh rate," is an essential feature for achieving a smooth, artifact-free image during gaming, ensuring a crisp image for offline and competitive games.

The main function of VRR is to eliminate screen tearing during games.
It occurs when the image refresh on your TV is not synchronized with the speed at which the graphics card in your console or PC delivers images. You end up with the screen displaying, for example, one image on the top half of the screen and the next on the bottom half .

The tearing is noticeable when, again by way of illustration, you are using a 60 Hz TV and the game's refresh rate fluctuates between 45 and 60 frames per second. It's especially evident in fast-moving games like first-person shooters.

VRR eliminates this problem by synchronizing the screen refresh rate with the console output. There is no more tearing and performance is not affected because the console or PC sets the pace, not the screen.

This VRR concept of matching screen refresh to rendered images is not new, but the technology has recently improved and become much more accessible.

VRR is now part of the HDMI 2.1 standard - which also supports eARC - and is a feature of the next-generation Xbox Series X, Series S and PS5 consoles.

You'll note, however, that this feature is also available with the GD711's
HDMI 2.0 jacks.

Physical tour

The first tactile and visual contact with the GD711 does not arouse enthusiasm. The dark plastic shell gives a low-end impression and is in contrast to the so far "elitist" side of the Predator series. The device is not very bulky : 320 × 232 × 109 mm in size and weighs 3.2 kg.

Test Acer GD711
ACER GD711

The optical block displays a projection ratio of 1.22:1. It is fixed, that is to say that it does not have a zoom. Only a manual focus wheel is present on the top of the camera. It is therefore the position of the GD711 that will determine the size of your image. Thus, if you consider an image base in 16:9 format of 2m21 you will need a distance of 2m70.

The GD711 does not have a mechanical lens-shift, but you can use retractable feet and electronic keystone correction to match its image to your screen if needed.

The connectivity includes two HDMI HDCP 2.0 sockets. This is a surprising point when part of the target audience is owners of new consoles who could benefit from the presence of HDMI 2.1 sockets.

Test Acer GD711
Connectique Acer GD711

I also note the presence of two USB sockets, one for powering an HMDI dongle or for maintenance and the second for connecting a key or a hard drive and reading its content using the projector's built-in media player .

There is also a dedicated slot for the Wifi dongle that comes with the device and that allows you to connect it to the network (why not have it integrated directly under the cover??) and an audio output. The GD711 is equipped with an internal speaker with a power of 10W.

The remote control, uncluttered, looks like the models of Fengmi, Xiaomi or Xgimi. Like its sisters, it does not offer any lighting but is equipped with a directional mouse. It has a specific treatment against microbes and bacteria (in case you have the idea to lick it!).

ACER GD711
ACER GD711

This remote control does not have a dedicated button for source selection. The one assigned to the mouse is common with this function. It is called "Smart Source" but I quickly felt like renaming it to "mega headache". Indeed, the supposed automatic source detection promised by the user manual systematically made me land in the square thumbnail menu without any possibility to access the HDMI sources. The only solution found to overcome this is to use the function pad on the projector.

Menus

The GD711 attempts a foray into the field of smart projectors by offering a dedicated interface running on Android. I wrote that it was an attempt because we are far from the user experiences offered by brands that master the subject, such as Fengmi, Formovie, LG, Hisense, Samsung or even Xiaomi.

Test ACER GD711
Aptoide

The built-in media player offers a rudimentary interface and does not appreciate the audio codecs of x265 files. For the Aptoid store don't expect to get Netflix in full version as the projector is not compatible. My advice: avoid the Acer solution and prefer an external solution for all streaming channels and for dematerialized content on your computer.

Test ACER GD711
Lecteur médias Acer GD117

After this unsuccessful attempt, let's move on to the examination of the "classic" camera management menus and more specifically those of the image. The image modes proposed by the manufacturer are numerous, I spent some time to measure them all. Here is the complete list to which we must add the two ISF modes accessible after entering a password. I'll take a breath... come on, here we go: Bright, standard, presentation, sRGB, rec.709, silent, film, dark cinema, education, dark games, bright games, soccer and a user memory. Note that all selections are editable, so you can save your settings in multiple configurations.

Test ACER GD711
Différents modes image ACER GD117

The projector does not offer any image interpolation mode but you have access to a super resolution sharpening option with levels from 0 to 6. To adjust the colorimetry you have separate Gain and Bias settings for the gray scale, a CMS available on the 3 Gamut parameters and predefined Gamma levels.

Test ACER GD711
Menu image Acer GD117

The HDR-10 management is not dynamic but there are 4 levels of EOTF Gamma to select manually depending on the encoding of your source.

Test ACER GD711
Gamma EOTF ACER GD711

The LED brightness is adjustable on 2 levels "normal and economic" and you have at your disposal a dynamic contrast supposed to reinforce this criterion.

For gaming, the two available gaming modes automatically switch the projector to the low input lag mode. You also get dedicated options for gaming playback called "Refresh Rate" and its "High Frame Rate" options supporting high frame rate sync (1080p240Hz) and then "Variable Refresh Rate" which enables VRR with AMD Freesync and NVIDIA Gsync support and 1080p 144Hz sync and variable refresh rate compatibility.

Test ACER GD711
Menu VRR

Technical verdict

Operating noise and quality of the integrated sound system:

In addition to the classic "normal" and "economy" modes, the GD711 adds in its image selections the choice of the "silent" mode but which disables the 4K XPR management. So I did my readings in these three configurations. In its highest levels (normal) the new Acer is noisy with 39,1 dB measured at 50 cm distance from the device. The fans operating at the so-called economic level still produce of too noisy 38 dB far from the 23 dB promised by the manufacturer.

It is of course the "silent" option that comes out best with 36.8 dB but in this configuration no 4K is possible, you systematically return to the native resolution of the DMD chip, i.e. 1920×1080.

Test ACER GD711
Mode silence Acer GD711

The built-in 10W speaker is far from matching the levels of precision and finesse offered by industry champions Fengmi and Xiaomi. The soundstage is narrow and without any dynamics and I can only recommend using a worthy external audio home theater system to support the projector.

Power consumption :

In this area of evaluation the energy saving predictions promised by the LED light source are well met. At full power the GD711 will claim 128W, then 82W in its economy mode.

Test ACER GD711
Consommation électrique Acer GD711

Image Accuracy:

Despite the lack of native 4K resolution, the GD711 offers an image with a nice sharpness and without chromatic aberrations. Looking at the center of the Avsforums 4K test pattern, we see that only the smallest symbols that should appear on the last rectangles on the left and right are absent. But only a native 4K projector can manage to display them correctly and the new Acer is not one of them.

Test ACER GD711
Mire 4K netteté

Another interesting element of the image is the sequence of numbers present on the upper part of the image; s on examination allows to see precise and fine lines, sign of a good sharpness.

Test ACER GD711
Netteté chiffres Acer GD71

Fluidity:

The GD711 does not have a smoothness aid but it does very well without it. Whether it's the introductory scene of Wonder Woman 1984 with the horizontal tracking shot of the young heroine's run or the start of RED, the judder is under control and the moving image remains sharp. This point is confirmed by examining the parade of peppers in the 4K test pattern suite of Spears and Munsils.

Test ACER GD711
Fluidité

Input lag:

Test ACER GD711
Input lag standard

As a projector designed to play video games on a large screen, this area must represent the excellence of the GD711 . Without activating the lag reduction option I note a delay of 59.1 m s in 2160p at 60hz. In s he two game modes, the input lag is lowered to 28.2 ms without activating the VRR mode and 25.2 ms by activating it, still in 60hz. By extrapolating, it is possible to conclude that the Acer is able to reduce the input lag to 12.6ms at 120hz. This is very good for a projector but some competitors do better like the BenQ X1300i (8.2 ms at 120hz). However, this last model is not equipped with VRR management.

Test ACER GD711
Input lag VRR

Overscan and grey light border of the DMD chip 0.47 :

The GD711 offers a cropping or overscan management which is inoperative by default. This choice allows its image to be spared any cropping effect that could cut off some of its elements.

Test ACER GD711
Overscan

The usual sinister gray frame of the new generation DMD 0.47 chip is however quite present (2 cm wide) and, let's face it, its unpleasant perception is amplified by the low contrast of the device.

Colorimetry and Gamma :

The use of an LED light source makes the GD711 capable of exceeding the limits of the HDTV color space (rec.709) and achieving 96.3% DCI-P3 Gamut coverage. This is in line with expectations and announcements. So the Acer will deliver stronger colors than a conventional lamp projector.

The multitude of colorimetry selections configured at the factory allows to benefit from an image with a color temperature close to the desired value, that is 6500K. It is the standard mode and its 6565K (deltaE of 8.02) associated with a Gamma of 2.11 that I recommend.

Test ACER GD711
RVB Gamma mode standard sans contraste dynamique

The projector has everything you need to perform a fine calibration, including two ISF modes reserved for professionals. For the standard mode, it is sufficient to enhance the red and blue to obtain a color temperature of 6457K and a deltaE deviation this time reduced to 3.01.

Here are the corrected parameters in the color temperature:

Red Gain 54

Green Gain 50

Gain Blue 54

Bias Red 50

Bias Green 50

Bias Blue 50

Gamma 2.2

CT1

For HDR management, the projector will get by in most encodings with EOTF 1 and 2 Gamma levels without touching the white point, keeping the corrective values mentioned above.

Brightness and contrast:

The manufacturer highlights a brightness of 4000 lumens! It indicates that these are LED lumens. Only the Ansi value scale is relevant. Acer surely wants to quantify the HK effect (Helmholtz-Kohlraush) specific to LED projectors that have more saturated colors and give the impression of being brighter . M ais, while I dare timidly apply a subjective factor of 20% improvement, the brand cheerfully applies more than 100% by going from 1684 Ansi Lumens to these 4000 LED Lumens claimed!

Test ACER GD711

On this subject and as if the practice is not anecdotal, Epson has launched lawsuits in the United States against brands that mislead buyers by referring to misleading measurements listed as "Lux", "LED lumens" or "lamp brightness" not complying with industry standard measurements and thus having a significant impact on the consumer's ability to compare the performance of projectors.

However, he measurement of projector brightness is defined by internationally recognized standards groups, including the International Organization for Standardization (ISO) and the International Committee for Display Metrology (ICDM). ICDM publishes the Display Information Measurement Standards (IDMS) where the methodology for separate measurement of projector color brightness and white brightness is fully defined. The ISO standard specifying the measurement methodology for projectors is ISO21118:2020. When these standards are met, there is no ambiguity as to how projectors should be properly measured and compared.

For my part, my measurements are all taken in Ansi Lumens. The ISO21118 measurements follow a similar technique to the Ansi specification which averages the brightness of 9 points in the image.

Coming back to the GD711 and after calibration, its Ansi luminosity makes it concretely able to broadcast an SDR image of 3m43 with 16fL luminance and 2m74 in HDR with 26 fL. More than respectable sizes for a home theater projector, so no need to add more with these pseudo LED Lumens!

For the contrast, the sad examination of the measurements painfully capping at 330:1 in native is still tarnished by the poor rendering of the dynamic contrast which, in addition to being not very effective on the increase of the measurement (450:1 maximum), is accompanied by a colorimetric drift amplifying the red and the blue to the detriment of the green. The image then becomes landscape atmosphere of the planet Mars seen from the window of his house!

Test ACER GD711
Effet activation contraste dynamique

Subjective verdict

In two words, I 've spent a very bad moment with the GD711. If i this projector may have qualities in the field of Gaming (not being equipped with new generation consoles I could not verify this point), on the other hand it is not at its ease for the leisure that interests us here first and foremost, namely the projection of large images of films, series or documentaries at home.

This depressing visual observation is shared by my little family who is starting to have a critical eye when it comes to image quality (and for good reason, they have been participating in all my evaluations for several years!) It was almost as if I didn't get a crate of tomatoes on my face! This bad impression is mainly generated by the weakness of the contrast making the restitution of any dark or night scene a nightmare. It is all the more unfortunate that the colorimetry is rather well adjusted out of the box and that the image precision is there.

As indicated, it is hardly possible to 'hope to save the situation with the help of the dynamic contrast whose management is one of the worst I have been given to test so far. Not only does it bring almost no effect on the depth of the blacks but it is accompanied by a significant drift of the red distorting the whole colorimetry of the image.

These impressions are valid for both 1080p SDR and 4K HDR sources. The key to a good picture at home is contrast and dynamic range. This is not the case with this new Acer.

Conclusion

When you try to mix genres, in this case j them video and c inéma, well it can happen that the mayonnaise does not take. This is precisely the case of the Acer GD711. This model may be an ace for video games, although I have serious doubts about the restitution of dark games with its contrast of a projector of low extraction and outdated, but in terms of cinema it is as sad and gray as Brel's Plat pays, with the bonus of the noise of the highway next door.

At 1499€ I can only recommend you to pass your way and to go and get your home cinema solution from a manufacturer more comfortable with SmartTV solutions and not sacrificing the experience cinéma for the benefit of the gaming.

Yellow card... and here's a saturated red card at 4000 lumens for the Acer GD711.

CARTON ROUGE
CARTON ROUGE

I enjoyed :

- The colorimetry out of the box,

- Image accuracy,

- Fluidity,

- Input lag.

I regret :

- The deplorable contrast,

- A failed SmartTV mode,

- Operating noise.


4 Commentaire(s)

  1. NoNo59 dit :

    Bonsoir
    Pauvre Grégory 🙂
    Il a failli se prendre le cageot lol
    Toujours un plaisir de te lire

    1. Grégory dit :

      Merci NoNo59 :).

  2. MikeLeVendeen dit :

    Bonjour Gregory!

    On dit sur le ou la tronche? J’ai un doute :).

    Bon j’espère que tu auras l’occasion de tester le nouveau LG CineBeam HU715Q… niveau smart tv sûrement meilleur que celui-ci…

    1. Grégory dit :

      C’est bien “la tronche”. 😉

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

  • Test Xiaomi Mijia 1S 4K : l’avis de Grégory
    Bonjour la communauté, J'ai une question concernant le paramétrage audio du video. Je cherche une configuration assez fine pour percevoir…
    le 2023-01-27 16:19:24 par Joe
  • JVC LX-NZ30 DLP laser 4K XPR
    Bonjour Gregory, Je vous lis depuis plusieurs années et suis stupéfait par vos tests très complets qui permettent aux personnes…
    le 2023-01-27 10:53:17 par willon
  • Test Xiaomi laser Cinéma 2 : l’avis de Grégory.
    Bonjour, il est en test ici : https://www.mondoprojos.fr/2022/05/08/test-xiaomi-full-color-laser-cinema/
    le 2023-01-26 11:09:52 par GregW
  • Test Xiaomi laser Cinéma 2 : l’avis de Grégory.
    Bonjour, Merci pour cet article et la Màj apporté ! Apparemment le modèle aurait évolué, le Cinema2 est difficilement trouvable…
    le 2023-01-26 11:07:02 par Nafoot
  • Test Fengmi S5
    Tout à fait.
    le 2023-01-25 13:16:03 par GregW
  • Test Fengmi S5
    C'est compliqué l'image... :). Du coup, quand on bascule d'un mode de puissance lumineuse à l'autre (sans toucher à quoique…
    le 2023-01-25 13:14:26 par pingaddict

Catégories

ActualitésNon classéTests vidéoprojecteurs & toiles