Test Optoma GT2000HDR

Alors que nous sommes dans une période tournée vers la 4K, voire la 8K, la sortie d’un projecteur laser 1080p paraît ressembler à un anachronisme. C’est pourtant le choix fait par Optoma (filiale du géant Coretronics) en commercialisant un petit modèle DLP à courte focale limité à une résolution Full HD. En y regardant de plus près, la plupart des projecteurs DLP actuels proposent une émulation 4K à partir d’une telle résolution de 1920×1080, donc ce n’est pas si surprenant. Cependant, le nouveau venu accepte certes les signaux HDR et HLG mais en effectuant une mise à l’échelle descendante (dowscaling de l’autre côté de la Manche). Courte focale, 1080p et downscaling, voilà qui n'est pas sans rappeler les propriétés du BenQ TH690ST, lequel s'est avéré enthousiasmant en termes d'image délivrée.

Mais ce qui me gêne d'emblée dans cet appareil est que la communication de la marque s'oriente autour de ses performances en matière de luminosité et de réduction de l’input lag et ça, croyez moi sur parole, ce n’est jamais bon signe pour notre domaine de prédilection à savoir celui du cinéma à la maison !

De quoi s’agit-il ?

Les projecteurs à courte focale ne connaissent pas le même succès ni le même engouement que leurs homologues à ultra courte focale mais ils peuvent toutefois se révéler intéressants pour les petites pièces et être placés dans une configuration plafond bien plus compliquée pour un projecteur UST.

OPTOMA GT2000HDR
OPTOMA GT2000HDR

L'Optoma GT2000HDR fait partie de cette catégorie avec son rapport de projection fixe de 0.496:1 permettant d'obtenir une image de 2m23 de base avec un recul limité à un mètre. Il bénéficie d'une forte luminosité annoncée à 3500 lumens grâce à sa source lumineuse laser/phosphore .

Les amoureux de la 3D seront heureux d'apprendre que le nouvel Optoma est 3D Ready 1080p avec des lunettes DLP-Link à acquérir en supplément. Il est pourvu de deux prises HDMI 2.0 et propose un mode Gaming avec input lag réduit. Appareil d'entrée de gamme, il ne dispose pas de traitement vidéo élaboré et fait l'impasse sur l'interpolation d'images.

Conçu dans une optique de développement durable, le GT2000HDR réduit la consommation d’énergie jusqu’à 45% par rapport à un projecteur Optoma à lampe. De plus, sa technologie laser garantit une longue durée de vie du produit (jusqu'à 30 000 heures) et induit une maintenance minimale.

Son emballage a été conçu avec le souci de la protection de l’environnement pour contenir jusqu'à 97 % de matériaux recyclables. Sa taille compacte permet de réduire l’emballage utilisé, de parvenir à une logistique plus efficace et de contribuer à une réduction des émissions de carbone. Que voila de bonnes nouvelles pour la planète ! Là c'est Cattod qui parle : On doit en effet se féliciter de voir un message "écologie & durabilité" clairement mis en avant dans la promotion d'un tel pur fruit de la mondialisation, produit dont les composants proviennent à coup d'énergie fossile de toute la planète, se réunissent en Asie pour ensuite repartir voguer un peu partout, à plus forte raison dans un domaine parmi tant d'autres où l'usager semble bien peu en phase ou en conscience de la problématique. Moins d'énergie, moins de matériaux et une longue vie, ça va en effet dans le bon sens. Encore faudrait-il ne pas trop en rajouter car on lit aussi que le projecteur ne contient aucune trace de mercure, ce qui réduit davantage son empreinte carbone. Heu… Cette dernière phrase, également issue de la promo d'Optoma, fera toutefois lever le sourcil à certains d'entre nous (elle devrait le faire à tous d'ailleurs!) et a des allures limite de greenwashing car il y a lieu de se demander quel est le rapport entre le mercure et l'empreinte carbone ? "Empreinte environnementale" eut été plus juste, formule d'ailleurs utilisée plus loin par Optoma. Peut-être une erreur de traduction alors?

Avec tout ça et quoi qu'il en soit, l’Optoma GT2000HDR est actuellement disponible au tarif de 1499€.

Tour physique

Il prend l'apparence d'un boîtier rectangulaire de couleur blanche avec l'optique décentrée (protégée par un cache en plastique). Ses dimensions sont de 274 × 216 × 114mm pour un poids de 3 kg.

OPTOMA GT2000HDR
OPTOMA GT2000HDR

Son bloc optique ne dispose pas de zoom mécanique, seule une molette d’ajustement du focus est présente sur le haut de la coque.

A l’arrière de l’appareil on retrouve 2 entrées HDMI 2.0, 1 audio 3.5mm, 1 USB-A power 1.5A et 1 RS232.

OPTOMA GT2000HDR
Panneau arrière Optoma GT2000HDR

Petite particularité, ce modèle est pourvu d’un bloc d’alimentation externe. Si cela n’est pas gênant pour une installation du projecteur en position table, c’est beaucoup plus problématique lorsqu’on envisage une fixation au plafond, car en plus du projecteur il va falloir trouver un dispositif pour arrimer le bloc transformateur.

OPTOMA GT2000HDR

Vous l’aurez donc bien compris, le GT2000HDR sera plus à son aise devant les spectateurs sur une table, et c'est ainsi installé qu'il va subir son test.

La télécommande, première source d’agacement. En la matière le constructeur fournit une petite chose blanche au format carte de crédit qui doit fonctionner en infra rouge. J’écris « doit » car elle a définitivement choisie de ne pas répondre à mes sollicitations malgré le changement de pile (une petite pile ronde bien difficile à trouver en plus).

Test OPTOMA GT2000HDR
Télécommande Optoma GT2000HDR

Résultat, pour le test et le calibrage il a fallu se servir du panneau des commandes déportées, ce qui n’est pas le plus aisé surtout pour les mesures et l’étalonnage. Quitte à sélectionner une version épurée autant choisir un modèle Bluetooth.

Menus

Les menus sont comment dire… minimalistes et ont été allégés de quelques fonctions pourtant bien utiles comme le crucial et indispensable réglage de l’échelle de gris. A la place, les concepteurs ont préféré donner un choix de températures de couleurs « cool, standard, chaude et froide »... toutes mal étalonnées. Le CMS sur les trois dimensions du Gamut reste heureusement présent.

Test OPTOMA GT2000HDR
Menu image

Les sélections d’images ajustées en usine sont réparties dans l’ordre suivant : "Couleur, lumineux, Cinéma, HDR/HLG, sport, jeu, Référence, 3D,". En fonction du type de programmes diffusés, toutes ne sont pas disponibles.

Concernant le Gamma, des valeurs prédéfinies sont proposées et il est reste possible d’intervenir sur ce paramètre avec les classiques réglages de luminosité et contraste.

La puissance lumineuse peut être réglée finement sur une échelle allant de 50 à 100 % par palier de 5 %. Un mode économique est également disponible.

Test OPTOMA GT2000HDR
Gestion fine de la puissance du laser

Aucun aide à la fluidité ne viendra vous aider pour lutter contre le judder. Le traitement vidéo est réduit au strict minimum tout comme la gestion HDR, activable ou non.

Pour le contraste, une option dynamique existe mais le projecteur fait en réalité ce qu’il veut dans ce domaine. En effet, sur sources SDR la gestion dynamique du laser est toujours active, il n’est pas possible de la débrayer, c’est uniquement en HDR qu’elle se désactive.

Test OPTOMA GT2000HDR
Menu affichage avec mode Jeu

Pour réduire la latence, une option dédiée permet d’abaisser le niveau d’input lag.

Verdict technique

Bruit de fonctionnement et qualité du système sonore intégré :

Avec le laser à pleine puissance je mesure 37 dB à 50 cm de distance du GT2000HDR et 35,5 dB en mode économique (le bruit résiduel de ma pièce s’élève à 34,7 dB). Cette seconde configuration permet de cataloguer le nouvel Optoma parmi les projecteurs discrets.

Un haut-parleur de 15W est intégré dans le projecteur. Son rendu me fait penser au speaker de Radio Londres pendant la seconde guerre mondiale, autrement dit un résultat d’un autre temps que je vous recommande de vite oublier au profit d’une solution externe de qualité.

Consommation électrique :

Bonne surprise, le GT2000HDR n’est pas gourmand en énergie. Malgré sa forte luminosité et sa source lumineuse laser, il n’aura besoin que de 102W à pleine puissance et 86,8W en mode économique pour fonctionner.

Piqué et précision :

L’absence de traitement XPR permet à ce modèle d’afficher une image avec une très grande précision et pour le coup c’est un vrai avantage. Mes mires 1080p Burosch sont reproduites avec tous les détails nécessaires et sans aberrations chromatiques. Le réglage de netteté n’en fait pas des tonnes et il n’est pas besoin de rectifier les valeurs usines.

Test OPTOMA GT2000HDR
Précision de l'image de l'Optoma GT2000HDR

Fluidité :

Après l’excellence de l’optique, l’analyse de la gestion des travellings est bien moins enthousiasmante. Malgré l’affichage du logo 24p, on se retrouve avec une image floue et légèrement déformée dans l'épreuve habituelle du mouvement de caméra horizontal qui débute sur le visage de Bruce Willis dans l’introduction de RED. Tous les projecteurs DLP actuels devraient être livrés obligatoirement avec un dispositif d’interpolation d’images et dès lors remboursés par la sécurité sociale s’ils sont efficaces contre le judder ! Vous l’aurez compris cette option est cruellement manquante sur le GT2000HDR.

Test OPTOMA GT2000HDR
Test de fluidité sur travelling du film RED

Input lag :

Même sans activer le mode rapide, le niveau de retard à l’affichage est placé en dessous de la barre fatidique des 50 ms (49,7 ms exactement). Avec l’option Gaming enclenchée j’obtiens un input lag limité à 16,4 ms sur source 1080p60. C’est très bon pour ceux qui recherchent le temps de réaction le plus rapide et ça permet au GT2000HDR de recevoir la qualification Gaming de Mondoprojos.fr.

Speckel laser :

Il n’y en a pas une seule trace. Le laser passant au travers du filtre de la roue au phosphore, l’effet granuleux du speckel laser est inexistant.

Uniformité des couleurs :

Si au centre ça peut aller avec des écarts deltaE inférieurs à 3, l’uniformité de la répartition des couleurs en prend un coup aux extrêmes. C’est particulièrement notable dans les deux angles supérieurs et dans l’angle gauche de la partie basse.

Test OPTOMA GT2000HDR

Overscan et bordure grise :

Aucune trace de cropping (overscan ou rognage) sur la mire Burosch 1080p habituelle et le fin liséré entourant l’image « utile » reste vraiment discret et ne viendra pas perturber le spectateur.

Test OPTOMA GT2000HDR
Overscan Optoma GT2000HDR

Colorimétrie et Gamma :

Sur cette partie, me voilà particulièrement remonté. Inutile d'y aller par quatre pincettes : c’est inadmissible de sortir un modèle laser avec une colorimétrie aussi bâclée à l’heure actuelle et surtout avec aucune option qui permette de la calibrer finement.

En sortie de boîte toutes les températures de couleurs sont trop froides, avec le mode « référence » censé être le plus proche des valeurs rec.709 (6500K) perché à 8695K !

Autre point regrettable, le Gamut du projecteur n’atteint que 75 % de l’espace couleurs DCI-P3. C’est vraiment dommage pour un projecteur laser qui doit permettre d’afficher des couleurs bien plus fortes. Celles disponibles sur ce nouvel Optoma me font replonger dans la cave lugubre de 39-45 des grands-parents, s'ajoutant à l'écoute clandestine de Radio Londres oreille collée au poste à galène et à la vision terrifiante d'un film saccadé de propagande d'époque. Brrr! vous imaginez l'ambiance!

Je me suis arraché les cheveux à tenter de remédier à ce fâcheux état colorimétrique mais, encore une fois, la seule présence d’un CMS ne permet pas de corriger une température de couleurs trop froide. Au mieux ont été obtenus 6847K mais avec un écart deltaE insatisfaisant puisque de 6,4.

Vous trouverez ci-dessous les valeurs appliquées pour y arriver.

Test OPTOMA GT2000HDR
Conseils réglages Optoma GT2000HDR

Gestion HDR :

Le GT2000HDR décroche une médaille un peu particulière : il arrive à être le premier projecteur que je teste à afficher un mauvais mapping HDR dès la fourniture d’un signal encodé à 600 nits! Et bien sûr cela s’aggrave dès qu’on augmente le niveau (1000, 2000 nits, etc.).

Test OPTOMA GT2000HDR
RVB Gamma HDR

Ainsi, les détails de la scène des chevaux qui broutent dans l’herbe enneigé de la suite Spears and Munsils sont effacés dès la fourniture d’un encodage de 600 nits. Même l’activation du HDR Optimizer sur ma platine Blu-ray UHD Panasonic n’arrive pas à corriger le tir. Mince ! Revoilà le spectre de Londres, c'est le fog !

Contraste et luminosité :

Là, le GT2000HDR affiche des valeurs de contraste exceptionnelles pour un DLP mais elles sont inutiles en projection de film ou de série. En effet, pour faire une mesure de contraste FOFO (Full On, Full Off), je projette une mire entièrement noire, suivie d’une mire blanche. Quand le GT2000HDR détecte l’image totalement noire, il coupe le laser. Cette configuration n’arrivera jamais pendant la diffusion d’un film, vous aurez toujours un peu d’élément lumineux à l’image et donc le laser sera actif.

Test OPTOMA GT2000HDR
Contraste luminosité Optoma GT2000HDR sonde face au projecteur

L’autre point perturbant est qu’avec des sources SDR ce dispositif dynamique est constamment présent, il ne peut être désactivé, et c’est pour cette raison que vous ne trouverez aucune mesure de contraste natif en SDR.

En HDR ce n’est pas la même chose et là j’ai pu relever un contraste natif de 1197:1 ce qui est plutôt pas mal mais le contraste Ansi reste faible à 117:1 (sonde face écran).

Test OPTOMA GT2000HDR
Contraste FOFO et Ansi Optoma GT2000HDR

La luminosité tient ses promesses avec des valeurs très hautes… mais comme la colorimétrie n’est pas correcte elle n’a que peu d’utilité dans la perspective d’une utilisation de cinéma à domicile.

Avis subjectif

Si vous n’accordez pas une importance fondamentale à la précision colorimétrique, le GT2000HDR est un projecteur qui affiche quelques qualités visuelles indéniables comme le contraste et surtout le piqué. Mais pour nous cinéphiles qui sommes particulièrement attachés au naturel des couleurs, à la belle délivrance de l'image du 7ème art, ce modèle est handicapé par la gestion (ou plutôt l’absence de gestion) de sa colorimétrie avec des images trop froides (surcroît de bleu).

Test OPTOMA GT2000HDR
Mad Max 2 4K HDR

Malgré son support des signaux HDR/HLG, la mauvaise gestion des métadonnées statiques et l’absence de Gamma EOTF digne de ce nom transforment le visionnage des films 4K en chemin de croix. Il vaut mieux s’épargner cette torture.

Conclusion

L’argument de la moindre empreinte environnementale, si elle est louable et mérite même toute notre attention, n’est pas en mesure d’excuser les piètres performances du GT2000HDR dans son cœur de métier à savoir la restitution fidèle de films, séries et documentaires.

Je l’ai indiqué dans le préambule de ce test, forte luminosité et communication sur les avantages Gaming font rarement bon ménage avec ce que nous attendons d’une image cinéma.

Cet Optoma courte focale reste toutefois un bon choix si vous envisagez de jouer en réseau sur une grande base d’image dans votre chambre à coucher, grâce à son input lag réduit, sa précision, sa forte luminosité et son bon niveau de contraste. Pour le reste mieux vaut partir sur un autre modèle.

OPTOMA GT2000HDR
OPTOMA GT2000HDR

J’ai apprécié :

- La luminosité,

- Le contraste natif,

- Le piqué,

- La discrétion (en mode éco).

Je regrette :

- La télécommande qui me fait hérisser le poil rien que de l’évoquer,

- Les menus incomplets,

- Le judder,

- La colorimétrie à revoir,

- Le support HDR/HLG inutile en l’état.

ENGLISH VERSION

At a time when we're moving towards 4K, or even 8K, the release of a 1080p laser projector seems like an anachronism. Yet this is the choice made by Optoma (a subsidiary of the giant Coretronics) by marketing a small, short-throw DLP model limited to a Full HD resolution. On closer inspection, most current DLP projectors offer 4K emulation from such a resolution of 1920×1080, so this isn't all that surprising. However, the newcomer does accept HDR and HLG signals, but by downscaling (dowscaling on the other side of the Channel). Short-throw, 1080p and downscaling are not unlike the properties of the BenQ TH690ST, which proved enthusiastic in terms of image delivery.

But what bothers me from the outset about this device is that the brand's communication is focused on its brightness and input lag reduction performances, and that, take my word for it, is never a good sign for our preferred domain of home cinema !

What's it all about ?

Short-throw projectors are not as successful or as popular as their ultra-short-throw counterparts, but they can be interesting for small rooms and can be placed in a ceiling configuration that is much more complicated for a UST projector.

OPTOMA GT2000HDR
OPTOMA GT2000HDR

The Optoma GT2000HDR falls into this category, with its fixed projection ratio of 0.496:1 providing a 2.23m wide image with a limited distance of one meter. It boasts a high luminosity of 3500 lumens, thanks to its laser/phosphor light source .

3D enthusiasts will be pleased to learn that the new Optoma is 3D Ready 1080p, with DLP-Link glasses available as an extra. It features two HDMI 2.0 sockets and a Gaming mode with reduced input lag. As an entry-level device, it doesn't feature elaborate video processing or image interpolation.

Designed with sustainability in mind, the GT2000HDR reduces energy consumption by up to 45% compared to an Optoma lamp-based projector. What's more, its laser technology guarantees a long product life (up to 30,000 hours) and minimal maintenance.

Its packaging has been designed with the environment in mind, containing up to 97% recyclable materials. Its compact size means less packaging, more efficient logistics and lower carbon emissions. So much for good news for the planet ! This is Cattod speaking: we should indeed be pleased to see an "ecology & sustainability" message clearly put forward in the promotion of such a pure fruit of globalization, a product whose components are sourced using fossil fuels from all over the planet, assembled in Asia and then set sail again just about everywhere, all the more so in a field among so many others where the user seems little in tune with or aware of the issues. Less energy, fewer materials and longer life are all steps in the right direction. But it's important not to overdo it, as we also read that the projector contains no traces of mercury, which further reduces its carbon footprint. This last sentence, also taken from the Optoma promo, will raise eyebrows in some of us (it should in fact raise eyebrows in all of us!) and smacks of borderline greenwashing, as it begs the question: what does mercury have to do with carbon footprint ? "Environmental footprint" would have been more accurate, a phrase used by Optoma later on. Perhaps a translation error, then?

With all this in mind, the 'Optoma GT2000HDR is currently available for €1499.

Physical tour

It takes the form of a rectangular white case with off-center optics. Its dimensions are 274 × 216 × 114mm, and it weighs 3 kg.

OPTOMA GT2000HDR
OPTOMA GT2000HDR

Its optical unit has no mechanical zoom, and only a focus adjustment knob on the top of the body.

On the rear of the device are 2 HDMI 2.0 inputs, 1 3.5mm audio, 1 USB-A power 1.5A and 1 RS232.

OPTOMA GT2000HDR
Panneau arrière Optoma GT2000HDR

This model is equipped with an external power supply. While this is not a problem when the projector is installed in a table position, it is much more problematic when ceiling mounting is envisaged, as in addition to the projector, a device will have to be found to secure the transformer block.

OPTOMA GT2000HDR

As you can see, the GT2000HDR will be more at home in front of spectators on a table, and this is how it will be tested.

The first source of irritation is the remote control. In this respect, the manufacturer supplies a little white credit-card sized thing that should work in infrared. I write "must" because it has definitely chosen not to respond to my requests despite the battery change (a small, round battery that's hard to find).

Test OPTOMA GT2000HDR
Télécommande Optoma GT2000HDR

As a result, for the test and calibration we had to use the remote control panel, which is not the easiest thing to do, especially for measurements and calibration. If you're going to choose a streamlined version, you might as well go for a Bluetooth model.

Menus

The menus are, how can I put it... minimalist, and have been stripped of a few useful functions such as the crucial and indispensable grayscale adjustment. Instead, the designers preferred to give a choice of color temperatures "cool, standard, warm and cold" ... all poorly calibrated. Fortunately, the CMS on the three Gamut dimensions is still present.

Test OPTOMA GT2000HDR
Menu image

Factory-set image selections are arranged in the following order: "Color, Bright, Cinema, HDR/HLG, Sport, Game, Reference, 3D". Depending on the type of program being broadcast, not all selections are available.

For Gamma, predefined values are proposed and it is still possible to intervene on this parameter with the classic brightness and contrast settings .

Light output can be fine-tuned on a scale from 50% to 100% in 5% steps. A n economy mode is also available.

Test OPTOMA GT2000HDR
Gestion fine de la puissance du laser

There are no fluidity aids to help you fight the judder. The video processing is reduced to the bare minimum, as is HDR management, which can be activated or not .

For contrast, a dynamic option exists, but the projector actually does what it wants in this area. In fact, on SDR sources, the laser's dynamic management is always active, and cannot be disengaged; only in HDR is it deactivated.

Test OPTOMA GT2000HDR
Menu affichage avec mode Jeu

To reduce latency, a dedicated option lets you lower the input lag level.

Technical verdict

Operating noise and quality of integrated sound system :

With the laser at full power, I measured 37 dB at a distance of 50 cm from the GT2000HDR and 35.5 dB in economy mode (the residual noise in my room was 34.7 dB). This second configuration allows to classify the new Optoma as a discreet projector.

A 15W loudspeaker is integrated into the projector. It rendering reminds me of Radio London's announcer during the Second World War, in other words a result from another era that I recommend you quickly forget in favor of a quality external solution.

Power consumption :

A pleasant surprise : the GT2000HDR is not a power-hungry device. Despite its high brightness and laser light source, it will only need 102W at full power and 86.8W in economy mode to operate.

Sharpness and precision :

The absence of XPR processing allows this model to display an image with great precision, which is a real advantage. My Burosch 1080p test patterns are reproduced with all the necessary detail and without chromatic aberrations. The sharpness setting doesn't overdo it, and there's no need to rectify factory values.

Test OPTOMA GT2000HDR
Précision de l'image de l'Optoma GT2000HDR

Fluidity :

After the excellence of the optics, the analysis of dolly handling is far less enthusiastic. Despite the 24p logo display, we end up with a blurred, slightly distorted image in the usual ordeal of the horizontal camera movement that begins on Bruce Willis' face in the introduction to RED. All current DLP projectors should be delivered with an image interpolation device, and reimbursed by social security if they are effective against judder ! As you can see, this option is sorely lacking on the GT2000HDR.

Test OPTOMA GT2000HDR
Test de fluidité sur travelling du film RED

Input lag :

Even without activating the fast mode, the display delay level is below the fateful 50 ms mark (49.7 ms to be exact). With the Gaming option activated, input lag is limited to 16.4 ms on a 1080p60 source. This is very good for those looking for the fastest reaction time, and earns the GT2000HDR the Gaming qualification from Mondoprojos.fr.

Laser Speckel :

There's not a trace of it. As the laser passes through the filter of the phosphor wheel, the grainy effect of the laser speckle is non-existent.

Color uniformity :

While the center may be fine with deltaE deviations below 3, the uniformity of color distribution takes a hit at the extremes. This is particularly noticeable in the two upper corners and in the left-hand corner of the lower section.

Test OPTOMA GT2000HDR
Uniformité

Overscan and gray border:

There's no trace of cropping (overscan) on the usual Burosch 1080p test pattern, and the thin border around the "useful" image remains discreet and won't disturb the viewer.

Test OPTOMA GT2000HDR
Overscan Optoma GT2000HDR

Colorimetry and Gamma :

Here, , I'm particularly upset. There's no need to mince words: it's 'unacceptable to release a laser model with such sloppy colorimetry at the present time, and above all with no options for fine calibration.

Out of the box, all color temperatures are too cold, with the "reference" mode supposed to be the closest to rec.709 values (6500K) perched at 8695K!

Another regrettable point is that the projector's Gamut only reaches 75% of the DCI-P3 color space. This is a real shame for a laser projector that should be able to display much stronger colors. Those available on this new Optoma take me back to my grandparents' gloomy 39-45 cellar, adding to the clandestine listening to Radio Londres with my ear glued to the galena set and the terrifying vision of a jerky propaganda film from the period. Brrr ! you can imagine the atmosphere!

I tore my hair out trying to remedy this unfortunate colorimetric state but, once again, the mere presence of an CMS doesn't make it possible to correct a color temperature that's too cold. At best obtained 6847K, but with a satisfactory deltaE difference in of 6.4 .

Below are the values applied to achieve this.

Test OPTOMA GT2000HDR
Conseils réglages Optoma GT2000HDR

HDR management :

The GT2000HDR wins a rather special medal: it was the first projector I tested to display poor HDR mapping as soon as it was supplied with a signal encoded at 600 nits ! Of course, the situation worsens as soon as you increase the level (1000, 2000 nits, etc. ).

For example, the details in the scene of horses grazing on snowy grass in the Spears and Munsils suite are erased as soon as 600 nits encoding is provided. Even activating the HDR Optimizer on my Panasonic UHD Blu-ray player can't correct this. Damn! There's that London ghost again, it's the fog!

Contrast and brightness :

Here, the GT2000HDR displays exceptional contrast values for a DLP. But they are useless for film or series projection. In fact, to make a FOFO (Full On, Full Off) contrast measurement, I project a completely black test pattern, followed by a white test pattern. When the GT2000HDR detects the completely black image, it cuts the laser. This configuration will never happen during a movie, as you'll always have a bit of light in the image, so the laser will be active.

Test OPTOMA GT2000HDR
Contraste luminosité Optoma GT2000HDR

The other disturbing point is that with SDR sources this dynamic device is constantly present, it cannot be deactivated, and for this reason you won't find any native contrast measurement in SDR.

In HDR it's not the same thing, and here I was able to record a native contrast of 1197:1, which is pretty good for but Ansi contrast remains low at 117:1 (probe facing the screen).

Test OPTOMA GT2000HDR
Contraste FOFO et Ansi Optoma GT2000HDR

Brightness delivers on its promise with very high values... but as colorimetry is not correct it is of little use for home theater use.

Subjective opinion

If color accuracy isn't of fundamental importance to you, the GT2000HDR is a projector with some undeniable visual qualities, such as contrast and, above all, sharpness. But for us cinephiles who are particularly attached to natural colors, to the beautiful delivery of the 7ème art image, this model is handicapped by the management (or rather the absence of management) of its colorimetry, with images that are too cold (too much blue).

Test OPTOMA GT2000HDR
Mad Max 2 4K HDR

Despite its support for HDR/HLG signals, the poor management of static metadata and the absence of EOTF Gamma worthy of the name turn the viewing of 4K films into a crossroads. It's best to spare yourself this torture.

Conclusion

Thesmaller environmental footprint argument, while commendable and even deserving of our full attention , cannot excuse the GT2000HDR's poor performance in its core business of faithfully rendering films, series and documentaries.

As I said in the preamble to this test, high brightness and communication about the benefits of gaming rarely go hand in hand with what we expect from a cinema image.

However, this short-throw Optoma is still a good choice if you plan to network a large image base in your bedroom, thanks to its low input lag, precision, high brightness and good contrast. For the rest, you're better off with another model.

OPTOMA GT2000HDR
OPTOMA GT2000HDR

I enjoyed :

- Brightness,

- Native contrast,

- Piqué,

- Discretion (in eco mode).

I'm sorry :

- The remote control that makes my hair stand on end at the mere mention of it,

- Incomplete menus,

- The judder,

- Colorimetry to be reviewed,

- HDR/HLG support useless as it stands.


5 Commentaire(s)

  1. Cattod dit :

    C’est issu de quel film l’image avec l’amérindienne ?

  2. Willow dit :

    Merci pour ce test Greg et Cattod j’ai bien rigolé 😉 il y a du travail côté Optoma pour ce type de produit vert !

  3. Joel dit :

    Bonjour, sur un écran de 80 pouces, quel est le meilleur selon vous ? Un 1080p natif de 0,47 ou un 4K 0,47 xpr ?

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

  • Test Hisense PL1
    Très bon choix et en ce moment ça va vite pour les livraisons. En tout cas merci pour ta confiance.…
    le 2024-03-02 05:58:45 par GregW
  • Test Hisense PL1
    Merci pour cet éclaircissement ;) ! Mon choix s’est porté quoiqu’il en soit sur le Formovie théâtre que tu seras…
    le 2024-03-01 22:52:01 par teoh
  • Test Formovie Cinéma 3
    Bonjour, J'ai ce Formovie Cinema 3 depuis quelques mois et j'en suis globalement content mais aujourd'hui seulement je découvre que…
    le 2024-03-01 20:56:12 par tony.yamanaka@gmail.com
  • Test Hisense PL1
    Bonjour tu as réponse à la question dans ta question ;). Il faut se fier au Gold Award et au…
    le 2024-02-29 06:22:58 par GregW
  • Test Hisense PL1
    Bonjour Gregory et merci pour ce test toujours aussi pointu et détaillé que nous offre comme à chaque fois. J’aurai…
    le 2024-02-29 00:49:57 par teoh
  • Test Xgimi Elfin : l’avis de Grégory.
    […] d’esprit qu’à été développé le S5, un projecteur DLP 1080p laser, concurrent direct du Xgimi Elfin. Il a donc…
    le 2024-02-28 18:35:01 par Test Fengmi S5 - Mondoprojos.fr

Catégories

ActualitésGuide d'achatNon classéTests vidéoprojecteurs & toiles