Test BenQ W5800 : Qualité d’image, fonctionnalités et plus


Aujourd'hui, BenQ France nous gratifie d'une exclusivité nationale en proposant un modèle de test de son tout dernier vidéoprojecteur DLP Laser 4K à focale classique : le W5800. Ce modèle suscite un vif intérêt, car il est entièrement consacré à l'univers du cinéma à domicile, offrant une restitution de l'image extrêmement fidèle à l'œuvre originale. Ainsi, ne cherchez pas de fonctionnalités Smart TV, de haut-parleurs intégrés ou de spécificités dédiées aux jeux vidéo. Le W5800 est conçu avant tout pour l'expérience cinématographique à la maison. Pour ce qui est de l'audio, il faudra compter sur un système externe.


Comme vous, passionnés et lecteurs, l'anticipation me gagnait à l'idée de découvrir ce modèle. C'est donc avec environ un mois d'avance sur le lancement officiel que je suis en mesure de partager avec vous mes impressions sur les performances réelles du W5800, les mettant en parallèle avec les promesses du fabricant.


Présentation du BenQ W5800


Le BenQ W5800 est un vidéoprojecteur DLP équipé d'une puce DMD de 0,47 pouce, utilisant une source lumineuse laser bleue unique et une roue à phosphore. Bien que sa résolution native soit de 1920x1080 pixels, le vidéoprojecteur parvient à produire une image UHD de 3840x2160 pixels. Il y parvient grâce à la technologie XPR x4, qui quadruple efficacement les pixels de la résolution native grâce à la vitesse de commutation exceptionnellement rapide de la puce DMD. Cette prouesse technique permet de reproduire fidèlement tous les éléments d'une image 4K, avec une rapidité telle que l'œil humain ne peut détecter le processus.


Le W5800 est compatible avec les sources HDR10 et HLG pour les métadonnées statiques, ainsi qu'avec le format HDR10+ pour les métadonnées dynamiques. Il est également prêt à délivrer une expérience 3D.


Ce nouveau modèle de BenQ se distingue par son bloc optique intégralement en verre, conçu pour optimiser la qualité de l'image 4K. De plus, il est entièrement motorisé — une caractéristique rare chez BenQ — permettant de régler le zoom, le Lens-shift et la mise au point via la télécommande. Le rapport de projection se situe entre 1,52 et 2,45 avec un décalage mécanique vertical de +/- 50% et horizontal de +/- 21%. Il s'agit là d'une innovation notable pour un vidéoprojecteur destiné au cinéma à domicile.


Un aspect particulièrement appréciable pour les spécialistes du calibrage, soucieux de la précision des couleurs, est le calibrage individuel réalisé en usine pour chaque unité, garantissant des couleurs fidèles sans nécessiter l'intervention d'un professionnel ou de multiples ajustements via la télécommande.

BenQ W5800
Rapport de calibrage d'usine BenQ W5800


Malgré sa source lumineuse laser bleue monochromatique, le W5800 couvre entièrement l'espace colorimétrique DCI-P3 et, bien entendu, 100% du rec.709. Ces capacités sont automatiquement activées lors de la détection d'un signal HDR/HLG/HDR10+ et peuvent être imposées en SDR via le mode "Bright Cinema". Cette couverture DCI-P3 est réalisée sans aide d'un filtre de couleurs, ce qui permet de conserver l'intégralité de la puissance lumineuse promise par le constructeur (2600 lumens).


BenQ prévoit une mise à jour future incluant un logiciel d'auto-calibrage accessible depuis le menu du vidéoprojecteur, compatible avec la sonde colorimétrique i1 Xrite Pro, destinée au grand public. Cette fonctionnalité devrait permettre à l'utilisateur de maintenir régulièrement l'équilibre des couleurs. Cependant, j'émettrais une réserve quant à l'utilisation d'une sonde d'entrée de gamme pour calibrer un projecteur laser, du fait des erreurs de mesure potentiellement significatives que cela pourrait entraîner, comme expliqué dans un article précédent ici (cliquez sur lien).


Le W5800 est attendu sur le marché français en mai 2024, au prix de 4999 €.

Tour de l'appareil


BenQ innove avec une coque conçue spécifiquement pour minimiser le bruit de ventilation, garantissant ainsi une expérience de visionnage immersive où seul le son du film projeté occupe l'espace sonore. Dans mes précédentes évaluations des projecteurs de la marque, le bruit du système de refroidissement était souvent mentionné comme un point de désagrément. Le W5800 relève ce défi avec un nouveau dispositif : ses ventilateurs, dissimulés derrière des ouvertures discrètes sur la façade, aspirent l'air chaud pour le rejeter sur les côtés. Il est donc essentiel de s'assurer que rien n'obstrue ces voies d'évacuation latérales pour ne pas entraver le fonctionnement optimal de l'appareil.

BenQ W5800
BenQ W5800


En ce qui concerne le design, les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Pourtant, je dois avouer que l'esthétique futuriste du W5800, avec son optique centrale et sa finition impeccable, ne manque pas de me séduire. Avec ses dimensions imposantes et sa couleur gris foncé, ce vidéoprojecteur est clairement destiné à être l'élément central d'une salle de cinéma maison équipée d'un grand écran.


Le W5800 mesure 525,2 mm de large, 145,7 mm de haut, et 392,2 mm de profondeur, pour un poids de 10,5 kg. Pour un ajustement précis de l'image à votre écran, le vidéoprojecteur offre un décalage mécanique significatif sur les axes verticaux et horizontaux. Si nécessaire, des pieds télescopiques et une correction keystone électronique peuvent pallier toute difficulté de positionnement.

BenQ W5800
Dimensions BenQ W5800


Côté connectivité, le W5800 propose deux ports HDMI 2.0 compatibles HDCP 2.2, CEC/ARC, et eARC (un seul port), ainsi que deux ports USB 2.0 de type A pour la lecture directe de médias depuis un disque dur externe ou une clé USB. Un port USB de type B est également disponible pour les mises à jour système. Le lecteur média intégré, contrairement aux versions précédentes, supporte la plupart des formats vidéo actuels sans difficulté.

BenQ W5800
Connectique BenQ W5800
BenQ W5800
Lecteur médias BenQ W5800


Pour l'audio, une sortie S/PDIF est prévue, et une prise LAN permet de connecter le vidéoprojecteur à un réseau. La télécommande infrarouge, de grande taille, bénéficie d'un rétroéclairage pratique pour une utilisation dans une salle obscure, avec un accès direct à de nombreuses fonctions.

BenQ W5800
Télécommande BenQ W5800


Menus et réglages


Dès le premier démarrage, le W5800 propose de choisir entre une interface de menus simplifiée et une version avancée pour ceux désirant exploiter pleinement les capacités de l'appareil. Les modes d'image varient selon le type de contenu détecté, offrant des options comme « Bright, Bright Cinema, Cinema, et Filmmaker Mode » en SDR, et « HDR10, HDR10+, HLG, ou HDR Filmmaker Mode » en HDR 4K.


Une fonction de sauvegarde des réglages est disponible pour personnaliser chaque mode d'image. Pour un calibrage précis, des options de réglage en 2 points (Gain et Offset) et en 11 points sont proposées, accompagnées d'un CMS (Color Management System) tri-dimensionnel pour ajuster teinte, saturation, et luminosité. Des pré-réglages de gamma sont aussi accessibles, tout comme les ajustements classiques de teinte, saturation, luminosité, et contraste.


Trois niveaux de gestion de la puissance lumineuse sont sélectionnables : « normal, éco, et personnalisé ». En mode personnalisé, il est possible de régler l'intensité lumineuse du laser de 50 (moins puissante) à 100 (pleine puissance). Un réglage de contraste dynamique peut être activé ou désactivé selon les préférences.


Le traitement vidéo avancé est regroupé sous le menu « Cinéma Master », proposant un mode d'interpolation d'images (MEMC) réglable sur quatre niveaux : désactivé, bas, moyen, et haut. Ce mode est opérationnel tant sur les sources SDR que HDR 4K.

BenQ W5800
HDR10+ BenQ W5800


Enfin, les réglages HDR incluent une option « Local Contrast Enhancer » et un contrôle spécifique de l'EOTF (Gamma HDR), offrant la possibilité d'intervenir sur d'éventuels problèmes de clipping ou de noirs bouchés. Un menu d'information fournit le niveau d'encodage (nits) des contenus 4K HDR visualisés.

Verdict technique

Bruit de fonctionnement :

C'est un des premiers éléments que j'ai mesuré dans ce test. En effet les derniers modèles LED de la marque que j'ai testés avaient tous pour principal défaut un bruit de ventilation trop élevé. La nouvelle conception du système de refroidissement mise en œuvre dans les entrailles du W5800 permet d'obtenir un bruit de fonctionnement bien plus supportable. Je relève 37,5 dB avec le laser à 100% de puissance et 36,7 dB en mode économique. Si on tient compte de la résiduelle de bruit de 34,9 dB dans ma salle de test au moment des relevés, il est facile de comprendre que le W5800 est un modèle discret, pas le plus silencieux certes mais dans la bonne moyenne.

Piqué et précision de l'image :

Comme beaucoup de mes lecteurs j'aurais préféré la mise en œuvre d'une puce DMD de plus grande taille (0,65 contre 0,47). Elle aurait pu bénéficier tant au contraste qu'au piqué de l'image. Les concepteurs du W5800 ont préféré porter leurs efforts sur le bloc optique et c'est un choix qui s'avère pertinent car d'un bout à l'autre de l'image la précision est excellente et permet de bénéficier de tous les avantages d'une image très haute définition. Lettres et chiffres de mon image de test apparaissent bien découplés/ciselés sans trace d'aberration chromatique. Un excellent cru malgré la présence de cette puce DMD que tous les connaisseurs aimeraient voir reléguée dans les oubliettes de Texas Instruments au profit des versions de plus grandes tailles.

BenQ W5800
Précision image BenQ W5800

Fluidité :

L' autre inconvénient attendu avec la présence d'une puce DMD 0,47, c'est la présence de judder entraînée par une mauvaise conversion des signaux entrants en 60hz mais je dois dire que même sans activer l'interpolation d'images MEMC, je n'ai pas souffert de son absence. L'aide à la fluidité fait un superbe travail d'amélioration de la précision dans les travellings et ce dès le niveau le plus bas qui permet d'allier naturel de l'image et netteté, bref le meilleur des deux mondes.

BenQ W5800
Interpolation d'images BenQ W5800

Input lag :

Le W5800 est un projecteur dont le cœur de métier et l'unique raison d'être est la reproduction la plus fidèle possible de votre film ou de votre série. Il n'est donc pas pourvu d'options Gaming et de réduction de l'input lag. Dans ces conditions je mesure un input lag élevé de 141,7 ms mais encore une fois pour voir Dune en 4K on s'en fiche allègrement !

BenQ W5800
Input lag BenQ W5800

Speckle laser :

Le "speckle laser" est un phénomène que l'on rencontre lorsqu'on utilise des vidéoprojecteurs à laser. Le résultat ? Une sorte de motif granuleux ou de petites taches lumineuses irrégulières sur l'image projetée, qu'on appelle le "speckle". Ce phénomène peut rendre l'image un peu moins nette et plus "bruyante" visuellement, car ces taches ne font pas parties de l'image originale et peuvent distraire ou réduire la qualité perçue de l'image.

Les fabricants de vidéoprojecteurs laser travaillent à réduire cet effet de speckle pour améliorer la qualité de l'image, en utilisant différentes techniques pour rendre la lumière moins susceptible d'interférer de cette manière, ou en traitant l'image de façon à minimiser l'apparence des taches. Mais dans ce domaine certains modèles sont moins touchés que d'autres, c'est le cas des appareils mono laser avec roue phosphore comme le W5800. Son image est épargnée par ce défaut de la technologie de projection à base de laser.

Overscan et présence de la bordure grise typique des projecteurs équipés de puces DMD 0,47 :

A l'aide d'une mire de test dédiée, la recherche d'overscan permet de déterminer si le traitement vidéo du projecteur rogne des parties de l'image. Ce n'est pas le cas ici et tous les signes placés sur les extrémités de l'image apparaissent bien à l'écran.

La bordure grise typique des puces DMD 0,47 générée par des micros-miroirs inactifs est présente avec une largeur habituelle mesurée à 2 centimètres.

Colorimétrie :

Au fil des années BenQ s'est taillé une belle réputation de précision des couleurs. Le constructeur a fait le choix pour ces modèles home cinéma de proposer un rapport de calibrage qui correspond à l'exemplaire en votre possession. Pour le calibreur que je suis, je sais que cet attachement à la fidélité des couleurs va venir faciliter mon travail car les bases seront déjà très bonnes. Rares sont les constructeurs à être engagés dans cette démarche et pour BenQ nous allons voir ensemble que les promesses publicitaires se retrouvent dans les mesures de terrain.

Le rapport d'étalonnage fourni avec mon modèle de test indique que les sources SDR avec un espace couleurs rec.709 doivent être utilisées avec le mode usine « cinéma » et que pour pouvoir bénéficier d'un Gamut plus large aux références DCI-P3 il faut utiliser la sélection « bright cinéma ».

BenQ W5800
Couverture DCI P3 avec mode cinéma lumineux BenQ W5800

Après avoir fait fonctionner mes sondes et le projecteur pendant plus d'une demi-heure, j'ai d'abord réalisé un profil de référence à l'aide de mon spectrophotomètre de référence Jeti 1501 Hi Res qui dispose d'une précision de 2 nm. Je l'ai ensuite appliqué à mon colorimètre K10A pour pour pouvoir bénéficier de sa rapidité et sa précision dans les basses lumières. C'est une fois que ces opérations préparatoires ont été menées que j'ai pu effectuer mes relevés sonde face à mon écran blanc de référence.

En SDR le Gamut HDTV est couvert à 100% et 98,62% pour le DCI-P3. De très bons résultats obtenus dans une mise en place d'un filtre de couleurs comme dans le W5700 et qui a pour inconvénient de baisser la dynamique globale de l'image par une perte de luminosité.

En vérifiant la précision obtenue avec le mode usine correspondant, je dois reconnaître que ce projecteur peut très bien être utilisé sans calibrage additionnel simplement en utilisant le mode cinéma pour les sources SDR. En effet dans cette configuration je mesure une température de couleurs de 6888K avec un écart deltaE de 2.2 et un Gamma de 2,16.

BenQ W5800
Comparaison avant et après calibrage PVA BenQ W5800

J'ai toutefois recherché la perfection en appliquant un calibrage aux niveaux de références de la Professionnal Video Alliance (dont je suis membre) et je l'ai trouvé ! Ainsi en utilisant simplement le réglage 2 points de l'échelle de gris, le CMS et les réglages de contraste et de luminosité j'ai obtenu une température de couleurs de 6584K (idéal recherché 6500K avec un écart deltaE inférieur à 2) avec un écart deltaE de 0.5. Le color checker est du même niveau avec une marge d'erreur de 0.5 et un Gamut à 0,4. C'est tout bonnement exceptionnel pour un calibrage manuel mais encore une fois les très bons résultats obtenus en sortie de boîte avec les réglages usine peuvent vous dispenser d'un calibrage professionnel.

Gestion HDR :

Je suis légèrement moins enthousiaste avec le rendu HDR car la gestion automatique promise avec la présence d'un dynamic tone mapping ne dispense pas d'une correction in situ et mesurée des niveaux de contraste et de luminosité. Sur la plupart des encodages testés, le W5800 a été pris en défaut principalement sur le niveau de clipping. Il faudra abaisser le niveau de luminosité et rehausser le contraste pour obtenir un résultat qui colle aux références. On y arrive mais avec des mires de luminosité et de contraste adaptées.

BenQ W5800
HDR10 sortie de boite BenQ W5800
BenQ W5800
Post calibrage HDR BenQ W5800

La prise en compte des sources HRD10+ est également loin de l'automatisme attendu, c'est à dire une gestion dynamique des métadonnées que doit permettre ce type de programme. Sur mes passages de 4K HDR10+ de Spear and Munsils je me suis retrouvé avec des blancs brûlés sans aucun détail dans les scènes de neige dont celle caractéristique des chevaux qui broutent dans le parc enneigé, j'ai réglé le problème en appliquant une diminution du niveau de luminosité à -5 avec ma platine Panasonic UHD820.

Contraste et luminosité :

2600 lumens et un contraste dynamique de 2 000 000:1 ce sont les promesses du constructeur pour le BenQ W5800. Pour la luminosité elle est tenue avec 2548 lumens relevés dans le mode "Bright", toutefois avec des couleurs inadaptées pour un usage de cinéma à domicile. Après calibrage il reste 1743 lumens à pleine puissance de laser ce qui permet de projeter une image 16/9ème de 4m24 de base en conservant une luminance de 16 fL avec une source SDR.

BenQ W5800
Contraste luminosité colorimétrie BenQ W5800

Avec un programme HDR et une luminance de 26 fL il faudra « réduire » la taille de l'image à 3m32 de base. Comme vous pouvez le constater ce nouveau modèle ne manque pas de lumens et grâce à la gestion fine de son laser, il est possible d'adapter précisément vos besoins en dynamique à la taille de votre écran.

Pour le contraste, là nous sommes très en dessous du chiffre annoncé, qui en fait ne correspond à aucune utilisation réelle d'un projecteur. En effet pour atteindre un tel chiffre il faut couper complètement le laser au moment de l'affichage d'une mire noire et ensuite le rallumer à pleine puissance pour la diffusion d'une mire complètement blanche. Cette configuration n'arrivera jamais pendant la diffusion d'un film ou d'une série.

Bref mes mesures de contraste ne sont pas terribles mais elles ne sont pas étonnantes car elles correspondent aux niveaux attendus avec un projecteur DLP équipé de la puce DMD 0,47. Je relève donc un contraste séquentiel FOFO (Full ON , Full OFF) de 808:1 et un contraste dynamique légèrement amélioré de 1112:1 (sans effet de pompage). L'activation des options de contraste local dans le menu Cinema Master n'a aucun impact sur mes mesures.

Avis subjectif

Le nerf de la guerre dans le domaine de la projection, c'est le contraste. Malheureusement, le W5800 peine à en offrir suffisamment. Afin de préserver sa remarquable précision et fidélité des couleurs, j'ai opté pour un détournement de l'usage habituel de mon écran Celexon Home Cinéma Plus. Bien qu'il soit conçu pour des projecteurs à ultra courte focale, cette toile offre plusieurs avantages significatifs pour l'image du nouveau projecteur BenQ. Premièrement, son faible gain de 0,56 permet de réduire le niveau des noirs du W5800 tout en préservant la dynamique grâce à une importante réserve de luminosité. L'autre atout de l'écran Celexon réside dans sa neutralité colorimétrique, signifiant qu'un calibrage spécifique, contrairement à l'utilisation d'une toile blanche, n'est pas requis.

BenQ W5800
Ecran technique en haut écran blanc en bas BenQ W5800


Les tests comparatifs effectués dans ma salle dédiée mettent en évidence l'amélioration visuelle notable apportée par l'association du W5800 avec la toile technique, en comparaison au couple toile blanche/BenQ. Face à des scènes complexes, telles que le passage du Bunker dans le film "1917", les noirs apparaissent délavés et sans profondeur sur une toile blanche. À l'inverse, la projection sur la Home Cinema Plus magnifie le résultat, palliant ainsi la principale faiblesse du modèle.

BenQ W5800
1917 BenQ W5800 écran blanc vs écran technique


Pour ce test, je disposais uniquement d'une toile CLR spécifiquement destinée aux projecteurs à ultra courte focale. Cependant, je suis convaincu que l'utilisation d'une toile ALR, conçue pour les projecteurs à focale standard, procurerait des avantages similaires. Il est crucial d'éviter les solutions basées sur des filtres de couleurs, qui réduisent la luminosité de l'appareil et entraînent une altération significative de la colorimétrie, nécessitant un ajustement par un calibrage professionnel. Opter pour de telles solutions serait paradoxal, voire dévalorisant, au regard du soin apporté par les concepteurs de cet appareil dans l'optimisation de sa performance colorimétrique et ce serait vraiment dommage quand on voit l'image qu'est capable de délivrer le W5800 !

BenQ W5800
4K HDR10 BenQ W5800

Conclusion



Le W5800 incarne l'essence même du cinéma à domicile. Oubliez les gadgets pour gamers et les fonctionnalités de smart TV superflues : ce modèle est conçu pour régner en maître dans une salle dédiée, accompagné d'un système audio de haute qualité. Fidèle à l'héritage de BenQ, le W5800 brille par son extrême fidélité dans la reproduction des couleurs, respectant avec précision les intentions originales du réalisateur et du directeur de la photographie. Les engagements de la marque se vérifient pleinement à travers mes analyses, affirmant que les concepteurs ont pris à cœur les critiques adressées aux modèles antérieurs en éliminant notamment les nuisances sonores et les lacunes des lecteurs médias.


Sa principale limitation, le contraste, découle directement du choix de la puce DMD. Cependant, en associant le W5800 à un écran technique ALR à gain négatif, cette faiblesse se voit grandement atténuée. En suivant cette recommandation, vous obtiendrez une expérience cinématographique sans pareil, caractérisée par une dynamique et une précision impressionnantes, et surtout, par une reproduction des couleurs d'une exceptionnelle fidélité.

Gold Award mondoprojos.fr
Gold Award mondoprojos.fr

A l'issue de ce test, le BenQ W5800 se voit attribuer un Gold Award mondoprojos.fr

J'ai apprécié :

  • Le design et la qualité d'assemblage,
  • La discrétion de fonctionnement,
  • La grande luminosité,
  • La couverture DCI-P3 sans filtre,
  • La fidélité des couleurs,
  • La précision de l'image,
  • La fluidité,
  • Le bloc optique motorisé et le Lens-shift de grande amplitude,
  • Les menus qui permettant un calibrage parfait,
  • Un lecteur médias enfin digne de ce nom.

Je regrette :

  • Un prix un peu élevé face à la concurrence,
  • Un contraste qui oblige à utiliser un écran technique même en salle dédiée.
ENGLISH VERSION

BenQ W5800 Test


Today, BenQ France is granting us a national exclusive by offering a test model of its latest DLP Laser 4K projector with a standard throw: the W5800. This model generates keen interest as it's wholly dedicated to the home cinema universe, providing an image reproduction extremely faithful to the original work. Thus, do not look for Smart TV functionalities, built-in speakers, or features specific to gaming. The W5800 is designed primarily for the home cinematic experience. For audio, an external system will be necessary.

Like you, enthusiasts and readers, I was filled with anticipation at the prospect of exploring this model. Hence, about a month ahead of its official launch, I am now able to share with you my findings on the W5800's actual performance, comparing them with the manufacturer's claims.


Introduction to the BenQ W5800


The BenQ W5800 is a DLP projector equipped with a 0.47-inch DMD chip, using a unique blue laser light source and a phosphor wheel. Although its native resolution is 1920x1080 pixels, the projector manages to produce a UHD image of 3840x2160 pixels. This is achieved through the XPR x4 technology, which effectively quadruples the pixels from its native resolution thanks to the exceptionally rapid switching speed of the DMD chip. This technical feat allows for a faithful reproduction of all 4K image elements, with such quick responsiveness that the human eye cannot detect the process.

The W5800 is compatible with HDR10 and HLG sources for static metadata, as well as with the HDR10+ format for dynamic metadata. It is also ready to deliver a 3D experience.

This new model from BenQ stands out with its entirely glass optical block, designed to optimize 4K image quality. Furthermore, it is fully motorized—a rare feature for BenQ—allowing zoom, lens-shift, and focus adjustments via the remote control. The projection ratio ranges from 1.52 to 2.45, with a mechanical vertical shift of +/- 50% and a horizontal shift of +/- 21%. This represents a significant innovation for a home cinema projector.

A particularly valuable aspect for calibration experts concerned with color accuracy is the individual factory calibration performed on each unit, ensuring faithful colors without the need for professional intervention or constant adjustments via the remote control.

BenQ W5800
Rapport de calibrage d'usine BenQ W5800


Despite its monochromatic blue laser light source, the W5800 fully covers the DCI-P3 color space and, of course, 100% of the Rec.709. These capabilities are automatically activated upon detecting an HDR/HLG/HDR10+ signal and can be enforced in SDR via the "Bright Cinema" mode. This DCI-P3 coverage is achieved without the aid of a color filter, thus preserving the full light output promised by the manufacturer (2600 lumens).

BenQ plans a future update that will include an auto-calibration software accessible from the projector's menu, compatible with the i1 Xrite Pro colorimeter intended for the general public. This feature should allow users to regularly maintain color balance. However, I would express caution regarding the use of an entry-level probe to calibrate a laser projector, due to the potentially significant measurement errors it could cause, as explained in a previous article (here).

The W5800 is expected on the French market in May 2024, priced at €4999.

Tour of the Device: Enhancements and Details


BenQ has introduced a newly designed casing aimed at reducing ventilation noise, thus ensuring a serene viewing experience where the only audible sound is that of the movie's soundtrack. In my recent reviews of the brand's projectors, the disruptive noise from the cooling system was a recurring criticism. Therefore, the W5800 incorporates a novel solution: its fans, hidden behind the facade's ventilation slots, draw in hot air and expel it laterally. Care must be taken to avoid obstructing these side vents to ensure optimal operation.

BenQ W5800
BenQ W5800



Design preferences are subjective, but I must admit that the futuristic appearance of the W5800, with its centered lens and high-quality finish, catches my eye. Its substantial size and dark grey casing are clearly designed to complement a dedicated home cinema room equipped with a large screen.

The dimensions of the W5800 are 525.2 mm in width, 145.7 mm in height, and 392.2 mm in depth, and it weighs 10.5 kg. For precise image alignment with your screen, the projector offers significant mechanical lens shift in both vertical and horizontal axes. If further adjustment is needed, telescopic feet and electronic keystone correction are available to assist.

BenQ W5800
Dimensions BenQ W5800



In terms of connectivity, the W5800 features two HDMI 2.0 ports (supporting HDCP 2.2, CEC/ARC, and eARC with one port), and two USB 2.0 Type-A ports for direct media playback from an external hard drive or USB stick. A USB Type-B port is also available for system updates. Unlike previous models, the integrated media player of the W5800 smoothly supports most current video file formats.

BenQ W5800
Connectique BenQ W5800
BenQ W5800
Lecteur médias BenQ W5800


An audio output is provided via an S/PDIF port, and a LAN port allows for network connection. The large infrared remote control is backlit, a welcome feature in a darkened room, and offers direct access to numerous functions.

BenQ W5800
Télécommande éclairée BenQ W5800


Menus and Settings


Upon initial startup, the W5800 prompts you to choose between a simplified menu version and a more comprehensive (advanced) option. The latter is necessary to fully access all the projector's features.

Image modes vary based on the detected content type, with options such as "Bright, Bright Cinema, Cinema, and Filmmaker Mode" for SDR content, and "HDR10, HDR10+, HLG, or HDR Filmmaker Mode" for 4K HDR content.

Users can save their settings for each image mode, with fine-tuning options for grayscale calibration available in both 2-point (Gain and Offset) and 11-point adjustments. A 3D Color Management System (CMS) allows for adjustments to hue, saturation, and brightness, along with predefined gamma level settings. Traditional adjustments for hue, saturation, brightness, and contrast complete the overview.

Three light power management levels are selectable: "normal, eco, and custom". In custom mode, the laser brightness can be adjusted from 50 (less powerful) to 100 (full power). A dynamic contrast setting can be turned on or off according to preference.

The advanced video processing is consolidated under the "Cinema Master" submenu, featuring a Motion Estimation and Motion Compensation (MEMC) mode adjustable across four levels: off, low, medium, and high. This feature is effective for both SDR and 4K HDR sources.

BenQ W5800
HDR10+ BenQ W5800



Lastly, HDR settings include a "Local Contrast Enhancer" and specific control over the EOTF (HDR Gamma), offering the ability to address potential clipping issues or crushed blacks. An information menu displays the encoding level (nits) of the 4K HDR content being viewed.

Technical verdict



Operating Noise :

This was one of the first elements I measured in this test. Indeed, the latest LED models from the brand that I have tested all had a too high ventilation noise as their main flaw. The new design of the cooling system implemented in the W5800 results in a much more tolerable operating noise. I recorded 37.5 dB with the laser at 100% power and 36.7 dB in eco mode. Considering the ambient noise level of 34.9 dB in my testing room at the time of measurements, it's easy to see that the W5800 is a discreet model. It's not the quietest, but it's above average.


Sharpness and Image Precision :

Like many of my readers, I would have preferred the use of a larger DMD chip (0.65 versus 0.47). It would have benefited both contrast and sharpness of the image. However, the designers of the W5800 chose to focus their efforts on the optical block, a decision that proves to be relevant because from one end of the image to the other, the precision is excellent and allows to enjoy all the benefits of a very high definition image. Letters and numbers in my test image appear well separated/chiseled without any trace of chromatic aberration. An excellent vintage despite the presence of this DMD chip that all connoisseurs would like to see relegated to the archives of Texas Instruments in favor of larger versions.

BenQ W5800
Précision image BenQ W5800


Fluidity :

Another expected drawback with the presence of a 0.47 DMD chip is the judder caused by a poor conversion of incoming signals to 60Hz, but I must say that even without activating MEMC image interpolation, I did not suffer from its absence. The fluidity aid does a superb job of improving precision in panning shots, from the lowest level which combines the naturalness of the image and sharpness, in short, the best of both worlds.

BenQ W5800
Interpolation d'images BenQ W5800


Input Lag :

The W5800 is a projector whose core business and sole reason for being is to reproduce your movie or series as faithfully as possible. Therefore, it is not equipped with Gaming options and input lag reduction. Under these conditions, I measure a high input lag of 141.7 ms but again to watch Dune in 4K we gladly ignore it !

BenQ W5800
Input lag BenQ W5800


Laser Speckle :

Laser speckle is a phenomenon encountered when using laser projectors. The result? A kind of grainy pattern or small irregular light spots on the projected image, known as "speckle." This phenomenon can make the image slightly less clear and more visually "noisy," as these spots are not part of the original image and can distract or reduce the perceived quality of the image.

Laser projector manufacturers are working to reduce this speckle effect to improve image quality, using different techniques to make the light less likely to interfere in this way, or by processing the image to minimize the appearance of spots. But in this domain, some models are less affected than others, such as single laser devices with phosphor wheels like the W5800. Its image is spared from this flaw of laser-based projection technology.

**Overscan and Presence of the Typical Gray Border of Projectors Equipped with 0.47 DMD Chips:**

Using a dedicated test pattern, the search for overscan allows determining if the projector's video processing trims parts of the image. This is not the case here, and all signs placed at the edges of the image are clearly displayed on the screen. The typical gray border generated by inactive micro-mirrors of 0.47 DMD chips is present, with a usual width measured at 2 centimeters.

Colorimetry :

Over the years, BenQ has carved out a strong reputation for color precision. The manufacturer has chosen to provide a calibration report for these home cinema models that matches the specific unit you own. As a calibrator, I know that this commitment to color fidelity will facilitate my work because the basics will already be very good. Few manufacturers are committed to this approach, and for BenQ, we will see together that the advertising promises are found in field measurements.

The calibration report provided with my test model indicates that for SDR sources with a Rec.709 color space, the "cinema" factory mode should be used, and to benefit from a wider Gamut matching DCI-P3 references, the "bright cinema" selection should be used.

BenQ W5800
Couverture DCI P3 avec mode cinéma lumineux BenQ W5800



After running my probes and the projector for more than half an hour, I first created a reference profile using my reference spectrophotometer Jeti 1501 Hi Res, which has a precision of

2 nm. I then applied it to my K10A colorimeter to benefit from its speed and precision in low lights. Once these preparatory operations were carried out, I was able to perform my probe readings facing my white reference screen.

In SDR, the HDTV Gamut is covered at 100% and 98.62% for DCI-P3. Very good results achieved without setting up a color filter as in the W5700, which has the disadvantage of lowering the overall image dynamics due to a loss of brightness.

By checking the precision obtained with the corresponding factory mode, I must acknowledge that this projector can be used very well without additional calibration simply by using the cinema mode for SDR sources. Indeed, in this configuration, I measure a color temperature of 6888K with a deltaE deviation of 2.2 and a Gamma of 2.16.

BenQ W5800
Comparaison avant et après calibrage PVA BenQ W5800


However, I sought perfection by applying a calibration to the reference levels of the Professional Video Alliance (of which I am a member) and found it! Thus, by simply using the 2-point gray scale adjustment, the CMS, and the contrast and brightness settings, I obtained a color temperature of 6584K (ideal target 6500K with a deltaE deviation less than 2) with a deltaE deviation of 0.5. The color checker is on the same level with an error margin of 0.5 and a Gamut at 0.4. This is quite exceptional for a manual calibration, but once again the very good results obtained out of the box with factory settings may dispense you from professional calibration.

HDR Management :

I am slightly less enthusiastic about the HDR rendering because the automatic management promised with the presence of dynamic tone mapping does not exempt from an in-situ and measured correction of contrast and brightness levels. On most of the tested encodings, the W5800 was mainly found wanting in terms of clipping level. It will be necessary to lower the brightness level and increase the contrast to achieve a result that sticks to the references. It's achievable, but with adapted brightness and contrast test patterns.


The consideration of HDR10+ sources is also far from the expected automation, i.e., dynamic metadata management that this type of program should allow. On my 4K HDR10+ passages from Spear and Munsil, I ended up with burnt whites with no detail in the snow scenes, including the characteristic one of horses grazing in the snowy park; I solved the problem by applying a reduction of the brightness level to -5 with my Panasonic UHD820 player.


Contrast and Brightness :

2600 lumens and a dynamic contrast of 2,000,000:1 are the promises of the manufacturer for the BenQ W5800. For brightness, it is upheld with 2548 lumens recorded in the "Bright" mode, however with colors unsuitable for home cinema use. After calibration, there remains 1743 lumens at full laser power, which allows projecting a 16:9 image with a base of 4m24 while maintaining a luminance of 16 fL with an SDR source.

BenQ W5800
Contraste luminosité colorimétrie BenQ W5800

With an HDR program and a luminance of 26 fL, it will be necessary to "reduce" the image size to a base of 3m32. As you can see, this new model does not lack lumens and thanks to the fine management of its laser, it is possible to precisely adapt your dynamic needs to the size of your screen.

For contrast, we are far below the announced figure, which in fact does not correspond to any real use of a projector. Indeed, to achieve such a figure, it is necessary to completely cut off the laser at the time of displaying a black test pattern and then turn it back on at full power for the diffusion of a completely white test pattern. This configuration will never occur during the broadcast of a film or a series.

In short, my contrast measurements are not terrific, but they are not surprising as they correspond to the expected levels with a DLP projector equipped with a 0.47 DMD chip. I therefore record a sequential FOFO (Full ON, Full OFF) contrast of 808:1 and a slightly improved dynamic contrast of 1112:1 (without pumping effect). Activating the local contrast options in the Cinema Master menu has no impact on my measurements.

Subjective Opinion

The crux of projection technology is contrast. Unfortunately, the W5800 struggles to provide enough of it. To preserve its remarkable color accuracy and fidelity, I've repurposed the use of my Celexon Home Cinema Plus screen, which is designed for ultra-short-throw projectors, for an unconventional application. This screen offers several significant benefits for the image quality of the new BenQ projector. First, its low gain of 0.56 reduces the black levels of the W5800 while maintaining dynamic range thanks to a substantial reserve of brightness. Another advantage of the Celexon screen is its color neutrality, meaning that, unlike with a white screen, a specific calibration tailored to a technical screen is not necessary.

BenQ W5800
Ecran technique en haut écran blanc en bas BenQ W5800

Comparative tests conducted in my dedicated room clearly demonstrate the visual improvement achieved by pairing the W5800 with a technical screen, compared to the combination of a white screen and BenQ. In challenging scenes, such as the Bunker passage in the film "1917", blacks appear washed out and lacking depth on a white screen. Conversely, projecting onto the Home Cinema Plus screen enhances the outcome, effectively compensating for the model's primary weakness.

BenQ W5800
1917 BenQ W5800 écran blanc vs écran technique
BenQ W5800
1917 BenQ W5800 écran technique en haut écran blanc en bas

For this test, I only had a CLR screen, which is specifically intended for ultra-short-throw projectors. However, I am confident that using an ALR screen, designed for standard throw projectors, would yield similar benefits. It is crucial to avoid solutions based on color filters, which reduce the device's brightness and cause a significant alteration in colorimetry that requires correction through professional calibration. Opting for such solutions would be paradoxical and devalue the meticulous effort invested by the device's designers in optimizing its color performance.

BenQ W5800
4K HDR10 BenQ W5800

Conclusion

The W5800 epitomizes the true home cinema experience. Forget about gaming gimmicks and superfluous smart TV features: this model is designed to dominate in a dedicated room, paired with a high-quality sound system. True to BenQ's legacy, the W5800 excels in faithfully reproducing colors, accurately respecting the original intentions of the movie or series director and the director of photography. The brand's promises and claims are fully validated through my testing, confirming that the designers have taken past criticisms to heart by eliminating issues like operational noise and media player shortcomings.

Its primary limitation, contrast, stems directly from the choice of DMD chip. However, by pairing the W5800 with a negative gain ALR technical screen, this weakness is significantly mitigated. Following this recommendation, you will achieve an unparalleled cinematic experience, marked by impressive dynamics and precision, and above all, an exceptional fidelity in color reproduction.

Gold Award mondoprojos.fr
Gold Award mondoprojos.fr

Following this review, the BenQ W5800 is awarded a Gold Award by mondoprojos.fr.

- What I appreciated :

- The design and build quality,
- The quiet operation,
- The high brightness,
- The DCI-P3 coverage without a filter,
- The color fidelity,
- The image precision,
- The smoothness,
- The motorized optical block and the wide-ranging lens shift,
- The menus that allow for perfect calibration,
- A media player finally worthy of the name.

- What I regretted :

- A price that's a bit high compared to competitors,
- A level of contrast that necessitates the use of a technical screen even in a dedicated room.


14 Commentaire(s)

  1. ZenZen dit :

    Bonjour,
    d’abord merci pour le test toujours aussi pointu et de plus en plus avec vos nouveaux compagnons de jeu, sonde etc…
    Si on devait le comparer avec le LG 710p, on irait vers lequel des deux ??
    Bonne journée.

    1. GregW dit :

      Le W5800 est d’un autre niveau que le LG (optique motorisée, couleurs qui ne nécessitent pas de calibrage, meilleur luminosité, meilleure optique

  2. Neronas dit :

    le test est excellent et précis
    Projecteur cher et contraste si mauvais

  3. dm27 dit :

    Merci Greg pour ce test tant attendu.

    On aurait tendance à dire, tant de qualités et malheureusement tout de même un réel soucis de contraste, pourtant comme tu le soulignes tout à fait en phase avec les caractéristiques de cette DMD.
    Il n’y a pas de miracle.
    Plus surprenant, est le fait que même la gestion dynamique du laser ne bouleverse pas la donne ( loin de là ).
    On est tout de même sur un vidéoprojecteur de 5000 euros !
    Et pourtant la qualité de l’optique et la luminosité, associées à un piqué excellent, peuvent apporter une image magnifique ( cf ton illustration du cervidé ).
    L’association avec un écran High contraste ( gain < 1 ), n'est pas conseillée, elle est obligatoire pour apporter une image cinéma quelque peu acceptable dans une salle dédiée.

    Petites questions :
    Est ce que les mesures des Db sont identiques, si tu le déplaces, plutôt que de l'accoler contre un mur ?
    Il est possible que le mur face un peu "résonnance".
    Est ce que le zoom motorisé permet la mémorisation de plusieurs réglages sur plusieurs positions ?
    ( important pour ceux qui ont un écran 2.35 avec la nécessité de passer du format 2.35 au 16/9 ).
    Encore merci du test.

    1. GregW dit :

      Bonsoir David,

      Ton résumé est effectivement pertinent un nombre élevé de qualités mais avec une faiblesse et nous savons tous que les premiers éléments que note
      l’œil sont le contraste et la justesse des tons chair. Pour améliorer le contraste il faut impérativement aider
      le W5800 et effectivement ça vient alourdir une facture d’acquisition déjà salée.
      Tu peux voir dans les photos présentes dans le test que l’appareil bénéficie d’une position bien dégagée pour le flux d’air entrant et il restait un espace à l’arrière à cause du coude du câble d’alimentation.
      Le W5800 n’était donc pas collé contre le mur.
      Il n’a pas mémoire de zoom.

  4. Jtk99 dit :

    Bonjour Gregory, tout d’abord merci pour ce superbe (meme si on a l’habiutude maintenant) test complet.
    J’ai toujours suivi ton blog (et les anciens) avec attention sans laisser de commentaire. J’en profite donc pour te remercier pour l’ensemble de ces années de travail.

    Ce benq W5800 je l’attendais avec impatience mais le contraste me pose vraiment probleme, c’est meme pire que ce que je pensais, il n’y a qu’a voir le screen de 1917 que tu as realisé dans le bunker… De plus la gestion HDR10+ ne semble pas terrible alors que le W4000i s’en sort lui tres bien.

    J’en viens donc a ma question, prefère tu ce w5800 ou le w4000i ? (bien que les produits ne soit pas totalement comparable).
    je suis pret a acheter un videoprojecteur cher (c’est ma passion) mais cela me pose probleme de devoir réinvestir dans un ecran a gain plus faible pour le w5800 (qui a lui seul correspond a 3 mois de mon salaire..)

    Cela fait plusieurs années que j’attend, je pensais que cette année allais etre la bonne, sinon j’attend bcp de chez JVC. Bonne journée

  5. und3rtak3r88 dit :

    Comment en 2024 nous avons encore des projecteurs à 5000€ sans puce DMD 0.66″

    La difference de prix entre une puce DLP470TE et une puce DLP660TE n’est que de 270$
    Sur un produit d’entrée de gamme je comprends l’impact du cout supplémentaire de la puce mais la????

  6. pecman32 dit :

    Pourquoi tu t’embêtes comme ça jtk99, l’Epson LS12000 coche toutes les cases…

  7. nissay dit :

    pecman32 dit :
    Pourquoi tu t’embêtes comme ça jtk99, l’Epson LS12000 coche toutes les cases…

    Absolument d’accord vu sont positionnemant tarifaire, ce VP est directement éliminé face à l’Epson, si bien sûr on aime l’image produite par le lcd face au Dlp.

    1. GregW dit :

      Et bien sûr vous avez vu les 2 pour pouvoir affirmer cela 😇 L’Epson n’a ni la précision de l’image, ni celle des couleurs et encore moins le Gamut étendu du W5800.

  8. pecman32 dit :

    Je préfère tout de même largement le contraste de l’Epson à celui du BenQ sans même parler du prix avec parfois 1000€ d’écart selon les enseignes….y a pas photo désolé 😅. La précision de l’image on peut la rattraper avec le logiciel MADVR ou MPCVR. Pour les couleurs et le gamut je ne sais pas.

    1. GregW dit :

      Bien sûr le tarif du W5800 est un handicap je le mentionne dans le test, tout comme le contraste mais pour le reste il surclasse l’Epson : luminosité , espace couleurs, piqué natif sans aide d’un processeur externe et surtout un élément que vous oubliez allègrement alors qu’il est fondamental, c’est le très bon réglage des couleurs dès la sortie de boîte.

  9. Jyde314 dit :

    Sans dénigrer ses qualités, son positionnement tarifaire le réserve à une niche. Pour moi à ce prix il faudrait à minima cocher toutes les cases de format, il manque le DV, avoir plus de contraste et être user friendly pour que ces superbes couleurs soient disponibles automatiquement avec toutes les sources. Après c’est un détail mais télécommande IR sur un tel produit… dommage !

  10. Zebulon dit :

    Je suis dans le même questionnement que Jtk99. Quid de la comparaison avec le w4000i?

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires


Catégories

ActualitésGuide d'achatNon classéTests vidéoprojecteurs & toiles