Test BenQ W4000i

Ce test pourrait s’intituler la fin du sinistre règne de la puce DMD 0,47 avec son aréopage de défauts et faiblesses ayant fait douter plus d’un, dont votre rédacteur et serviteur, quant à l’intérêt de rester fidèle à la technologie de projection mise au point par Texas Instruments.. Le nouvel espoir, pas celui de la rébellion et de Luke Skywalker mais plutôt celui des aficionados de la projection avec micro-miroirs, naquit à l’occasion du test du TH690ST (tiens déjà un BenQ) et de sa puce DMD 0,65 associée à une source lumineuse à LED, balayant d’un seul coup des années de vaches maigres broutant au ras des pâquerettes. Ce modèle avait pour limite d’être cantonné à une résolution Full HD, dans une époque tournée vers la 4K voire la 8K ; on attendait de pied ferme son successeur avec davantage de pixels (simulés) sous le sabot !

ViewSonic a certes défriché la prairie avec son X1-4K mais c’est BenQ qui monte au concours en présentant un modèle coutant le double de celui de la marque aux 3 oiseaux mais dont l’équipement et les options sont bien plus étoffés.

Cette fois, Mondoprojos ne sera pas le premier à vous dévoiler un test de ce nouveau projecteur à focale classique car il en existe déjà une abondante littérature. Mais je vais vous proposer comme à l'habitude un tour complet des forces et faiblesses de la bête, toujours dans la perspective de vous aiguiller dans le bon choix de votre futur diffuseur frontal. Alors, la crème est-elle de ce BenQ W4000i ou est-ce un piètre bovin à effet Creutzfeldt-Jakob ? C'est ce que nous allons voir ensemble.

De quoi s’agit-il ?

Vous l’aurez compris, le W4000i est un appareil de la famille des DLP et pourvu d’une optique dite classique puisqu’il faut le placer loin de l’écran (contrairement aux versions à ultra courte focale).

La première caractéristique intéressante pour les allergiques au cadre lumineux gris et au contraste faiblard de la sinistre puce 0,47 est la présence d’une DMD plus grande. Il s’agit d’un modèle de 0,65 DLP7541 qui génère une image UHD 60hz à partir d’une résolution native 1080p grâce au traitement XPR ×4 que vous connaissez bien maintenant.

La différence de taille va bénéficier au contraste natif. En effet, ce paramètre de l’image DLP est directement associé aux dimensions de la puce mise en œuvre.

Seconde « originalité »: la production de lumens par une solution hybride LED/phosphore. Concrètement et en complément d’une LED dédiée à chacune des couleurs primaires rouge, vert et bleu, il existe une quatrième LED renforçant le vert à l'aide d’une roue au phosphore et augmentant ainsi la puissance lumineuse. Si cette manière de procéder a pour avantage de produire davantage de lumens, cela se fait toutefois au détriment de la largeur du Gamut qu’il faut alors compenser par l’adjonction d’un filtre dans le chemin de lumière pour parvenir à atteindre les références DCI-P3 (cinéma numérique).

Jusqu’à une période récente et malgré une durée de vie annoncée plus importante que leurs équivalents laser, les projecteurs LED voyaient leur chemin vers le succès contrarié par des valeurs de contraste insuffisantes pour un usage cinématographique à domicile ainsi que par une luminosité bien plus faible que celle des concurrents à lampes ou à lasers. Justement, le W4000i avec son architecture novatrice doit venir redistribuer les cartes et redorer le blason de la projection DMD à LED. Le constructeur annonce la production de 3200 lumens.

Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs et revenons à la présentation de cette nouvelle référence BenQ, qui ajoute à ses compétences HDR10 et HLG le support des métadonnées dynamiques HDR10+. Il affiche aussi des capacités 3D-Ready avec lunettes DLP-Link en 1080p.

Test BenQ W4000i
Lecture HDR10+

Son suffixe « » signifie qu’il est livré avec le module HDMI QSO2 de BenQ, stick déjà présenté à l’occasion du test du W2710i. Ce dongle se place sous un cache, à l’arrière de l’appareil, et il se connecte sur un port HDMI spécifique alimenté par micro USB. Une fois mis en place vous avez accès à vos services de streaming favoris et à Netflix en version complète (si vous disposez d’un abonnement bien sûr).

Ce stick offre le contrôle vocal avec Google Assistant et la diffusion sans fil sous Chromecast.

Pour les amoureux de jeux vidéo en réseau sur très grand écran, ils seront heureux d’apprendre que le constructeur propose un mode « rapide » censé abaisser le lag en 60hz à 18 ms. Le projecteur supporte les signaux 1080p à 120 et 240hz. Pour le 4K ce sera 60hz maximum.

Notez qu'à l'instar du W2710i le W4000i est livré avec un « petit » rapport de calibrage sur deux points de vérification : le Gamut et le Gamma.

Pour acquérir tout ça, le fer rouge qui marquera votre compte en banque est estampillé 2999€.

Tour physique

Test BenQ W4000i
BenQ W4000i

BenQ a développé pour le W4000i un châssis de 6,6 kg (dimensions : 420,5 ×135 ×312 mm) qui partage quelques ressemblances avec celui du W2700. Il a toutefois la bonne idée d'être noir, ce qui évite les énervants reflets. Son bloc optique est décentré et dispose d’un double décalage de la lentille, ce qu'on appelle le lens-shift (vertical : 60%, horizontal 15%) avec un zoom 1, 3×. Doté d'un rapport de projection de 1.15 ~ 1.50 il est capable de projeter une image de 2m23 de base au format 16/9ème avec un recul de 2,5 m.

Test BenQ W4000i
Haut du BenQ W4000i avec molettes de Lens-shuft

Zoom, focus et Lens-shift sont manuels. Vous disposez de pieds dévissables pour rehausser l’appareil et une option de correction de trapèze électronique peut aider à affiner la géométrie de votre image en cas de souci.

En matière de diffusion sonore interne, un haut-parleur Trevolo de 5W doit permettre de se servir de l’appareil sans avoir à le relier à un amplificateur externe. Un lecteur médias vient compléter la configuration tout-en-un du W4000i.

A l’arrière de l’appareil on trouve 2 prises HDMI 2.0b/HDCP2.2 dont une compatible eARC en plus de la prise HDMI-interne dédiée au QS02, 2 USB (1 pour le service et une pour le lecteur médias), 1 Entrée RS232, 1 déclencheur DC 12V (mini Jack 3,5 mm) et puis une Audio out (jack 3,5 mm).

Test BenQ W4000i
Connectique et cache QS02

Le projecteur est livré avec deux télécommandes. L'une est spécifique au module QS02 qui se synchronise en Bluetooth et l'autre est la principale, en infra rouge et aux ordres du projecteur et des fonctions smartTV. Toutes deux sont de couleur blanche.

Test BenQ W4000i
Télécommandes BenQ W4000i

Si jamais la principale est égarée, il sera toujours possible de se rabattre sur le panneau de commandes physiques déporté sur l’un des côtés du projecteur.

Menus

Pour les fonctions SmartTV sous Androïd 11.0 la clé QS02 Androïd TV se connecte sans fil à Internet en Wifi et offre un grand choix d'applications pour vidéoprojecteurs comme Netflix, Prime Video, YouTube, etc.

Test BenQ W4000i
Menu accueil AndroÏd

Le lecteur médias intégré a, comme souvent chez BenQ, le désagréable défaut de ne pas supporter certains codecs audio comme le DTS et le Dolby Digital+.

En fonction des sources connectées à l’appareil, différents modes images sont proposés dont voici la liste complète : « 3D, Cinéma lumineux, Cinéma, Mode cinéaste, Mode cinéaste HDR, HDR10, HDR10+, HLG, ISF Day, ISF Night, Util. »

Test BenQ W4000i
Menu image

Parole de calibreur, j’apprécie tout particulièrement le soin pris par la marque à mettre à disposition tout un éventail de paramètres de réglages. On dispose ainsi d’une gestion des couleurs par le biais d’un CMS sur les dimensions du Gamut (teinte, saturation et luminosité), de deux options de réglages de l’échelle de gris (une découpée en Gain et Bias) et la seconde plus précise par pas de 5 %.

Des valeurs de Gamma prédéfinies sont disponibles pour les signaux SDR.

Afin d'accroître le contraste, un dispositif d’aide baptisé Local Contrast Enhancement est disponible. Il fonctionne sur 3 niveaux « bas, moyen et haut ». Cette fonction aide à compenser les déficits de luminosité typiques des projecteurs et à utiliser efficacement les réserves de lumière, en particulier pour les contenus HDR. Il est possible de la désactiver, tout comme l’interpolation d’images disponible sur signaux 1080p et 4K.

La gestion en temps réel de la puissance des LED en fonction du contenu de l’image permet de bénéficier de l’équivalent d’un contraste dynamique par le biais de la sélection « smart éco. ». On a aussi à sa disposition une option « perso. » qui permet de régler la luminosité sur une échelle décroissante de 100 à 70.

Test BenQ W4000i
Menu CinemaMaster

Il est possible d’élargir le Gamut natif du projecteur après l’activation d’un filtre de couleurs intégré. D’autres options spécifiques aux sources UHD ou 4K sont présentes, comme la gestion de la netteté XPR ou encore du Gamma EOTF ; elles sont placées dans le sous-menu « Cinemaster ».

Verdict technique

Bruit de fonctionnement et qualité du système sonore intégré :

Après les tests des ViewSonic X1-4K et du BenQ W2710i, comment ne pas appréhender avec quelques frissons de doute cette phase de mesures du bruit de refroidissement des ventilateurs du W4000i ? Mais il faut prendre sur soi et se lancer! S’agissant d’un projecteur à LED dont on imagine que la technologie nécessite moins que les autres un fort refroidissement, je relève un guère enthousiasmant 38 dB en mode normal (même chose pour le Smart éco.) et surtout accompagné d’un désagréable petit grésillement lié au fonctionnement du mode d’émulation 4K XPR.

C’est moins que sur le W2710i mais, une fois encore, cela reste encore trop élevé à mon goût. Décidément, ce paramètre pourtant si important aux oreilles des acheteurs est soldé. Quel dommage, l'adepte du silence sera obligé dans le cas de ce BenQ W4000i de brider ses capacités lumineuses en se rabattant sur le mode éco pour arriver à redescendre à 35,9 dB, ce qui dès lors flatte le discret, ouf!

Toutes mes mesures sont réalisées à 50 cm de l’appareil en fonctionnement, en ayant auparavant noté le bruit résiduel dans ma pièce W4000i, lequel s’élevait à 34,7 dB.

Sur le rendu du haut-parleur Trevolo, avec ses 5W il arrive rapidement à saturation et sans aucune précision ou dynamique. Mais bon, ce n'est pas grave tant il est préférable de confier le son à un système externe, ce que font à raison la plupart des usagers. Proposons aux concepteurs de plutôt réfléchir à, par exemple, ne pas intégrer d’audio dans leur prochaine mouture mais par contre de concentrer fortement leur attention sur la réduction du bruit de fonctionnement car voilà bien un facteur qui à lui seul fait aller au galop le client chez la concurrence où l'herbe sera meilleure… tandis qu'un système sonore intégré, même correct, n'attirera personne. Ça paraît pourtant d'une logique enfantine.

Consommation électrique :

Les LED sont généralement la source lumineuse la moins gourmande en énergie. Si le W4000i a certes besoin de 213,8W dans ses modes de fonctionnement les plus puissants, cela reste bien maîtrisé et le passage en mode économique réduit les besoins à 164,1W.

Piqué et netteté :

L’analyse de la mire 4K permet de constater que la mise en œuvre d’une puce DMD de 0,65 offre une bonne précision des chiffres et des lignes, au centre comme sur les bords de l’image. Quelques aberrations chromatiques peuvent être décelées sur les lettres les plus extrêmes des coins de l’écran mais c’est anecdotique et l’optique du W4000i restitue avec brio les images 4K.

Test BenQ W4000i
Précision image

En revanche, comme pour la plus petite puce, le W4000i n’arrive pas à restituer les plus petits motifs contenus dans les rectangles gris de la barre centrale (mais c’est le cas pour beaucoup de DLP).

Fluidité :

Pour les images en mouvement, l'utilisateur a le choix entre une option pour forcer les signaux 24p pour les films ou une aide à la fluidité de type interpolation d’images à 3 niveaux « bas, moyen et haut ».

Test BenQ W4000i
Interpolation d'images

Pour se passer de toute trace de judder, il faudra passer par les modes « moyen et haut ». Pour cette dernière option, elle a réussi à me diffuser sans aucun défaut la scène d’introduction de Red (travelling sur les pavillons). Une tour de force. A noter qu’elle fonctionne sur signaux SDR et HDR.

Input lag :

Test BenQ W4000i
Input lag mode rapide

BenQ annonce dans sa publicité sur le W4000i en input lag en 4K 60hz réduit à 18 ms. Après avoir pris soin d’activer le mode « rapide » dans les menus de l’appareil, je mesure un retard de 17,9 ms. Bravo pour cette promesse tenue, qui devrait attirer les Gamers en recherche de la meilleure réactivité pour ne pas être pénalisés dans leurs parties de frags.

Overscan et cadre lumineux gris :

D’un modèle à l’autre l’overscan est débrayé, c’est le cas aussi pour le W4000i dont la mire de cropping ne présente aucune rognure ou amputation. C’est donc que tous les éléments de la source seront bien présents à l'écran.

Test BenQ W4000i
Overscan

La mise en œuvre d’une puce DMD 0,65 réduit le cadre gris qui entoure l’image utile à moins d’un centimètre, loin des 2 voire 3 cm de la 0,47.

Effet arc-en-ciel :

Étant relativement épargné par ce défaut de la projection DMD, à savoir les flashs de couleurs qui apparaissent dans l’image comme une traînée d’arc-en-ciel, quel n’a pas été mon étonnement d’en percevoir par intermittences sur les sous-titres. C’est me concernant plutôt inhabituel et c’est pour cette raison que je préfère le signaler.

Uniformité :

Test BenQ W4000i
Uniformité W4000i

Le tableau d’uniformité permet de jauger de l’homogénéité de la répartition des couleurs sur une mire blanche 4K décomposée en 15 rectangles. Celui de centre sert de valeur de référence et ensuite plus on s’éloigne et plus les écarts (mesurés en deltaE) s’accroissent. Le W4000i présente un décalage légèrement supérieur à un deltaE de 3, principalement sur la partie gauche de l’image, mais rien qui soit perceptible hors de la mire spécifique et sans matériel adapté.

Colorimétrie et Gamma :

Depuis des années, BenQ travaille à offrir des projecteurs avec une colorimétrie bien ajustée dès la sortie de boîte. Cette expertise on peut la retrouver en SDR dans le mode cinéma avec sa température de couleurs de 6202K et un écart deltaE de 4,29. Malgré les promesses de fidélité à l’intention du réalisateur le mode «cinéaste » ou « filmmaker mode » est bien moins achalandé.

Les concepteurs de ce modèle se sont surtout concentrés sur le respect du Gamut rec.709 et du Gamma, moins sur l’échelle de gris.

Heureusement, comme souligné dans la partie consacrée aux menus, ces derniers sont très fournis en options de réglages et il est possible d’aller encore plus loin dans la précision en réduisant l’écart deltaE en-dessous de 3 avec une température de couleurs positionnée à 6641K et un Gamma à 2.2.

Le Gamut des modes « cinéaste et cinéma » colle aux références HDTV (rec.709) mais avec quelques corrections à apporter sur les primaires et les secondaires. Le CMS sur 3 dimensions est hyper précis et permet de lisser toutes les erreurs relevées.

Pour élargir le Gamut il faudra activer l’option « large ». Elle permet d’atteindre 108,2 % des références DCI-P3.

Test BenQ W4000i
Gamut large DCI P3 HDR10 avec filtre

BenQ a ajouté une diode de mesure dans le chemin de lumière. Elle évalue l'intensité de chaque couleur de manière séquentielle, ce qui permet de mesurer la répartition des couleurs du projecteur. Dans le cas où elle relève une modification de la température de couleur, l'équilibre est rétabli en adaptant les niveaux RVB des LED. Si je salue la présence de ce type de dispositif, il n’équivaudra pas à un calibrage en règle.

Gestion HDR :

Pour vérifier la gestion du mapping par le projecteur à la détection d’un signal HDR10 ou HLG (données statiques), j’utilise les extraits de tests de la suite « spears and munsils » qui sont encodés à différents niveaux de nits. Sur les métadonnées statiques (HDR10/HLG), le W4000i se positionne sur le bon niveau de Gamma EOTF jusqu’à 600 nits. A partir de 1000 nits, la scène des chevaux dans la plaine enneigée perd déjà les détails de son arrière plan. C’est surprenant mais on peut y remédier avec les niveaux de luminosité HDR placés dans les menus. Toutefois, ce n’est pas automatique, c’est donc à l’utilisateur d'intervenir.

En revanche, la gestion des métadonnées dynamique (HDR10+), tient quant à elle ses promesses sans aucune intervention humaine nécessaire.

Contraste et luminosité :

Fini la disette et les chiffres de contraste inférieurs à 500:1. Quel que soit le mode, sonde tournée vers le projecteur, je mesure un peu plus de 1000:1 en contre Full On, Full Off (FOFO). En orientant la sonde vers un écran blanc classique de Gain 1 je relève 1280:1 avec un contraste Ansi de 333:1.

Test BenQ W4000i
Contraste Ansi et FOFO BenQ W4000i sonde face à l'écran

Le contraste dynamique (après activation du mode smart éco.) atteint 2930:1 (sonde face à l'écran blanc ; le tableau n'indique que des valeurs sonde face au projecteur).

Test BenQ W4000i
Contraste dynamique max sonde face écran

J’ai tenté de mesurer l’effet du LCE (Local Contrast Enhancement). Si visuellement on note un éclaircissement de l’image ayant pour effet de dévoiler certains détails dans des noirs qui pouvaient être bouchés, en revanche l’aiguille des mesures ne bouge pas d’un iota.

Pour la luminosité, elle a 3 physionomies :

  1. La première est celle de la puissance maximale atteignant 2984 lumens dans le mode lumineux mais avec un écart deltaE de 38,6 et des couleurs totalement inutilisables en home cinéma.
  2. La seconde correspond aux valeurs atteintes après calibrage, sans activation du filtre de couleurs, et là nous sommes à 1633 lumens. C'est suffisant pour obtenir une luminance de 16 fL sur sources SDR avec un écran de 4m10 et de 3m22 en HDR avec 26 fL. Comme vous pouvez le lire, il a de la dynamique à revendre ce nouveau BenQ.
  3. Enfin, la troisième mesure l’impact du filtre de couleurs étendant le gamut pour une restitution HDR optimisée, lequel filtre ramène la luminosité restante à 1023 lumens là encore à partir des couleurs calibrées. C'est une perte non négligeable à prendre en compte pour la taille d’écran à envisager en combinaison avec ce nouveau venu.
Test BenQ W4000i
Contraste luminosité colorimétrie BenQ W4000i

Je n’oublie pas de vous rappeler que ces chiffres n’intègrent pas l’effet HK propre aux projecteurs LED qui, à luminosité égale, apparaîtront plus lumineux que leurs homologues à lampes.

Avis subjectif

En SDR :

J’ai entamé mon tour d’horizon du W4000i avec un live des Pet Shop Boys à Glastonbury en 2022, un régal de couleurs et de luminosité avec les jeux de lumière et quelques belles scènes nocturnes qui alternent éléments très lumineux et fonds sombres. C'est parfait pour évaluer le rendu du contraste du nouveau venu et il s’en sort avec brio (j’ai failli rester pour regarder tout le concert tellement c’était visuellement enivrant!).

J’ai ensuite embrayé sur Fury, sa scène d’introduction avec un passage particulièrement sombre dans la tourelle du char puis la main d’un des tankistes en premier plan et un passage spatial de 65. Les quelques photos comparatives réalisées figurent pour que vous puissiez jauger de l’effet produit par le LCE (Local Contrast Enhancement).

Test BenQ W4000i
Effet comparatif LCE

Passage ensuite par Red et WW84 pour évaluer le travail de l’interpolation d’images sur la précision et la fluidité des travellings. Pour ma part je reste sur le réglage moyen, il représente mon compromis entre naturel du rendu et suppression du judder.

En 4K HDR :

En ce moment et en la matière, la scène de poursuite dans l’entame de Mad Max 2 est souvent utilisée. Elle est parfaite pour la colorimétrie sur le ciel du désert, les cuirs usés ou encore les tons chair. S’y rajoutent toute la finesse et le piqué offert par une image 4K, quand l’Interceptor s’arrête pour que Max puisse aller chercher l’essence s'épanchant du buggy accidenté, on peut alors compter les cailloux de l’enrobé.

Test BenQ W4000i
Comparaison Max Gamut large et Gamut restreint

En HDR10+, pour ceux qui pestent contre une image HDR10 trop sombre, je vous invite à découvrir le rendu du W4000i sur ce type de source car à mon sens il achèvera de vous convaincre de passer à la haute dynamique.

Conclusion

Avec ce BenQ, il me paraît légitime de clamer qu'enfin les projecteurs LED arrivent à maturité en réussissant à devenir crédibles dans les domaines associés du contraste et de la luminosité. Cette nouvelle frange de la projection DLP avec puce 0,65 devrait facilement nous faire oublier les mauvaises années de la petite puce 0,47. Espérons que d’autres constructeurs empruntent bientôt le chemin ouvert par BenQ et ViewSonic, chez lesquels on espère d'autres modèles dans la lignée qualitative de ce W4000i.

C’est donc plein d’espoir pour l’avenir en LED que j’achève ce tour du W4000i et de sa superbe image piquée à la colorimétrie fidèle, disponible dès en sortie de boite pour qui ne voudrait pas ajuster le calibrage.

Encore enchanté par la griserie visuelle procurée, c'est avec plaisir qu'un Gold Award est décerné à ce modèle à focale classique. J’en profite toutefois pour adresser un petit message aux concepteurs de la future génération de BenQ : « Pour l’image c’est ok, nous avons pu juger de votre expertise en la matière, bravo, mais maintenant il faut impérativement retourner sur la table à conception et travailler sur l’isolation phonique, soit donc ce vilain bruit empêchant de profiter pleinement des formidables capacités de vos projecteurs ».

Il s'y ajoute quelques défauts ou petites lacunes, au moins pour qui peut se satisfaire des limites de ce diffuseur et s'en accommoder. On comprendra donc que le double Gold Award n'est pas de mise. Et d'ailleurs pour ne rien vous cacher il y a même eu débat pour attribuer de l'argent plutôt que l'or finalement accordé et mérité, l'objecteur étant le diabolique et impitoyable Cattod (hou, hou! sifflets!) aux manettes du classement permanent (clap-clap! bravos!).

Gold Award mondoprojos.fr

Mais comment terminer autrement qu'en insistant sur le fait que le W4000i et son image respirent l’amour du cinéma à domicile et le respect des personnes attachées à visionner leurs films préférés ou séries favorites dans les meilleures conditions de restitution possibles. On touche bien là à la raison d'être et la quête graalesque de MondoProjos !

Test BenQ W4000i
Calibrage BenQ W4000i avec Jeti 1501 Hi Res

J’ai apprécié :

- La dynamique (rapport luminosité/contraste),

- La colorimétrie,

- La fluidité,

- La précision de l’image,

- L’input lag réduit,

- Les nombreuses options de réglages,

- Le support HDR10+.

Je regrette :

- Le bruit de fonctionnement en mode normal et smart éco,

- La gestion HDR10 au-dessus de 600 nits,

- Le grésillement sonore en 4K XPR,

- La génération (à priori) d'effet arc-en-ciel.

ENGLISH VERSION

TEST BENQ W4000i

This test could be called the end of the sinister reign of the DMD 0.47 chip with its array of defects and weaknesses which made many people, including your editor and servant, doubt the interest of remaining faithful to the projection technology developed by Texas Instruments. . The new hope, not that of the rebellion and Luke Skywalker but rather that of the aficionados of projection with micro-mirrors, was born at the time of the test of the TH690ST (look, already a BenQ) and its DMD 0.65 chip associated with an LED light source, sweeping away in one fell swoop years of lean grazing at the level of daisies. This model had for limit to be confined to a Full HD resolution, in an era turned to 4K or even 8K ; we were waiting for its successor with more pixels (simulated) under the hoof !

ViewSonic has certainly cleared the meadow with its X1-4K but it is BenQ which mounts the competition by presenting a model costing double that of the brand with 3 birds but whose equipment and options are much more extensive s.

This time, Mondoprojos will not be the first to unveil a test of this new classic focal length projector because there is already abundant literature. But ais I will propose you as usual a complete tour d he strengths and weaknesses of the beast, always in the perspective to guide you in the right choice of your future front diffuser. So, is this BenQ W4000i the cream or is it a poor Creutzfeldt-Jakob effect bovine? That's what we'll see together.

What is it about ?

You will have understood, the W4000i is a device of the DLP family and equipped with an optic called classic since it must be placed far from the screen (unlike the versions with ultra short focal length).

The first interesting feature for those allergic to the gray light frame and low contrast of the sinister 0.47 chip is the presence of a larger DMD. This is a 0.65 DLP7541 model that generates a 60hz UHD image from a native 1080p resolution using the XPR ×4 processing you're familiar with by now.

The difference in size will benefit the native contrast. E n effect, this parameter of the DLP image is directly associated with the dimensions of the implemented chip.

Second "originality ": the production of lumens by a hybrid LED / phosphor solution. Specifically and in addition to an LED dedicated to each of the primary colors red, green and blue, there is a fourth LED reinforcing the green with a phosphor wheel and increasing thus the light output. If this way of proceeding has the advantage of producing more lumens, it is however at the expense of the width of the Gamut that it is then necessary to compensate by adding a filter in the path of light to achieve the references DCI-P3 (digital cinema).

Until recently, despite a longer life expectancy than their laser counterparts, LED projectors were hampered in their path to success by insufficient contrast values for home cinematic use as well as by a much lower brightness than their lamp or laser competitors. Precisely, the W4000i with its innovative architecture should redistribute the cards and restore the image of the LED DMD projection. The manufacturer announces the production of 3200 lumens.

But let's not put the cart before the horse and get back to the presentation of this new BenQ reference, which adds to its HDR10 and HLG skills the support of HDR10+ dynamic metadata. It also displays 3D-Ready capabilities with DLP-Link glasses in 1080p.

Test BenQ W4000i
Lecture HDR10+

Its "i" suffix means that it comes with BenQ's QSO2 HDMI module, stick already presented during the W2710i test. This dongle is placed under a cover, at the back of the device, and it connects to a specific HDMI port powered by micro USB. Once set up, you have access to your favorite streaming services and to Netflix in full version (if you have a subscription of course).

This stick offers voice control with Google Assistant and wireless streaming under Chromecast.

For lovers of network video games on a very large screen, they will be pleased to learn that the manufacturer offers a "fast" mode supposed to lower the lag in 60hz to 18 ms. The projector supports 1080p signals at 120 and 240hz. P for 4K it will be 60hz maximum.

Note that like the W2710i the W4000i comes with a "small" calibration report on two check points : Gamut and Gamma.

To acquire all this, the red iron that will mark your bank account is stamped 2999€.

Physical tour

BenQ has developed for the W4000i a 6.6 kg chassis (dimensions: 420 ,5 ×135 ×312 mm) which shares some similarities with that of the W2700. It has however the good idea to be black, which avoids annoying reflections. Its optical block is off-center and has a double lens shift, called lens-shift (vertical: 60%, horizontal 15%) with a zoom 1 , 3×. With a projection ratio of 1.15 ~ 1.50 it is capable of projecting an image of 2m23 base in 16/9 format with a distance of 2.5 m.

Test BenQ W4000i
BenQ W4000i

Zoom, focus and lens shift are manual. You have unscrewable feet to raise the camera and an electronic keystone correction option can help refine the geometry of your image in case of concern.

Test BenQ W4000i
Haut du BenQ W4000i avec molettes de Lens-shuft

As far as internal sound diffusion is concerned, a 5W Trevolo loudspeaker should allow you to use the device without having to connect it to an external amplifier. A media player completes the all-in-one configuration of the W4000i.

Test BenQ W4000i
Connectique et cache QS02

On the back of the device there are 2 HDMI 2.0b/HDCP2.2 sockets, one of which is eARC compatible, in addition to the HDMI-internal socket dedicated to the QS02, 2 USB (1 for the service and one for the media player), 1 RS232 input, 1 DC 12V trigger (3.5 mm mini jack) and then an Audio out (3.5 mm jack)

The projector comes with two remote controls. The one is specific to the QS02 module that synchronizes via Bluetooth and the other is the main , infrared and orders of the projector and es smartTV functions . Both are white .

Test BenQ W4000i
Télécommandes BenQ W4000i

If ever the main one is misplaced, it will always be possible to fall back on the physical control panel deported on one of the sides of the projector.

Menus

For SmartTV functions under Android 11.0 the QS02 Android TV stick connects wirelessly to the Internet via Wifi and offers a wide range of projector applications such as Netflix, Prime Video, YouTube, etc.

Test BenQ W4000i
Menu accueil AndroÏd

The integrated media player has, as is often the case with BenQ, the unpleasant defect of not supporting certain audio codecs like DTS and Dolby Digital+.

Depending on the sources connected to the device, different image modes are offered, of which here is the complete list: " 3D, Bright Cinema, Cinema, Cinema Mode , Cinema Mode HDR , HDR10, HDR10+, HLG, ISF Day, ISF Night, Util."

Test BenQ W4000i
Menu image

Speaking of calibrators, I particularly appreciate the care taken by the brand to provide a range of settings. We have a color management through a CMS on the dimensions of the Gamut (hue, saturation and brightness), two options for adjusting the gray scale (one divided into Gain and Bias) and the second more precise by 5% step.

Predefined Gamma values are available for SDR signals.

In order to increase the contrast, an aid called Local Contrast Enhancement is available. It works in 3 levels "low, medium and high". This function helps to compensate for the typical brightness deficits of projectors and to make efficient use of light reserves, especially for HDR content. It can be turned off, just like the image interpolation available on 1080p and 4K signals.

The real-time management of LED power according to the image content allows the equivalent of a dynamic contrast through the selection "smart eco. There is also a "personal" option that allows you to adjust the brightness on a decreasing scale from 100 to 70.

Test BenQ W4000i
Menu CinemaMaster

It is possible to widen the native Gamut of the projector after activating a built-in color filter. Other options specific to UHD or 4K sources are present, such as the management of XPR sharpness or EOTF Gamma; they are placed in the "Cinemaster" sub-menu.

Technical verdict

Operating noise and quality of the integrated sound system :

After the tests of the ViewSonic X1-4K and the BenQ W2710i, how not to apprehend with some shivers of doubt this phase of measurements of the cooling noise of the fans of the W4000i ? But you have to take it upon yourself to do it! As this is an LED projector whose technology requires less cooling than others, I found a hardly exciting 38 dB in normal mode (same thing for the Smart eco.) and especially accompanied by an unpleasant little crackle related to the operation of the 4K XPR emulation mode.

It is less than on the W2710i but, once again, it is still too high for my taste. Decidedly, this parameter which is so important to buyers is sold out. What a pity, in the case of this BenQ W4000i, the silence enthusiast will be obliged to restrict its luminous capacities by switching to on the eco mode in order to reduce it to 35.9 dB, which flatters the discrete, phew!

All my measurements are made at 50 cm from the device in operation, having previously noted the residual noise in my room W4000i, which amounted to 34.7 dB.

On the rendering of the Trevolo speaker, with its 5W it quickly reaches saturation and without any precision or dynamics . But that's not a big deal, as it is preferable to entrust the sound to an external system, which is what most users rightly do. Let's suggest to the designers to think about, for example, not integrating audio in their next but instead to strongly concentrate their attention on the reduction of the operating noise because here is a factor which alone makes the customer gallop to the competition where the grass will be better ... while an integrated sound system, even correct, will attract nobody. This seems to be a very logical thing to do.

Power consumption :

LEDs are generally the least power hungry light source. While the W4000i requires 213.8W in its most powerful operating modes, this is well under control and switching to economy mode reduces the requirement to 164.1W.

Sharpness :

The analysis of the 4K test pattern shows that the implementation of a 0.65 DMD chip offers a good accuracy of numbers and lines, both in the center and on the edges of the image. Some chromatic aberrations can be detected on the most extreme letters of the corners of the screen but it is anecdotal and the optics of the W4000i restitutes with brilliance the 4K images.

Test BenQ W4000i
Précision image

On the other hand, as for the smaller chip, the W4000i fails to render the smaller patterns contained in the gray rectangles of the center bar (but this is the case for many DLPs).

Fluidity :

For moving images, the user has the choice between an option to force 24p signals for movies or a smoothness aid of the type image interpolation at 3 levels "low, medium and high".

Test BenQ W4000i
Interpolation d'images

To get rid of any trace of judder , you will have to use the "medium and high" modes. For this last option, it succeeded in broadcasting the introduction scene of Red (dolly on the pavilions) without any defect. A tour de force. Note that it works on SDR and HDR signals.

Input lag :

Test BenQ W4000i
Input lag mode rapide

BenQ advertises the W4000i in input lag in 4K 60hz reduced to 18 ms. After having taken care to activate the "fast" mode in the menus of the device, I measure a delay of 17.9 ms. Congratulations for this promise, which should attract gamers looking for the best reactivity to not be penalized in their frags games.

Overscan and grey light frame :

From one model to another the overscan is uncluttered, this is also the case for the W4000i whose cropping pattern does not show any clipping or amputation. It 's thus that all the elements of the source will be well present to the screen.

Test BenQ W4000i
Overscan

The implementation of a 0.65 DMD chip reduces the gray frame around the useful image to less than one centimeter, far from the 2 or even 3 cm of the 0.47.

Rainbow effect :

Being relatively spared from this defect of the DMD projection, namely the flashes of colors that appear in the image like a rainbow trail, what was my surprise to perceive some intermittently on the subtitles. This is rather unusual for me and that's why I prefer to point it out.

Uniformity :

Test BenQ W4000i
Uniformité W4000i

The uniformity table allows to gauge the homogeneity of the distribution of the colors on a white 4K test chart broken down into 15 rectangles. The center one is used as a reference value and then the more you move away, the more the deviations ( measured in deltaE) increase. The W4000i shows a shift slightly above a deltaE of 3, mainly on the left side of the image, but nothing that is perceptible outside the specific test pattern and without adapted material.

Colorimetry and Gamma :

For years, BenQ has been working to offer projectors with a well adjusted colorimetry right out of the box. This expertise can be found in SDR in the cinema mode with its color temperature of 6202K and a deltaE of 4.29. Despite the promises of fidelity to the intention of the director, the "filmmaker mode" is much less busy.

The designers of this model have focused mainly on respecting the Gamut rec.709 and Gamma, less on the gray scale.

Fortunately, as pointed out in the section devoted to the menus, they are very rich in setting options and it is possible to go even further in precision by reducing the deltaE gap below 3 with a color temperature set at 6641K and a Gamma at 2.2.

The Gamut of the "cineaste and cinema" modes sticks to the HDTV references (rec.709) but with some corrections to be made on the primaries and secondaries. The CMS on 3 dimensions is very precise and allows to smooth all the errors found.

To widen the Gamut it will be necessary to activate the option "broad". It allows to reach 108,2 % of the DCI-P3 references.

Test BenQ W4000i
Gamut large DCI P3 HDR10 avec filtre

BenQ has added a measurement diode in the light path. It evaluates the intensity of each color sequentially, which measures the color distribution of the projector. In the event that it detects a change in color temperature, the balance is restored by adjusting the RGB levels of the LEDs. While I welcome the presence of this type of device, it will not be equivalent to a proper calibration.

HDR management :

To check the mapping management by the projector when detecting an HDR10 or HLG signal (static data), I use the test clips from the "spears and munsils" suite which are encoded at different nits levels. On static metadata (HDR10/HLG), the W4000i is positioned on the right level of EOTF Gamma up to 600 nits. From 1000 nits, the scene of the horses in the snowy plain already loses its background details. This is surprising but can be remedied with the HDR brightness levels placed in the menus. However, this is not automatic, so it is up to the user .

On the other hand, the dynamic metadata management (HDR10+), keeps its promises without any human intervention required.

Contrast and brightness :

Gone are the days when the contrast figures were below 500:1. Q hatever the mode, with the probe turned towards the projector, I measure a little over 1000:1 in Full On, Full Off (FOFO). Pointing the probe at a conventional white Gain 1 screen I read 1280:1 with an Ansi contrast of 333:1.

Test BenQ W4000i
Contraste Ansi et FOFO BenQ W4000i sonde face à l'écran

The dynamic contrast (after activation of the smart eco. mode) reaches 2930:1 (probe facing the white screen; the table shows only probe values facing the projector).

Test BenQ W4000i
Contraste dynamique max sonde face écran

I tried to measure the effect of LCE (Local Contrast Enhancement). If i visually we note a lightening of the image having for effect to reveal some details in blacks which could be blocked, on the other hand the needle of measurements does not move of an iota.

For the brightness, it has 3 physiognomies :

  1. The first is the maximum power reaching 2984 lumens in the bright mode but with a deltaE of 38.6 and colors totally unusable in home theater.
  2. The a second corresponds to the values reached after calibration, without activation of the color filter, and there we are at 1633 lumens. This is enough to obtain a luminance of 16 fL on SDR sources with a screen of 4m10 and 3m22 in HDR with 26 fL. As you can read, it has dynamics to sell this new BenQ.
  3. Finally, the third measures the impact of the color filter extending the gamut for an optimized HDR restitution, which filter reduces the remaining brightness to 1023 lumens again from calibrated colors . This is a significant loss to consider for the screen size to be considered in combination with this new BenQ .
Test BenQ W4000i
Contraste luminosité colorimétrie BenQ W4000i

I would like to remind you that these figures do not include the HK effect specific to LED projectors which, at equal brightness, will appear brighter than their lamp counterparts.

Subjective opinion

In SDR :

I started my review of the W4000i with a live performance of the Pet Shop Boys at Glastonbury in 2022, a treat of colors and luminosity with the play of light and some beautiful night scenes that alternate very bright elements and dark backgrounds. It's perfect to evaluate the contrast rendering of the newcomer and he does it brilliantly (I almost stayed to watch the whole concert so visually intoxicating!).

I then moved on to Fury, its introduction scene with a particularly dark passage in the turret of the tank then the hand of one of the tankers in the foreground and a spatial scene of 65. The few comparative pictures I took are included so that you can see the effect of the LCE (Local Contrast Enhancement).

Test BenQ W4000i
Effet comparatif LCE

I then went through Red and WW84 to evaluate the work of the image interpolation on the precision and fluidity of the dollies. P or my part I stay on the medium setting, it represents my compromise between natural rendering and judder suppression.

In 4K HDR :

At the moment and in this matter, the chase scene in the beginning of Mad Max 2 is often used. It is perfect for the colorimetry on the desert sky, the worn leathers or the flesh tones . Add to this all the finesse and sharpness offered by a 4K image, when the Interceptor stops so that Max can go and get the gasoline spilling out of the wrecked buggy, we can then count the pebbles on the asphalt.

Test BenQ W4000i
Comparaison Max Gamut large et Gamut restreint

In HDR10+, for those who complain about a too dark HDR10 image, I invite you to discover the rendering of the W4000i on this type of source because in my opinion it will complete to convince you to switch to high dynamic range.

Conclusion

With this BenQ, it seems legitimate to me to claim that finally LED projectors are coming of age by succeeding to become credible in the associated areas of contrast and brightness. This new fringe of DLP projection with 0.65 chip should easily make us forget the bad years of the small 0.47 chip. Let's hope that other manufacturers will soon follow the path opened by BenQ and ViewSonic, where we hope for other models in the qualitative line of this W4000i.

It is thus full of hope for the future in LED that I end this tour of the W4000i and its superb sharp image with faithful colorimetry, available right out of the box for those who do not want to adjust the calibration.

Still enchanted by the visual exhilaration provided, it is with pleasure that a Gold Award is given to this classic focal length model. However, I would like to take this opportunity to send a little message to the designers of the next generation of BenQ projectors: "As far as the image is concerned, it's ok, we have been able to judge your expertise in the field, bravo, but now we must imperatively go back to the design table and work on sound insulation, that is to say, this ugly noise that prevents us from taking full advantage of the formidable capabilities of your projectors.

There are a few flaws or small shortcomings, at least for those who can live with the limitations of this broadcaster and live with it. It is therefore understandable that the double Gold Award is not appropriate. And to hide nothing from you, there was even a debate to award silver rather than the gold finally granted and deserved, the objector being the diabolical and merciless Cattod (hou, hou! whistles!) at the helm of the permanent classification (clap-clap! bravos!).

Gold Award mondoprojos.fr

But it's how to finish other than by insisting on the fact that the W4000i and its image breathe the love of home cinema and the respect of people attached to viewing their favorite movies or series in the best possible conditions of restitution . This is what MondoProjos is all about !

Test BenQ W4000i
Calibrage BenQ W4000i avec Jeti 1501 Hi Res

I enjoyed :

- The dynamics (brightness/contrast ratio),

- Colorimetry,

- Fluidity,

- The precision of the image,

- Reduced input lag,

- The numerous setting options,

- HDR10+ support.

I regret :

- Operating noise in normal and smart eco mode,

- HDR10 management above 600 nits,

- The sizzling sound in 4K XPR,

- The generation (a priori) of rainbow effect.


66 Commentaire(s)

  1. Safe dit :

    Merci Greg et Cattod pour ce test complet comme on les aime.

    A la question, est ce que ce projo peut remplacer ou pas mon Acer VL7860, personnellement je dirais non. Mais il offre de belles avancées en matière de gstion d’images.

    @+

    1. GregW dit :

      Le BenQ W4000i intègre le tableau de classement à la dixième place. Cattod est en train de faire les mises à jour.

  2. Fab dit :

    Salut Gregory,
    J’attendais ce test avec impatience mais j’avoue en ressortir perplexe. Peut-être est-il judicieux que j’attende encore pour voir si d’autres vidéo-projecteur sur la même base technique sortent… Peut-être chez la concurrence?
    Merci à toi pour test et merci à Cattod également

  3. Cattod dit :

    Oui, ce BenQ W4000i n’est pas épargné de points de malus mais au final et à l’évidence ce qu’on appellera l’équilibre et la richesse du modèle l’emportent. Ainsi donc en laissant parler les chiffres il se hisse à la 10ème place du scratch. Ce me semble mérité. A mon humble avis, ce projecteur capable d’arroser 3m de base cible le cinéphile en sa salle adaptée, justement le cœur battant de MondoProjos, et pour celui qui a les moyens il est vraiment très séduisant! (Il demeure juste la question de l’effet arc-en-ciel signalé par Greg pourtant peu sensible, dans quelle mesure est-ce effectif et embêtant ; d’autres yeux devront nous renseigner à ce propos).

  4. Alexis dit :

    Merci Greg et Cattod pour ce test que j’attendais pour mon premier achat de VP.
    Comme beaucoup, j’attendais les chiffres et votre conclusion pour passer à l’achat.
    Maintenant, je suis en plein dilemme W4000i ou Optoma UHD55 moitié moins chère. Un DLP contre un LED.
    Je lis et relis les 2 tests mais n’arrive pas à savoir si un tel écart de prix est justifié.
    Je crains le surdimensionnement budgétaire avec le W4000i. Le but étant de profiter enfin d’une belle et graaaande image dans mon salon. Merci pour vos lumières.

  5. NOAMattD dit :

    Préférez-vous les capacités vidéo du BenQ HT4550i ou du LS11000W d’Epson ?

    1. GregW dit :

      Bonjour, ce n’est pas très juste comme comparaison car l’Epson est beaucoup plus cher que le BenQ et l’écart tarifaire permet de meilleurs équipements et performances au profit du modèle laser.

  6. Rom dit :

    Bonjour Greg,
    Merci pour le test de cette belle bête qu’est le W4000i/HT4550i.
    Est-ce que son petit frère le HT2060 présenté au CES est bien prévu en Europe ?
    Il s’agit de l’héritier des HT2050/A (W1110, W1120, W2000) en version LED (1080p et HDR) mais aussi le cousin du Viewsonic X1 mis à la sauce BenQ.
    Plus sexy que le X1 (très subjectif), on peut peut-être en espérer aussi une meilleure gestion firmware du HDR ou un judder un peu plus contenu en 24p que sur le Viewsonic.
    C’est une entrée de gamme à source lumineuse durable qui paraît très intéressante, au tiers du budget d’un W4000i (env. 1000$).

  7. evangelion77 dit :

    Merci infiniment pour ce test. Je pense que l’on était nombreux à l’attendre. J’espère que les ingénieurs de BenQ finiront par trouver une solution pour atténuer le bruit de fonctionnement de leurs futurs produits.

  8. Cattod dit :

    @ Alexis . Dilemme, dilemme ! 🙂 J’voudrais pas ajouter au trouble mais entre les deux tarifs des BenQ W4000i et Optoma UHD55 il y a le LG HU710PW (à 2100€ désormais) en tout cas si tu considères qu’une belle et graaaande image c’est déjà 2m50 de base. Et puis, petite rectif’: ce sont tous des DLP (principe de la puce). L’Optoma a une source lumineuse UHP, une ampoule quoi, quand les deux autres sont à LED.

  9. Cattod dit :

    Premiers tableaux mis à jour sur le forum : versions bleues 15/05/2023 [https://www.mondoprojos.fr/forum/topic/tableaux-comparatifs-des-videoprojecteurs/#postid-904] , incluant donc le BenQ W4000i.

  10. Aldo dit :

    Pour expérience de la vidéo projection, avec un fidèle Mitsubishi au plafond, place le silence en qualité obligatoire pour une future acquisition. Je pense que cette technologie est la mieux placée pour y parvenir, non ?
    Les ventilos ont moins de chaleur à évacuer donc je pense que BenQ a encore une petite marge de progression à ce niveau. Le prochain modèle sera le Graal j’espère, à moins qu’un autre constructeur y parvienne avant.

  11. dm27 dit :

    En tout cas, merci pour ce test attendu qui fait date sur l’avancée de la Techno LED.
    Un grand merci à l’équipe pour ce test à la faconde agréable à lire.

  12. Rom dit :

    Je partage ton point de vue quant au critère de silence de fonctionnement.
    Le “sur-bruit” de tous ces modèles est je pense lié au procédé XPR, lui-même bruyant mais qui doit également générer plus d’échauffement du chip DMD (qui travaille 4 x plus vite) et donc une nécessité de ventiler plus fort pour refroidir, indépendamment de la source lumineuse utilisée.

  13. Kelu dit :

    Selon vous, pour une salle très lumineuse avec baies vitrées et stores, vaut il mieux ce BenQ w4000i ou toujours le LG 710 situé en 1ere place du classement ?

  14. messire dit :

    bonjour merci pour ce test Greg !
    une question un peu bête mais j’ai cru comprendre que le zoom et l’optique etait la même que le w2700 pouvez vous me le confirmer svp? car j’ai un w2700 avec un certain recul que je ne peux depasser auquel l’image de 3m est parfaitement rempli sur ma toile et c’est ma seule critére qui me fait pencher pour cette jolie bête.
    cdt

  15. lomac123 dit :

    Mille merci pour tout, je ne sais si je lis faux, mais sur la tabelle de Cattod, le prix de référence devrait être de 2999. où je suis en erreur ?

  16. lomac123 dit :

    Sorry mauvaise ligne le prix est juste

  17. Max_B dit :

    Hmm, j’ai relevé “un usage cinématique à domicile” dans le texte qui devrait sans doute se corriger en “un usage cinématographique à domicile”.

  18. NOAMattD dit :

    Bonjour,

    Merci pour la réponse Greg. Il semble que l’Epson vaut au moins l’argent supplémentaire, car plus de coût ne signifie pas toujours plus de qualité. Peut-être que la bonne question était de savoir si l’image du LS11000 valait le coût supplémentaire par rapport à BenQ. Tout comme, l’image du LS12000 vaut-elle le coût supplémentaire par rapport au LS11000 ? (Oui :))

  19. Cattod dit :

    @Max_B “Cinématique”, oui, très juste en effet Fanto-Max! … A moins que Grégory ne se serve de son matériel pour des spectacles de danse du ventre ce serait mieux de corriger par “cinématographique” ou “cinéphilique”. On a beau relire et relire, il passe toujours des fautes à la trappe! Par exemple il y a aussi “Cette nouvelle frange de la protection DLP”, dans la conclusion. [Veuillez svp nous en excuser. Pour ma part je ne trouve ni ridicule ni anodin de s’en inquiéter ; il y a bien assez de fautes, d’erreurs et de légèretés partout sur le net et même dans les médias en général. On pourrait même dire en paraphrasant ce cher L. De Funès que c’est plein de jean-foutre! → https://youtu.be/MR-ke8MZS7g 😀 Sur MondoProjos on n’y souscrit pas!]

  20. Patrick dit :

    Certains constructeurs chinois se tournent bien vers des solutions audio de marque, genre Denon, pourquoi BenQ ne se tournerait-il pas vers Noctua pour ses ventilateurs plébiscités?
    Le problème serait vite réglé.

  21. Cattod dit :

    Tout à fait d’accord Patrick, je serais curieux de savoir pourquoi BenQ (et d’autres) persistent à sortir des projecteurs bruyants quand d’autres ont fait la démonstration depuis belle lurette que la discrétion était possible à performances égales. Et c’est aussi une grave erreur commerciale car chacun peut constater dans les commentaires ou sur le forum combien ce critère est important pour l’acheteur, lequel n’est pas dupe! Ils ont un énorme stock de ventilos datant des seventies ou quoi ?!?

  22. MICHAEL dit :

    Comment le Foremovie X5 se compare-t-il au W4000i en termes de qualité d’image ?

  23. Alexis dit :

    Merci Cattod pour la réponse. Je reste un fan de la 3D (et oui, on ne se refait pas). D’où l’exclusion du LG HU710PW.
    Il me faudra les voir en démo pour trancher.

  24. gourix dit :

    Merci pour ce test ! Il confirme être un sérieux remplaçant pour mon w1120. En termes de contraste, il semble enfin proposer quelque chose de sérieux (bien que j’ai l’impression qu’il reste en-dessous des w1120/w2000 au final, non ?).
    Pour le bruit, mon w1120 est à environ 36dB depuis mon point de visionnage, au plafond (39 dB à 50 cm, mode smartEco). Au final, cela reste identique (mais on pourra critiquer le manque de progrès de l’isolation car les années ont passé…). Et le bruit actuel ne me gêne pas.
    Le seul hic reste le prix. Sur le classement général de Cattod, le w4000i gagnerait quelques places car ce critère est assez plombant pour lui.
    Comme d’autres, je vais attendre une baisse de prix dans les mois/années à venir ou la sortie prochaine d’un modèle concurrent aussi performant mais moins onéreux, maintenant que la technologie semble éprouvée.
    En tout cas, il donne envie ! Mais à chaque fois que je regarde un film sur mon w1120, je me surprends à m’extasier encore sur la qualité de son image, quand bien même il ne soit qu’en 1080p natif.
    Bravo à vous deux en tous les cas !

  25. jeantil dit :

    Bonsoir,

    est-ce que la correction de trapeze electronique du w4000i est meilleure que celle du x5 ?

    entre le w4000i dont le lens-shift ne va pas vers le bas et le x5 qui n’a pas de zoom optique j’ai bien du mal àtrouver une configuration potable pour ces bestiaux :/

  26. biogons dit :

    Merci pour ce test tant attendu du nouveau projecteur BenQ. J’ai quelques doutes:
    -Comment est-il possible que le projecteur LG HU710 (avec une puce de 0,47″) offre de meilleures valeurs de contraste que le W4000 avec une puce de 0,65″, alors que vous avez commenté que ce changement impliquerait une grande amélioration du contraste.
    -La plage de zoom courte du W4000, par rapport aux X1 et 710, oblige le projecteur à se rapprocher d’un mètre de l’écran, ce qui dans de nombreux cas n’est pas possible pour la même taille d’écran. Viewsonic propose deux versions ; X1 et X2 avec différentes plages de projection.
    -Je ne comprends pas très bien le système de ventilation proposé qui empêche de monter le projecteur dans une librairie. Ne serait-il pas préférable, comme le font JVC, SONY, EPSON, Panasonic et consorts, d’extraire l’air chaud par l’avant, et sont-ils moins bruyants ?

    1. GregW dit :

      Bonsoir, le contraste natif du W4000i est le double de celui du LG.

  27. Cattod dit :

    @ Gourix. Merci. Oui, le BenQ W4000i a clairement un contraste réel (1071:1) en dessous des BenQ W1110 (1954:1) et W2000 (1870:1) [j’ai pas pour le 1120]. Mais avec l’effet HK propre aux LED et vu l’enthousiasme de Greg c’est que ça doit quand même être très chouette. Note aussi que le W4000i et sans même prendre en compte l’effet HK (+20%~ de lumens) est plus lumineux (1692 contre au mieux 1400). Sont donnés les chiffres contraste et lumens du mode “éco” du W4000i et dans ce mode en termes de bruit d’après Greg on a affaire à un engin discret, normalement bien plus silencieux que les vieux BenQ. Personnellement et pour avoir eu le W2000 (avec bonheur), en résumé si le W4000i venait à atterrir à la maison, c’est ce seul mode éco qui serait utilisé avec l’assurance de bien meilleures performances que le W2000 et de la discrétion de fonctionnement. Parce qu’il m’a été possible de comparer ce dernier avec le Xiaomi Mijia 2Pro qui plafonnait à 750:1 de contraste (taper ” / BenQ ” dans la recherche) ça m’a donné une bonne base comparative, à plus forte raison qu’en étant passé depuis sur le Xiaomi Mijia Laser 1S (qui aurait à mon sens mérité au moins un silver award) il y a aussi eu un gain qualitatif, le plus surprenant étant celui de la profondeur de l’image. Bref, à mon sens et j’ai insisté auprès de Greg quant à l’usage ou non de “discret” et donc le qualificatif, il n’y a pas lieu de déplorer le bruit du W4000i sous la condition qu’on s’en serve en mode “éco” ; le test dit qu’il “flatte le discret” et ça permet qu’il figure parmi les projecteurs discrets du comparatif, lequel ne prend pour son calcul que les chiffres lumens et contraste dans ce mode là du W4000i. C’est dans les autres modes qu’il est bruyant, et là sans doute que c’est au moins au niveau de bruit des vieux BenQ, peut-être même un peu davantage, impossible de savoir sans comparer in situ. Ces modes ne sont pas recommandés à cause de ça, de même que le contraste dynamique figure en rouge car il n’est accessible qu’en modes bruyants. Mais si tu supportes ces modes alors le contraste dépasse celui des vieux BenQ puisqu’il peut atteindre 2257:1.

  28. gourix dit :

    Merci pour ton retour détaillé, Cattod. Très éclairant.

  29. lomac123 dit :

    Juste une petite question concernant le Lens shift, thème fortement discuté sur les sites anglo-saxons. En position plafond (projecteur inversé) et offset neutre, est-il juste comme affirmé, que le Lens shift vertical ne se déplace que vers le plafond et non vers le bas direction plancher. Ce qui serait assez illogique et dans mon cas rendrait l’achat de ce projecteur impossible. Mercis de votre aide

    1. GregW dit :

      Bien que non l’inversion en position plafond permet de décaler l’objectif avec le Lens-shift vers le bas.

  30. lomac123 dit :

    Mille merci Greg, je vis à Zürich et ici pour le home cinéma c’est plutôt le désert de Gobi et grâce à ton aide ça évite à la communauté de se planter, alors encore toute ma reconnaissance

  31. Stefan dit :

    Très beau test, bravo. Une question, comment voudrais-tu évaluer le Viewsonic X1-4K par rapport au W4000i ? Donc dans le domaine de la qualité d’image ? Les deux appareils sont-ils proches l’un de l’autre ?

    1. GregW dit :

      Bonjour Stefan, le W4000i est meilleur
      que le X1-4k pour la colorimétrie et la fluidité. Pour le reste ils sont proches.

  32. tetra_4 dit :

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour le test très complet comme d’habitude. Je pense, que j’ai trouvé le remplaçant de mon BenQ W1070, car je crois qu’ils ont le même rapport de distance.
    Par contre, je vais attendre que le prix baisse,
    j’avoue avoir du mal à comprendre votre système de notation, j’ai essayé de comprendre le tableau, et au niveau de l’image, la différence avec le LG noté premier ne me paraît pas flagrant.
    Encore merci j’espère trouver d’autres tests pour confirmer mon choix ou pas, et peut-être les premières impressions des acheteurs.
    Bonne continuation

  33. Cattod dit :

    @Tetra: Hello. Hé-hé! Pourtant, ce n’est sans doute pas parfait et ça ne peut pas l’être, mais plus on s’en sert et plus on se dit qu’on devrait le breveter notre système! Il s’avère jusqu’ici bien caser les appareils dans une hiérarchie cohérente. Et tout ça en tenant compte des résultats des différentes mesures prises lors d’un test + les facteurs objectifs quant à l’équipement et le service + le ressenti subjectif puis l’avis du testeur + pour finir l’éventuel award marquant un produit recommandé. Alors concernant le W4000i, il n’est pas exempt de défauts et malus, mais si on les gomme et qu’on lui colle alors un double gold award on arrive à la note de 4,12, soit pas loin derrière le LG (à 4,48), lequel a une position de leader justifiée parce qu’il est particulièrement équilibré et ne souffre d’aucun truc pénalisant, bref il cumule les qualités. Quant à l’image, pour deux projecteurs jouant dans la même cour que ce soit ces deux là ou d’autres, sans doute que seule une confrontation côte-à-côte permettrait de s’en faire une idée car en haut de classement je pense qu’on touche vraiment à des engins de haute volée, et même plus bas à mi-tableau les projos peuvent encore être très bons. En outre, chacun ses goûts et l’image d’un modèle peut davantage plaire qu’à un autre, il y a un côté subjectif. Mais note quand même que sur les deux projos cités, le LG a un contraste dynamique utilisable et qui dès lors le fait monter à jusqu’à 6870:1… quand celui du W4000i n’est utilisable qu’à condition d’un fâcheux bruit de fonctionnement gênant et ne plafonne qu’à 2257:1.

  34. Cattod dit :

    J’ajoute que c’est assez marrant de rentrer un nouvel appareil dans le tableur. Car déjà ça ne peut se faire qu’une fois le test publié, donc après correction du texte et après d’éventuelles discussions avec Grégory quant il y a des points discutables, et ensuite car la note n’apparaît qu’au final, une fois la foultitude de champs remplis et surtout pas avant d’avoir effectué un à un les 6 différents tris. Ca arrive vraiment en surprise terminale!! 🙂

  35. tetra_4 dit :

    @Cattod, merci pour la réponse,
    j’imagine, qu’aucun test n’est parfait, et a toujours une part de subjectivité. ( par exemple, la note sur smart tv, perso, je préfère google 😉
    Je salue d’ailleurs votre sérieux en essayant de mettre des notes à chaque critère.
    En effet l’idéal ce serait une confrontation entre les 2, surtout en réel pour voir la différence, mais quand tu vis à la campagne sans avoir cette possibilité, c’est bien agréable d’avoir votre test pour se faire une idée.
    Bonne continuation en tous les cas, je continue à vous suivre, car la lampe de mon BenQ w1070 en a encore pour quelques heures. Et ma décision pour changer n’est toujours pas prise 😁

  36. Arno dit :

    Bonjour, merci pour la lecture et les explications de Cattod dans les commentaires, très utile.

    J’ai du mal à comprendre les notes sur le bruit en fonctionnement sur le tableau:
    Optoma uhd 55 36.8 db en éco 33.4 db 20 pts
    Lg hu710pw 36.2db 40 pts
    Benq w4000i 38db eco 35.9 db 40 pts

    Au final en éco le Optoma est le plus discret et il est moins audible que le ce Benq dans tous les cas d’après les mesures. Y aurait il un critère de subjectivité du coup, genre sifflement du ventilateur plus ou moins audible. Je suis pénible avec ça mais 31 db ça me gène déjà parfois alors quand je vois ces chiffres….
    Pensez vous qu’il soit possible d’intégrer dans votre classement, des projos plus vieux mais reconnus comme le Epson tw9400 ou le Benq w5700 afin que l’on puisse se faire une idée des nouveaux venus sur le marché.

  37. amery dit :

    Bonjour à tous,
    merci Greg pour le test et à toute la team pour le boulot réalisé !
    J’ai le w4000i depuis 1 semaine en remplacement de mon bon vieux W2000.
    J’ai eu l’occasion de l’acheter à 2699€ ce qui a terminé de me convaincre 🙂
    J’ai pour le moment visionné différents contenus (série SDR, 4K et film 4K et HDR) et je n’ai personnellement pas constaté l’effet arc en ciel.
    Aucun judder de mon coté non plus et j’y suis pourtant vraiment sensible.
    Petite précision je l’utilise pour le moment sur un mur blanc mat (et l’image est déjà impressionnante), j’attends avec impatience mon écran vividstorm obsidienne avec un gain de 0.8 !!

  38. Cattod dit :

    @ Amery : merci pour ce retour, c’est utile de connaître les impressions des possesseurs 🙂 Ce serait chouette de le publier aussi sur le forum pour que ça ne tombe pas dans les oubliettes du présent blog, en plus que tu peux y développer le propos. Merci d’avance 🙂 Et si tu peux confronter les images des deux projecteurs côte-à-côte et nous en faire une petite photo (à ouverture de diaphragme bloqué), n’hésite pas! Topic du W4000i : https://www.mondoprojos.fr/forum/topic/test-benq-w4000i/ . Confrontations de projecteurs voir → https://www.mondoprojos.fr/forum/topic/avis-fengmi-s5-rolling-or-not-xgimi-z6x-pro/?part=3#postid-836 (mais on va sans doute regrouper ça dans un topic dédié)

  39. Cattod dit :

    @ Tetra_4 (comme le Grand?) : Merci. Concernant le “Smart-TV”, ça se consacre à l’aptitude (ou l’inaptitude) du projo aux fonctions dites “intelligentes et multimédias” comme la bonne lecture de fichiers par le lecteur interne et le côté “applis-streaming-androïd”. Le barème est simple : -2 quand ce qui est fourni est inutile ou pas efficient et qu’il faut donc confier ça à une box-tv externe ou autre source capable.

  40. amery dit :

    C’est chose faite sieur @Cattod 😉
    Pour la comparaison w2000 Vs w4000i side by side ca va être compliqué… le w2000 est déjà dans son carton prêt pour la revente 😉

  41. Cattod dit :

    @ Arno : évaluation dans notre tableur avec notation des Epson tw9400 et Benq w5700, oui, ça paraît possible car ils ont tous deux été testés par Grégory. Si je trouve le temps ce sera fait!

  42. gourix dit :

    @Amery : et alors, tu sens bien la différence d’image entre les 2 ? La plus-value est flagrante ? Pas de sensation de perte de contraste ? Et au niveau du bruit : plus discret ou similaire ?
    J’ai un w1120 donc on est sur des appareils presque jumeaux.

  43. Arno dit :

    Merci Cattod je vais de ce pas regarder ça, au top !

  44. amery dit :

    @gourix : une différence, oui très clairement. Encore heureux tu me diras quand tu passes d’un HD à un 4K 😉
    Pour le contraste, je sais que le w2000 est censé être meilleur mais ma perception est différente (perception subjective évidement). Je trouve que le contraste est meilleur certainement aidé par une excellente luminosité.
    Pour le bruit j’aurais tendance à dire peut être un peu plus bruyant, mais je suis en smart éco, en éco je pense que ce sera différent.

  45. gourix dit :

    @amery : Merci pour ton retour. Tu as de la chance de pouvoir déjà profiter de cette belle bête.
    Le problème du mode éco, c’est que d’après ce que j’ai compris il ne permet pas d’avoir accès au contraste dynamique. Ce qui est tout de même dommage.

  46. amery dit :

    @Gourix : je viens de regarder la doc du w4000i et je n’ai vu aucune mention du fait que le contraste dynamique était désactivé. Ca ne veut pas dire que ce n’est pas le cas mais aucune mention de ce point dans la doc.

    1. GregW dit :

      Le contraste dynamique sur le BenQ W4000i c’est uniquement avec le mode smart eco.

  47. zetof dit :

    J’étais parti sur le W4000i, puis comme trop cher vers le X1-4K… Mais entre les 2 (prix), il y a le HU710PW que j’avais écarté car puce 0.47…

    Mais finalement, même sans puce 0.65, le HU710PW a un contraste pas trop mal… Il a une focale qui me convient mieux, un lens shift important, une interpolation d’image qui manque sur le X1-4K…

    Il a l’air assez proche du W4000i pour un peu moins de 1000€ de moins…

    En qualité d’image, le HU710PW est comment par rapport au W4000i ? Est-ce qu’ils se valent ?

  48. tetra_4 dit :

    @cattod , comme le Grand ? je n’ai pas la réf ?

    Merci pour les réponses.
    J’aurai une question pour les pros qui changent souvent de vidéoprojecteur, car je n’ai eu que mon BenQ 1070. Question un peu bête j’imagine
    Y a-t-il un vrai changement quand on prends une nouvelle génération comme le benQ w4000i ou le LG ?
    Je projette sur un écran blanc de gain 1 à 4,5 m
    bonne continuation dans tous les cas

  49. Cattod dit :

    @ Tetra : la réf? Béh alors le campagnard googleur!! 😀 (https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/2964). Sinon, j’suis ni pro ni n’ai changé souvent de projo (c’est pas l’genre de la maison) et il est de notoriété publique que le W1070 balance une bien belle image, mais tout de même tu devrais voir un changement au niveau de l’étendue des couleurs (gamut plus large), sur la profondeur de champ de l”image (un peu comme un effet de léger relief)… et puis surtout tu auras l’impression de changer de bagnole en passant d’une thermique à une électrique, car le W1070 est notablement bruyant. Il m’a été possible de comparer puisqu’ayant eu un W2000 à l’image au moins aussi bonne que le W1070 et déjà moins bruyant.

  50. Cattod dit :

    @ Arno : C’est fait pour la notation BenQ W5700 et Epson EH-TW9400 → voir forum où des topics respectifs ont été créés, section Projecteurs classiques (https://www.mondoprojos.fr/forum/forum/laser/).

  51. tetra_4 dit :

    @cattod : merci beaucoup, je n’avais pas la référence. J’avais le poisson tetra, la fleur également, mais je n’avais pas cette bestiole 😉
    merci également pour la réponse pour le changement, c’est bien ce que j’imaginais, il y aura bien une différence mais pas un truc de fou.
    Pour le bruit, pourtant j’ai le vidéoprojecteur à côté de la tête et ce n’est pas quelque chose qui me dérange car dans les films il y a toujours de la musique du son des paroles qui couvre le bruit de la ventilation. Même ce petit bruit de ventilateur me rappelle les cinémas d’antan

  52. GregW dit :

    D’autres possesseurs de W4000i rapportent des soucis avec la perception d’AEC ici :
    http://www.hifi-forum.de/viewthread-94-17144-5.html

    ” Ma femme est TRÈS sensible au RBE – elle a tout de suite dit qu’elle avait des problèmes – pour elle, le w2700 était beaucoup plus agréable. “

  53. mourin dit :

    beau projecteur, mais à quand l’utilisation de ce DMD pour la gamme inférieur? Je pense que benq aurait tout à gagner en abandonnant la 0,47 qui est vraiment un échec.

  54. Louissamuel dit :

    Bonjour Greg, bonjour Cattod.
    Heureux d’avoir trouvé des passionnés comme vous, objectifs, et qui respirent l’amour du cinéma.
    Je suis tout nouveau et n’ai jamais eu de videopro mais je souhaite acquérir ce bel étalon qu’est le w4000i.
    Cependant les contraintes de mon salon ne me permettent de disposer que d’un écran manuel fixe et j’avoue que trouver une référence dans ce domaine est difficile…
    Pouvez vous me guider dans cet achat ?!
    Merci

    1. GregW dit :

      Bonjour, chez Vividstorm ou Xyscreen une toile ALR à gain 0.8.

  55. gourix dit :

    Salut !

    Des retours de possesseurs du Benq W4000i maintenant qu’il est sorti depuis quelques temps ? Si jamais certain.e.s sont passés des modèles type w2000/1120, la différence mérite le tarif ?
    A ++

  56. joakaya dit :

    Bonjour
    Est il possible d envisager de diffuser le son en Bluetooth où cela occasionnera un décalage ?
    Merci!

  57. Sebastiii dit :

    Salut 🙂
    Voilà un ptit retour rapide sur les défauts malheureusement :
    Du coup, pour le coté positif, je le trouve lumineux et il restera comme ça vu que ce sont des LED, mais je remarque aussi des points négatifs gênants, je ne sais pas si ça pourra être corrigé par un firmware, tout ne peut pas se faire par logiciel, mais bon :

    Voici les points que j’ai relevés :

    1) Option “Motion enhancer 4k” :
    – Il y a des glitch sur l’image en mouvement (Reacher, Wonder Woman 84, etc.)
    – Je le remarque beaucoup même si ce n’est que sur certain passage, mais lorsque ça le fait, ça donne vraiment quelque chose de qualité, vraiment pas au top pour un produit de ce cout !
    – Le défaut est plus ou moins fort en fonction du mode, mais malheureusement ça commence dès le niveau le plus bas et augment au fur et à mesure avec le niveau moyen et haut !
    – Ça fait comme un bug de compression d’image vraiment pas agréable en visuel.
    – Si on désactive l’option, il n’y a plus ce défaut, mais l’image saccade vraiment beaucoup !
    – Malheureusement, on est obligé de l’activer, car sinon l’image n’est pas fluide et avec ou sans l’option “Cinéma 24P True”

    2) Option “Cinéma 24P True” :
    – Ne fluidifie pas la vidéo (même si le VP passe en 24hz), c’est bien dommage, ça aurait permis d’éviter d’utiliser l’option “Motion enhancer 4k” qui est nécessaire pour rendre fluide la vidéo, donc, on en revient avec le défaut N°1
    – Ce mode en 24Hz génère un bruit sourd, une sorte de vroom !

    3) Le bruit du vidéoprojecteur en général, seul le mode “Eco” est mieux, mais du fait de l’option “Cinéma 24P True” cela devient gênant !

    4) L’effet ARC-EN-CIEL :
    – Dès que l’on regarde différent point de vue au niveau de l’écran de projection, tout ce qui est clair (en tout cas vers le blanc) fait une trainée de couleur comme un arc-en-ciel
    Par ex :
    – Comme des sous-titres
    – Comme le logo BENQ au démarrage du VP.

    Le produit est par ailleurs bon, mais ces points négatifs empêchent de bien profiter d’une bonne expérience.
    Sur le SONY VPL-HW40ES, il n’y avait pas ce souci de fluidité et d’arc-en-ciel et de bruit (bien plus silencieux) mais pas 4K et aussi lumineux.
    Malgré un passage en 4k, avec une luminosité stable, j’espère que ces défauts pourront être améliorés rapidement.

    En tout cas belles fêtes de fin d’année.

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

  • Test Xgimi Horizon : l’avis de Grégory.
    Bonjour Grégory et bravo pour tes tests et la mine d’info qui en résulte. J’aimerai invetstir dans un vidéo projecteur…
    le 2024-03-04 15:39:27 par Tommy
  • Test JVC DLA-NP5
    […] peut en profiter pour tacler au passage les grandes marques comme JVC ou SONY qui vendent à prix d’or…
    le 2024-03-02 18:35:48 par Test Hisense PL1 - Mondoprojos.fr
  • Test Hisense PL1
    Merci Hervé, je vais rectifier.
    le 2024-03-02 18:31:41 par GregW
  • Test Fengmi S5
    Je viens de recevoir le mien. J'ai installé projectivy. J'ai réussi à trouver un apk pour oqee qui fonctionne (version…
    le 2024-03-02 17:45:41 par sorata
  • Test Hisense PL1
    Bonjour Grégory, une petite correction à apporter stp , la télécommande fonctionne en infrarouge mais pas que ! :)
    le 2024-03-02 17:20:50 par Aokiba
  • Pourquoi le calibrage précis des projecteurs est crucial pour une expérience visuelle authentique
    Si le projecteur n’est pas encore acheté autant le faire directement calibré avec l’offre de nothingprojector, sinon s’il faut de…
    le 2024-03-02 15:21:49 par GregW

Catégories

ActualitésGuide d'achatNon classéTests vidéoprojecteurs & toiles