Test complet du vidéoprojecteur Hisense PX3 Pro : Performances, avis et caractéristiques

Si vous me lisez régulièrement, chers lecteurs, vous savez que mon amour du cinéma m’a poussé, depuis plus de 25 ans maintenant, dans les bras des vidéoprojecteurs pour tenter de recréer à domicile les sensations de la très grande image de nos multiplexes. L’évolution technologique étant passée par là, les modèles fond de salle ont cédé la place aux appareils intelligents laser à ultra courte focale. Si je continue à tester le plus de nouvelles références, il faut que je confesse ma préférence actuelle pour la projection avec très peu de recul. Cette affection personnelle, conjuguée à une actualité foisonnante dans ce segment de la vidéoprojection, fait que je teste de plus en plus d’UST (Ultra Short Throw, abréviation anglaise de Ultra Courte Focale).

Dans ce contexte, je vais tenter de lister tout ce que j’attends de trouver dans le projecteur UST idéal. Attention, il s’agit bien de mon opinion et de mes attentes qui se sont forgées au cours de longues années de tests et de calibrage, appuyées par ce que j’aime dans une image, à savoir des couleurs fidèles et riches, un bon contraste et une superbe précision.

Donc, dans mon vidéoprojecteur idéal, il y a :

  • Un bloc optique à ultra courte focale (0,23:1 au maximum)
  • Une puce DMD 0,65
  • Un bon contraste natif
  • Une colorimétrie fidèle avec des options de calibrage complètes
  • Une source lumineuse triple laser sans laser speckle et laser fringe
  • Des fonctions smart TV faciles à appréhender et qui intègrent directement tous les programmes de streaming légaux disponibles
  • Un lecteur médias qui décode tous les principaux formats du moment
  • Un système sonore intégré de qualité
  • Plusieurs prises HDMI 2.1
  • Le Bluetooth, le Wi-Fi
  • La discrétion de fonctionnement
  • Une consommation électrique contenue
  • La compatibilité avec tous les formats à haute dynamique actuellement disponibles : HDR10/HLG, HDR10+ et Dolby Vision

Voilà ce que j’attends dans mon projecteur idéal. Vous pouvez voir que la compatibilité 3D Ready n’y figure pas, désolé, mais encore une fois, il s’agit de mon choix.

Ce nécessaire rappel doit être réalisé pour expliquer dans quel état d’esprit je conduis ce premier test en ligne d’un Hisense PX3 Pro de série (version française) et plus généralement de tous les projecteurs qui me sont confiés pour analyse !

De quoi s’agit-il ?

L’Hisense PX3 Pro est donc un vidéoprojecteur DLP équipé d’une source lumineuse triple laser (TriChroma, appellation Hisense). Sur les générations précédentes, PX1 Pro et PX2 Pro, cette solution technique permettait d’obtenir un Gamut plus large que celui des triple laser ALPD 4.0 avec roue au phosphore mais avec un contraste natif réduit de moitié. Dans le PX3 Pro, ce n’est plus le cas. La force de la solution TriChroma est conservée (100 % de couverture du rec.2020) avec cette fois un contraste natif qui égalise celui du Formovie Theater (3000:1). Alors certes, nous sommes loin des valeurs de contraste atteintes par des gros modèles mono laser chez JVC ou SONY, mais je peux vous assurer que cette valeur de contraste séquentielle permet d’obtenir des noirs très convaincants avec une belle profondeur d’image. Attention, il s’agit de chiffres mis en avant par le constructeur et nous verrons ensemble dans la partie technique si les promesses sont bien au rendez-vous.

Trichroma laser HISENSE
Trichroma laser HISENSE

La puce DMD présente dans le PX3 Pro reste au format 0,47, donc avec une résolution native Full HD et un traitement XPR x4 qui va venir projeter de manière séparée à très grande vitesse tous les détails d’une image UHD. Ce n’est pas de la 4K native, mais l’illusion créée pour notre œil est très proche, d’autant qu’elle est aidée par une meilleure acutance de cette technologie (en comparaison des LCD, D-iLA ou SXRD).

La luminosité est annoncée par le constructeur à 2400 lumens après activation d’options spécifiques que je détaillerai dans la partie verdict technique. J’en profite pour préciser qu’il existe plusieurs versions de ce modèle qui peuvent différer suivant les territoires de commercialisation. Ainsi, un PX3 avec tuner TV est déjà commercialisé en Allemagne mais sans support 3D. Une autre version devrait bientôt être disponible aux États-Unis avec une luminosité de 3000 lumens. Bref, je teste la version 3D française sans tuner TV annoncée sur le site du constructeur avec un maximum de 2400 lumens et un lancement prévu en septembre 2024 à un prix avoisinant les 3600€.

Le PX3 Pro fait partie chez Hisense de la famille des projecteurs Laser Cinéma et non Laser TV. La distinction est importante, car dans le premier cas, on achète uniquement le projecteur sans écran et sa taille d’image est variable grâce à une option de focus motorisée (le constructeur recommande une plage d’utilisation allant de 90 à 130 pouces de diagonale). Pour la seconde frange, elle a toujours du mal à me convaincre qu’elle faisait partie de la famille des vidéoprojecteurs home cinéma. En effet, les Laser TV sont bloqués avec une taille d’image prédéfinie et commercialisée avec un écran associé. Je tique car le principe d’un vidéoprojecteur c’est d’avoir le choix de la taille d’image et de son écran (fin de la parenthèse).

C’est aussi une station multimédia tout-en-un qui rassemble autour du projecteur un système sonore Harman Kardon de 2x20W, une interface Vidaa 0.6 avec support direct de toutes les chaînes de streaming (Netflix, Prime Video, MyCanal, Molotov, Disney+, Apple TV, Max, etc.). Elle donne accès à AirPlay 2/Apple Home, Amazon Alexa, un navigateur internet, la fonction passerelle multimédia UpnP (DLNA), les compatibilités Wi-Fi et Bluetooth et le partage d’écran.

Présentation de l’appareil

L’esthétique du produit est une question de goût personnel et je dois avouer que l’aspect extérieur du PX3 Pro me plaît beaucoup avec cette coque en argent et ses reflets acier. La façade avant présente deux diodes LED sur chacune de ses extrémités qui s’éteignent en cours de projection.

Test Hisense PX3
Hisense PX3

L’appareil offre une hauteur limitée à 12 cm, ce qui est pratique pour l’intégrer aisément dans mon meuble spécial pour projecteur UST. Ses dimensions sont de 55 cm de long, pour 29,5 cm de profondeur et 12 cm de hauteur pour un poids de 9 kg.

HISENSE PX3 PRO
Rapport de projection Hisense PX3 Pro

Sous le projecteur, on trouve des pieds ajustables à l’aide de molettes disposées sur les côtés de l’appareil. Il est possible d’utiliser une application dédiée pour faire correspondre parfaitement l’image au format de votre écran, mais comme cela fait intervenir la correction électronique du trapèze, je recommande plutôt de se concentrer sur la position physique du projecteur pour bénéficier de la meilleure précision d’image possible.

Le bloc optique à ultra courte focale est motorisé pour la gestion du focus (rapport de projection de 0.23:1).

Test Hisense PX3
Panneau arrière Hisense PX3

Côté connectique, on trouve trois prises HDMI dont 2 au format 2.1 et une avec support eARC et ALLM, ainsi qu’un port Ethernet. 1 entrée Composite, 1 sortie stéréo RCA, 1 sortie stéréo mini-Jack 3,5 mm, 1 sortie optique, 1 port USB (une seconde prise est disponible sur le côté sous un rebord de la coque) et un port Ethernet complètent le tour des prises disponibles.

Test Hisense PX3
Télécommande Hisense PX3

La télécommande, qui a le bon goût de fonctionner en Bluetooth (pas la peine de viser un capteur), est grande et longue. En complément d’une recharge de sa batterie intégrée avec prise USB-C, elle est équipée d’un capteur solaire ! C’est la première fois que je vois cette ingénieuse intégration sur ce genre d’appareil. Je relève aussi les touches d’accès direct à Netflix, Deezer, Prime Video, YouTube, KiD et Disney+.

Menus et options de réglages

L’interface propriétaire Vidaa 6 est commune aux téléviseurs de la marque. Elle offre un magasin d’applications dédiées et de nombreuses options et chaînes de streaming déjà installées. Le choix des sources permet d’avoir accès à l’excellent lecteur médias intégré dès que vous connectez une clé USB ou un disque dur au nouvel Hisense. Pour les fonctions intelligentes, tout y est ; le PX3 Pro bénéficie d’une longue expérience du constructeur en la matière.

Test Hisense PX3 Pro
Menu Vidaa Hisense PX3 Pro

Mais passons plutôt à ma partie favorite : celle dédiée aux modes images disponibles et aux possibilités de calibrage. Le projecteur dispose de tous les outils et options qu’attendent tous les calibreurs professionnels et amateurs pour corriger les couleurs et les faire correspondre à la volonté du réalisateur du film et à ce qu’il a demandé à son directeur de la photographie.

En sortie de boîte, les options proposées sont pour les signaux SDR : « standard, filmmaker, cinéma jour, cinéma nuit, dynamique, sport ». Elles sont ensuite déclinées en modes dédiés pour les sources HDR et HDR10+ et réduites pour les programmes Dolby Vision. Le PX3 Pro rejoint ainsi le club très, très restreint des appareils compatibles avec tous les types de programmes 4K.

La plupart des modes sont entièrement éditables et il est possible de demander au PX3 Pro d’appliquer les corrections à un seul mode ou à tous.

Test Hisense PX3 Pro
Menus Hisense PX3 Pro

Pour calibrer cet appareil avec une précision conforme aux standards de la Professionnal Video Alliance (PVA), Hisense met à ma disposition un réglage 2 ou 20 points de l’échelle de gris, des températures de couleurs prédéfinies, des niveaux de Gamma étalonnés en usine mais aussi, et c’est plus rare actuellement, un éditeur de Gamma. La gestion du laser est fine sur une échelle de 1 à 10 et on dispose aussi de deux modes d’accroissement de la luminosité.

Le choix du Gamut est laissé à l’utilisateur (rec.709, DCI-P3, rec.2020) ou automatisé. Le PX3 Pro offre aussi un CMS complet sur les 3 dimensions du Gamut (teinte, luminosité et saturation) avec, en complément, un réglage dédié des tons chair. Ne cherchez pas la petite bête, tout est là ! Ce projecteur s’adresse aussi bien aux non spécialistes qu’aux calibreurs professionnels. Les différents menus de réglages peuvent être déplacés en haut ou en bas de l’image pour ne pas venir interférer dans le champ de mesures de la sonde. C’est top et ça démontre que les concepteurs de ce modèle ont pensé à tout !

Je profite de l’occasion pour rappeler qu’on ne mesure, ni ne calibre un projecteur laser ou triple laser avec les sondes spectrophotomètre ou colorimètre d’entrée de gamme. Il faut utiliser un spectrophotomètre avec une précision de 2 nm pour pouvoir lire toute la gamme du spectre étroit des sources laser.

Pour les options supplémentaires, il faut bien sûr souligner la présence d’un mode d’interpolation d’images sur sources SDR et HDR et d’une gestion dynamique du contraste sur 3 niveaux de fonctionnement (bas, moyen et haut).

Avis technique

Bruit de fonctionnement et qualité du système sonore intégré :

Le précédent modèle (PX2 Pro) était très bruyant ; le PX3 Pro est bien meilleur sur ce point. En ayant pris soin de vérifier le bruit résiduel de ma pièce projecteur éteint (34,7 dB), je relève 36,6 dB à pleine puissance de laser, soit un accroissement limité à 1,9 dB. Je ne dirai pas que ce nouveau modèle est le projecteur le plus discret, mais son bruit de ventilation reste contenu et jamais dérangeant pour moi.

Quant au système sonore Harman Kardon présent dans les entrailles de l’appareil, sa dynamique et sa précision permettent de se passer d’un système home cinéma séparé. C’est net, précis et avec du coffre. On atteint ici les mêmes niveaux de qualité audio que les meilleurs du segment comme Formovie (Bowers et Wilkins) ou Epson (Yamaha).

Consommation électrique :

À pleine puissance de laser et avec l’option « High Brightness » active, la consommation électrique du PX3 Pro culmine à 180W. Elle s’abaisse à 129W avec le laser à puissance minimum.

Test Hisense PX3 Pro
Consommation électrique Hisense PX3 Pro

Au passage, avec ces mesures, je peux déjà deviner que les promesses de 2400 lumens (et encore moins 3000 lumens) ne seront pas au rendez-vous.

Piqué, précision et laser fringe :

Un défaut commun aux projecteurs triple laser est la présence de débordements de couleurs sur les bords à fort contraste comme les lettres, par exemple (laser fringe). Ce phénomène est causé par les différentes propriétés de réfraction de la source de lumière RVB. Ils nuisent à la sensation de netteté globale de l’image. Hisense a pratiquement éliminé ce problème sur le PX3 Pro, en tout cas à un niveau bien inférieur à celui de modèles comme Awol, JmGO et autres emprunteurs de la technologie TriChroma.

AWOL LTV-3000 Pro
Exemple de Laser fringe sur un projecteur Awol LTV 3000 Pro

Le résultat produit sur la netteté est excellent et permet au nouvel Hisense d’afficher une image découpée au rasoir en SDR et HDR sans traces d’aberrations chromatiques, au centre et sur les bords.

Toutefois, en appliquant à ce projecteur DMD 0,47 le test de l’image 4K avec les 11 lignes affichées qui doivent apparaître avec un liseré blanc de séparation, le traitement XPR démontre encore une fois ses limites en étant dans l’incapacité de les différencier (mais c’est le cas pour tous les DLP 4K XPR 0,47).

Test Hisense PX3 Pro
Test 4K différenciation lignes

Le PX3 Pro dispose d’une option « super résolution » qui est censée booster la netteté perçue, mais je recommande de la laisser désactivée. D’une part parce que le piqué est très bon sans, et ensuite parce qu’elle génère plus de défauts visuels que d’améliorations.

Fluidité :

Sans l’interpolation d’images active, j’ai du mal à supporter les traces de judder présentes, mais par bonheur, les nombreux niveaux de réglages de l’aide à la fluidité permettent d’annihiler toute volonté de renâcler en redonnant de la précision dans les travellings. La présence d’une option de niveau d’intervention de l’interpolation d’images arrivera à convaincre les plus réticents à cette technique, car elle permet d’obtenir un équilibre entre naturel de l’image et fluidité (pas de 1 à 10).

Overscan, bordure grise :

Test Hisense PX3 Pro
Overscan Hisense PX3 Pro

Le réglage de cropping (overscan) est désactivé par défaut, attesté par ma mire 4K dédiée. Donc, à moins de vouloir perdre des parties de votre image, laissez-le inactif. La trace laissée par les micro-miroirs inactifs autour de l’image « utile » typique des puces DMD 0,47 avec sa largeur de 2 centimètres est présente, mais grâce, je suppose, au très bon contraste du PX3 Pro, elle apparaît plus sombre que grise.

Input lag :

La présence d’une option spécifique de réduction de l’input lag permet d’obtenir un niveau de lag réduit à 17,6 ms sur un signal UHD à 60Hz. Dans ces conditions, cette nouvelle référence pourra présenter un réel intérêt pour les adeptes de jeux en réseau pour lesquels le temps de réponse de l’affichage est crucial.

Test Hisense PX3 Pro
Input lag mode jeu actif Hisense PX3 Pro

Speckle laser :

Que ce soit avec mon écran blanc de référence ou avec ma toile technique Celexon Home Cinema Plus, je n’ai pas constaté la présence de speckle laser.

Colorimétrie et Gamma :

À noter que j’utilise pour mes mesures et calibrage la version professionnelle du logiciel Calman et que, depuis peu, la société qui le développe a intégré les téléviseurs Hisense (2024) pour une option autocal en liaison avec des sondes de mesures pour un calibrage assisté 1D et 3D Lut des écrans plats du constructeur. J’ai demandé s’ils envisageaient une extension de cette option à leurs projecteurs (mais sans réponse pour le moment).

En tout cas, il y a un gros écueil, car Calman commercialise une solution complète avec une sonde tristimulus et un générateur de mires dédié, mais la sonde fournie dans ces combos d’entrée de gamme est inadaptée pour calibrer un projecteur laser. En revanche, par curiosité personnelle, je serais curieux d’entamer un challenge personnel entre une version réalisée par l’autocalib avec mes sondes de mesures et un calibrage manuel que j’aurai effectué. (fin de la parenthèse).

Je ne mesure nullement les 120 % de couverture rec.2020 mais un très bon 96,24 % après calibrage. En fonction des modes, vous pouvez atteindre 98 % des références rec.2020, mais avec un écart deltaE supérieur à 3. Pour l’espace couleurs DCI-P3, le nouvel Hisense les dépasse en atteignant 140 % de ce Gamut.

En sortie de boîte, si vous ne pouvez faire calibrer le PX3 Pro sérieusement, il faudra utiliser les modes « Filmmaker, Cinéma jour et nuit ». Ils offrent une température de couleurs proche de 6500K mais avec des écarts deltaE qui dépassent 3. Cela reste toutefois supportable pour quelqu’un qui n’est pas attaché à la précision fidèle des couleurs. Pour les puristes, il faudra vous adresser à un professionnel doté de l’expérience et du matériel de mesures adaptés pour un projecteur laser.

Ainsi, en utilisant le réglage de l’échelle de gris sur 20 points et le CMS intégré, j’ai réussi à obtenir une température de couleurs de 6550K avec un écart deltaE réduit à 0,8 (les certifications PVA demandent un écart deltaE inférieur à 2) et un Gamma correctement positionné à 2,2. Pour les saturations, la moyenne deltaE est de 1.

Test Hisense PX3 Pro
Saturations post calibrage SDR PX3 pro

Gestion HDR, HDR10+, Dolby Vision :

Pour afficher correctement les contenus HDR, l’image des projecteurs doit être ajustée de manière dynamique afin que l’image soit correctement exposée. Cela nécessite des algorithmes complexes dans le traitement du signal, qui garantissent que chaque scène est représentée de manière optimale. Cette fonction est prise en compte par un Dynamic Tone Mapping propre à Hisense, qui a réussi à me bluffer car il est possible d’arriver à une courbe EOTF qui nécessite peu de corrections. Je suis parti du mode standard pour arriver à un calibrage HDR avec un écart deltaE réduit à 1,1 pour l’échelle de gris et 0,5 pour le CMS. La courbe EOTF colle parfaitement à la valeur de référence.

Test Hisense PX3 Pro
Pré calibrage HDR Hisense PX3 Pro
Test Hisense PX3 Pro
Post calibrage HDR PX3 Pro

Le PX3 prend en charge Dolby Vision (ainsi que HDR10+), mais là encore, il faudra légèrement intervenir pour configurer manuellement les modes Dolby Vision et HDR10+ (point blanc et CMS), mais tout comme pour les sources HDR10, le projecteur dispose de tout ce qu’il faut dans ses menus pour y arriver.

Contraste et luminosité :

Toutes mes mesures sont prises sonde orientée vers mon écran blanc de référence. En ce qui concerne la luminosité, cela permet de voir quel est le niveau réel obtenu en réflexion. C’est-à-dire quel niveau de lumens va réellement parvenir à votre œil en regardant votre écran. En effet, certains vont mesurer la luminosité avec le capteur orienté vers le projecteur, mais à moins de vouloir vous brûler la rétine, ce n’est pas de cette manière que vous allez regarder votre film !

Test Hisense PX3 Pro
Tableau contraste luminosité PX3 PRO

Donc, en dirigeant ma Klein K10A profilée au moment du test à partir d’un spectrophotomètre Jeti 1501 Hi Res, le niveau maximum de luminosité atteint avec toutes les options d’accroissement actives est de 2138 lumens dans le mode cinéma jour. Donc, en dessous des 2400 lumens de la fiche produit. Le souci, c’est qu’en activant l’option « Brightness enhancement » qui dispose de deux niveaux « low et high », vous allez vous retrouver au choix avec une image bleue « low » ou une image verte « high ». Donc, le surcroît mesuré de lumens ne sera d’aucune utilité pour une utilisation home cinéma.

Il vaut mieux se concentrer sur les mesures obtenues avec des couleurs calibrées, et ainsi, je relève 1333 lumens, ce qui permet de projeter une image au format 16/9ème de 3,70 m de base en conservant une luminance de 16 fL et 2,90 m avec 26 fL en 4K HDR. Ces valeurs sont obtenues avec un écran blanc de Gain 1. Si vous utilisez un écran technique, il faudra diviser celles-ci par la valeur de Gain de votre toile.

Globalement, je ne crois pas du tout aux 3000 lumens annoncés par le constructeur car ils sont conditionnés à l’activation de l’option « Brightness enhancement » qui est inutile si vous envisagez de regarder votre film ou votre série dans de bonnes conditions. Je précise également que les dérives bleues « low mode » et vertes « high mode » ne peuvent être ramenées à des valeurs acceptables par calibrage.

En ce qui concerne le contraste natif, il faut reconnaître que les projecteurs ALPD ne sont plus les rois de la montagne dans la catégorie des UST DLP laser. Le PX3 Pro dans tous ses modes usines arrive à fournir peu ou prou 3000:1 de contraste natif.

Test Hisense PX3 Pro
Luminosité et contraste HDR Hisense PX3 Pro

Je positionne dans mes tests la valeur de noir (en cd/m²) obtenue avec les différents modes. Cette valeur est un indicateur précieux de la capacité d’un diffuseur à reproduire des scènes sombres avec profondeur et des noirs convaincants. Si le chiffre mesuré est de 0,0xxx (ce qui est le cas du PX3 Pro avec 0,057 cd/m² post calibrage), vous pouvez déjà vous dire que pour le contraste, ça va bien se passer ! En revanche, si la valeur mesurée est de 0,1 et au-dessus, il faudra vous limiter à des retransmissions sportives, à des dessins animés, mais oublier sérieusement les Alien, Harry Potter et autres films avec moult passages sombres.

Test Hisense PX3 Pro
Contraste natif post calibrage SDR Hisense PX3 Pro

Avis subjectif

En vieux routard de la projection à domicile, les claques visuelles sont de plus en plus rares, à contrario des déceptions qui ont tendance à se multiplier. Le PX3 Pro fait, lui, partie de la frange des distributeurs de baffes ! Si les résultats visuels sont déjà très bons avec mon écran blanc de référence que j’utilise pour mes mesures, je suis passé sur mon écran Celexon Home Cinéma Plus grâce à sa toile qui sublime la précision de l’image et dans le même temps me donne l’illusion avec le nouvel Hisense d’avoir un écran OLED de 100 pouces de diagonale.

Par curiosité, j’ai visionné la version Blu-ray de Back to Black en 1080p que je viens de recevoir et que je voulais parcourir rapidement avant de passer à mes extraits d’évaluation actuels, mais je n’ai pas pu décrocher, envoûté par la beauté de l’image mais aussi bien sûr par la musique (admirablement restituée par le système Harman Kardon).

J’ai tenté de capturer la beauté de l’instant, mais c’est toujours aussi compliqué de photographier un projecteur triple laser sans avoir une dominante rouge à l’image qui n’existe pas dans l’image calibrée projetée. Bref, le PX3 Pro est bien un diffuseur 4K HDR, mais la mise à l’échelle, la dynamique, le contraste, mais la restitution de ce film SDR n’a rien à envier aux sources à haute dynamique.

Je suis ensuite passé sur le Blu-ray 4K de Gladiator pour évaluer le contraste visuel. La plupart des scènes sous les tentes avec l’empereur et Maximus concentrent des arrière-plans sombres mélangés avec des éléments lumineux (bougies, lumière du jour qui passe par une ouverture, etc.). Le PX3 Pro est parfaitement à l’aise avec ces passages difficiles à retranscrire pour la plupart des projecteurs DLP 0,47 et leur niveau de noir trop élevé.

Pour moi, les options de contraste dynamique disponibles n’ont aucun intérêt au regard de l’excellente tenue du contraste natif.

Test Epson EH-LS12000B : l’avis de Grégory.Je vais en faire crier certains, mais j’assume totalement ce que je vais écrire car j’ai le projecteur à domicile : aucun projecteur mono laser actuel chez EPSON, JVC ou SONY n’arrive à la cheville des couleurs que le PX3 Pro délivre. Aucun de ces appareils haut de gamme n’arrive à produire l’intensité des couleurs restituées par le PX3 Pro. Il leur reste un niveau de contraste supérieur, mais celui du nouvel Hisense est amplement suffisant pour moi.

Conclusion

Voilà, il est temps de formuler ma conclusion et mon évaluation finale du Hisense PX3 Pro en vérifiant avec vous quelles cases il coche dans ma liste du projecteur idéal :

  • Un bloc optique à ultra courte focale (0,23:1 au maximum) : validé
  • Une puce DMD 0,65 : non validé
  • Un bon contraste natif : validé
  • Une colorimétrie fidèle avec des options de calibrage complètes : validé
  • Une source lumineuse triple laser sans laser speckle et laser fringe : validé
  • Des fonctions smart TV faciles à appréhender et qui intègrent directement tous les programmes de streaming légaux disponibles : validé
  • Un lecteur médias qui décode tous les principaux formats du moment : validé
  • Un système sonore intégré de qualité : validé
  • Plusieurs prises HDMI 2.1 : validé
  • Le Bluetooth, le Wi-Fi : validé
  • La discrétion de fonctionnement : validé
  • Une consommation électrique contenue : validé
  • La compatibilité avec tous les formats à haute dynamique actuellement disponibles : HDR10/HLG, HDR10+ et Dolby Vision : validé

Sur 13 critères indispensables pour mon projecteur idéal, l’Hisense PX3 Pro en coche 11,5 (la discrétion de fonctionnement pourrait être meilleure). Vous conviendrez avec moi que, si la perfection n’est pas atteinte, elle a été frôlée de très près. C’est pour ces raisons que je délivre le très rare et très convoité double Gold Award mondoprojos.fr au triple laser PX3 Pro d’Hisense dont les concepteurs ont effacé tous les points faibles qui me gênaient sur les générations précédentes.

Il n’est pas aussi lumineux que l’autre UST double Gold Award de mondoprojos.fr (le Formovie Theater) et est bien plus cher (3699€ non calibré contre 2799€ calibré), mais il offre un espace couleurs bien plus large et est le seul des deux à supporter l’intégralité des formats 4K HDR actuellement disponibles !

Voilà, c’est toujours un plaisir pour moi de tester des vidéoprojecteurs qui atteignent ce niveau de qualité. Au-delà des mesures et relevés, au final, c’est le plaisir visuel que l’on éprouve avec nos films et séries préférées qui reste le moteur de notre passion commune. Le PX3 Pro est le fruit d’un vrai travail d’orfèvre pour pouvoir s’y adonner. Bravo Hisense, qui, après le C1 et le PL1, continue à nous régaler.

ENGLISH VERSION

HISENSE PX3 PRO REVIEW

If you read my articles regularly, dear readers, you know that my love for cinema has led me, for over 25 years now, to embrace projectors in an attempt to recreate the big screen experience of our multiplexes at home. With technological advancements, traditional long-throw models have been replaced by smart ultra-short throw laser devices. While I continue to test many new models, I must confess my current preference for projection with minimal throw distance. This personal preference, combined with a booming market in this segment, has led me to test more and more UST (Ultra Short Throw) projectors.

In this context, I will attempt to list everything I expect to find in the ideal UST projector. Please note, this is based on my opinion and expectations formed over many years of testing and calibrating, influenced by my love for a great image, namely faithful and rich colors, good contrast, and superb precision.

So, in my ideal projector, there are :

  • An ultra-short throw optical block (0.23:1 at most)
  • A 0.65 DMD chip
  • Good native contrast
  • Accurate colorimetry with comprehensive calibration options
  • A triple laser light source without laser speckle and laser fringe
  • Easy-to-use smart TV functions integrating all available legal streaming programs
  • A media player that decodes all major formats
  • A high-quality integrated sound system
  • Multiple HDMI 2.1 ports
  • Bluetooth and Wi-Fi
  • Quiet operation
  • Low power consumption
  • Compatibility with all currently available high dynamic range formats: HDR10/HLG, HDR10+, and Dolby Vision

These are my expectations for my ideal projector. You’ll notice that 3D Ready compatibility is not included; sorry, but once again, it’s my choice.

This necessary reminder is to explain the mindset in which I conduct this first online test of a Hisense PX3 Pro series (French version) and more generally all projectors entrusted to me for analysis!

What is it ?

The Hisense PX3 Pro is a DLP projector equipped with a triple laser light source (TriChroma, Hisense's term). In previous generations, PX1 Pro and PX2 Pro, this technical solution provided a wider Gamut than the ALPD 4.0 triple laser with a phosphor wheel but with half the native contrast. In the PX3 Pro, this is no longer the case. The strength of the TriChroma solution is maintained (100% rec.2020 coverage) while achieving native contrast that matches the Formovie Theater (3000:1). Of course, we are far from the contrast values achieved by large single laser models from JVC or SONY, but I can assure you that this sequential contrast value allows for very convincing blacks with great image depth. Note that these are the manufacturer’s figures, and we will see in the technical section if the promises are met.

Test Hisense PX1 PRO
Hisense Trichroma Laser

The DMD chip in the PX3 Pro remains at 0.47 format, thus with native Full HD resolution and XPR x4 processing that projects all the details of a UHD image at very high speed. This is not native 4K, but the illusion created for our eyes is very close, especially with the enhanced sharpness of this technology (compared to LCD, D-iLA, or SXRD).

The brightness is announced by the manufacturer at 2400 lumens after activating specific options that I will detail in the technical verdict section. I should mention that there are several versions of this model that may differ depending on the marketing territories. For instance, a PX3 with a TV tuner is already available in Germany but without 3D support. Another version with 3000 lumens brightness should soon be available in the United States. In short, I am testing the French 3D version without a TV tuner, announced on the manufacturer's website with a maximum of 2400 lumens and scheduled for release in September 2024 at a price of around 3600€.

The PX3 Pro is part of Hisense’s Laser Cinema projector family and not Laser TV. The distinction is important because, in the first case, you buy only the projector without a screen, and its image size is variable thanks to a motorized focus option (the manufacturer recommends a usage range of 90 to 130 inches diagonal). For the second category, it has always struggled to convince me that it belongs to the home cinema projector family. Indeed, Laser TVs are locked to a predefined image size and are sold with an associated screen. I hesitate because the principle of a projector is to have the choice of image size and screen (end of parenthesis).

It is also an all-in-one multimedia station that combines around the projector a Harman Kardon 2x20W sound system, a Vidaa 0.6 interface with direct support for all streaming channels (Netflix, Prime Video, MyCanal, Molotov, Disney+, Apple TV, Max, etc.). It gives access to AirPlay 2/Apple Home, Amazon Alexa, an internet browser, a UpnP (DLNA) multimedia gateway function, Wi-Fi and Bluetooth compatibility, and screen sharing.

Device presentation

The product’s aesthetics are a matter of personal taste, and I must admit that the exterior look of the PX3 Pro pleases me a lot with its silver casing and steel reflections. The front features two LED diodes on each end that turn off during projection.

Test Hisense PX3
Hisense PX3

The device is only 12 cm high, which is practical for integrating it easily into my special UST projector cabinet. Its dimensions are 55 cm long, 29.5 cm deep, and 12 cm high, with a weight of 9 kg.

HISENSE PX3 PRO
Rapport de projection Hisense PX3 Pro

Under the projector, there are adjustable feet with knobs on the sides of the device. It is possible to use a dedicated application to perfectly align the image to your screen format, but since this involves electronic keystone correction, I recommend focusing on the physical position of the projector to benefit from the best image precision possible.

The ultra-short throw optical block is motorized for focus management (projection ratio of 0.23:1).

Test Hisense PX3
Panneau arrière Hisense PX3

In terms of connectivity, there are three HDMI ports, two of which are 2.1 format with eARC and ALLM support, and an Ethernet port. One composite input, one RCA stereo output, one 3.5 mm stereo mini-jack output, one optical output, one USB port (a second one is available on the side under a casing edge), and an Ethernet port complete the available connections.

Test Hisense PX3
Télécommande Hisense PX3

The remote control, which thankfully operates via Bluetooth (no need to aim at a sensor), is large and long. In addition to recharging its built-in battery with a USB-C port, it is equipped with a solar sensor! This is the first time I’ve seen this ingenious integration on this type of device. I also note the direct access buttons for Netflix, Deezer, Prime Video, YouTube, KiD, and Disney+.

Menus and settings options

The proprietary Vidaa 6 interface is common to the brand’s televisions. It offers a dedicated app store and many pre-installed streaming options and channels. The source selection allows access to the excellent built-in media player as soon as you connect a USB stick or hard drive to the new Hisense. For smart functions, everything is there; the PX3 Pro benefits from the manufacturer’s long experience in this area.

Test Hisense PX3 Pro
Menu Vidaa Hisense PX3 Pro

But let’s move on to my favorite part: the available image modes and calibration possibilities. The projector has all the tools and options that professional and amateur calibrators expect to correct colors and match the director’s and cinematographer's vision.

Out of the box, the options offered for SDR signals are: "standard, filmmaker, cinema day, cinema night, dynamic, sport." They are then extended for HDR and HDR10+ sources and reduced for Dolby Vision programs. The PX3 Pro thus joins the very exclusive club of devices compatible with all types of 4K programs.

Test Hisense PX3 Pro
Menus Hisense PX3 Pro

Most modes are fully editable, and you can ask the PX3 Pro to apply corrections to a single mode or all.

To calibrate this device with precision in line with Professional Video Alliance (PVA) standards, Hisense provides 2- or 20-point grayscale adjustment, predefined color temperatures, factory-calibrated Gamma levels, and a rare Gamma editor. The laser management is fine on a scale of 1 to 10, and there are also two brightness boost modes.

The Gamut choice is left to the user (rec.709, DCI-P3, rec.2020) or automated. The PX3 Pro also offers a complete CMS on the 3 dimensions of the Gamut (hue, brightness, and saturation) with a dedicated skin tone adjustment. Don’t look for any flaws; everything is there! This projector is aimed at both non-specialists and professional calibrators. The various adjustment menus can be moved up or down the image to avoid interfering with the sensor’s measurement field. This is top-notch and shows that the designers of this model have thought of everything !

I take this opportunity to remind you that you should not measure or calibrate a laser or triple laser projector with entry-level spectrophotometer or colorimeter probes. You need to use a spectrophotometer with a 2 nm precision to read the entire narrow spectrum range of laser sources.

For additional options, it is worth noting the presence of an image interpolation mode for SDR and HDR sources and dynamic contrast management with 3 operating levels (low, medium, and high).

Technical review

Operating noise and integrated sound system quality :

The previous model (PX2 Pro) was very noisy; the PX3 Pro is much better on this point. Having taken care to check the residual noise of my room with the projector off (34.7 dB), I measure 36.6 dB at full laser power, an increase limited to 1.9 dB. I wouldn’t say that this new model is the quietest projector, but its ventilation noise remains contained and never bothers me.

As for the Harman Kardon sound system inside the device, its dynamics and precision make it possible to do without a separate home cinema system. It is clear, precise, and powerful. It reaches the same audio quality levels as the best in the segment, like Formovie (Bower and Wilkins) or Epson (Yamaha).

Power consumption :

At full laser power and with the "High Brightness" option active, the PX3 Pro’s power consumption peaks at 180W. It drops to 129W with the laser at minimum power.

Test Hisense PX3 Pro
Consommation électrique Hisense PX3 Pro

In passing, with these measurements, I can already guess that the promises of 2400 lumens (and even less 3000 lumens) will not be met.

Sharpness, precision, and laser fringe :

A common flaw in triple laser projectors is the presence of color bleed on high-contrast edges like letters (laser fringe). This phenomenon is caused by the different refraction properties of the RGB light source. They affect the overall sharpness of the image. Hisense has practically eliminated this problem on the PX3 Pro, at least to a level far below that of models like Awol, JmGO, and other users of TriChroma technology.

AWOL LTV-3000 Pro
Laser fringe on Awol LTV 3000 Pro

The result on sharpness is excellent, allowing the new Hisense to display a razor-sharp image in SDR and HDR without chromatic aberrations, both in the center and at the edges.

However, applying the 4K image test with the 11 displayed lines that should appear with a white separation border to this DMD 0.47 projector, the XPR processing again shows its limits by being unable to differentiate them (but this is the case for all DLP 4K XPR 0.47).

Test Hisense PX3 Pro
Test 4K différenciation lignes

The PX3 Pro has a "super resolution" option supposed to boost perceived sharpness, but I recommend leaving it disabled. On the one hand, because the sharpness is very good without it, and on the other, because it generates more visual defects than improvements.

Fluidity :

Without active image interpolation, I have trouble tolerating the judder present, but fortunately, the numerous levels of fluidity assistance settings eliminate any desire to grumble by restoring precision in pans. The presence of an image interpolation level option will convince the most reluctant to this technique as it allows for a balance between natural image and fluidity (from 1 to 10).

Overscan, gray border :

Test Hisense PX3 Pro
Overscan Hisense PX3 Pro

The cropping setting (overscan) is disabled by default, confirmed by my dedicated 4K test pattern. So, unless you want to lose parts of your image, leave it inactive. The trace left by inactive micro-mirrors around the "useful" image typical of 0.47 DMD chips with its 2 cm width is present, but thanks, I suppose, to the very good contrast of the PX3 Pro, it appears darker than gray.

Input Lag :

Test Hisense PX3 Pro
Input lag mode jeu actif Hisense PX3 Pro

The presence of a specific input lag reduction option allows for a lag level reduced to 17.6 ms on a UHD 60Hz signal. In these conditions, this new reference will be of real interest to network gaming enthusiasts for whom display response time is crucial.

Laser speckle :

Whether with my reference white screen or my Celexon Home Cinema Plus technical fabric, I did not notice any laser speckle.

Colorimetry and Gamma :

I should note that I use the professional version of Calman software for my measurements and calibration, and recently, the company developing it integrated Hisense TVs (2024) for an autocal option in conjunction with measurement probes for assisted 1D and 3D Lut calibration of the manufacturer’s flat screens. I asked if they were considering extending this option to their projectors (no response yet).

In any case, there is a significant issue, as Calman sells a complete solution with a tristimulus probe and a dedicated pattern generator, but the probe provided in these entry-level combos is unsuitable for calibrating a laser projector. However, out of personal curiosity, I would be interested in taking on a personal challenge between a version achieved by autocal with my measurement probes and a manual calibration I would perform. (end of parenthesis).

I do not measure the 120% rec.2020 coverage but a very good 96.24% after calibration. Depending on the modes, you can reach 98% of the rec.2020 references, but with a deltaE deviation greater than 3. For the DCI-P3 color space, the new Hisense exceeds it, reaching 140% of this Gamut.

Out of the box, if you cannot have the PX3 Pro seriously calibrated, you should use the "Filmmaker, Cinema Day, and Night" modes. They offer a color temperature close to 6500K but with deltaE deviations exceeding 3. This remains tolerable for someone not attached to color fidelity. For purists, you will need to contact a professional with the experience and measurement equipment suitable for a laser projector.

Test Hisense PX3 Pro
Comparaison pré et post calibrage 2 points SDR Hisense PX3

Thus, using the 20-point grayscale adjustment and the integrated CMS, I managed to achieve a color temperature of 6550K with a deltaE deviation reduced to 0.8 (PVA certifications require a deltaE deviation below 2) and a correctly positioned Gamma at 2.2. For saturations, the average deltaE is 1.

Test Hisense PX3 Pro
Saturations post calibrage SDR PX3 pro

HDR, HDR10+, Dolby Vision management :

To correctly display HDR content, the projector's image must be dynamically adjusted so that the image is properly exposed. This requires complex algorithms in signal processing, ensuring each scene is optimally represented. This function is handled by Hisense’s Dynamic Tone Mapping, which impressed me as it is possible to achieve an EOTF curve requiring few corrections. I started with the standard mode to achieve an HDR calibration with a deltaE deviation reduced to 1.1 for grayscale and 0.5 for the CMS. The EOTF curve perfectly matches the reference value.

Test Hisense PX3 Pro
Pré calibrage HDR Hisense PX3 Pro
Test Hisense PX3 Pro
Post calibrage HDR PX3 Pro

The PX3 supports Dolby Vision (as well as HDR10+), but again, you will need to make slight adjustments to manually configure the Dolby Vision and HDR10+ modes (white point and CMS), but just like for HDR10 sources, the projector has everything needed in its menus to get there.

Contrast and brightness :

All my measurements are taken with the sensor oriented towards my reference white screen. Regarding brightness, this allows us to see the actual level obtained in reflection, meaning the actual level of lumens reaching your eye when watching your screen. Indeed, some will measure brightness with the sensor oriented towards the projector, but unless you want to burn your retina, this is not how you will watch your movie!

Test Hisense PX3 Pro
Tableau contraste luminosité PX3 PRO

So, by directing my Klein K10A, profiled at the time of the test from a Jeti 1501 Hi Res spectrophotometer, the maximum brightness level reached with all boost options active is 2138 lumens in cinema day mode. So, below the 2400 lumens in the product sheet. The problem is that by activating the "Brightness enhancement" option, which has two levels, "low and high" you will end up with either a blue "low" image or a green "high" image. So, the measured lumen increase will be useless for home cinema use.

It is better to focus on the measurements obtained with calibrated colors, and thus, I record 1333 lumens, allowing for projecting a 16:9 image of 3.70 m base while maintaining a luminance of 16 fL and 2.90 m with 26 fL in 4K HDR. These values are obtained with a Gain 1 white screen; if you use a technical screen, you will need to divide these by the Gain value of your fabric.

Overall, I do not believe the 3000 lumens announced by the manufacturer because they are conditioned by activating the "Brightness enhancement" option, which is useless if you intend to watch your movie or series in good conditions. I also specify that the blue "low mode" and green "high mode" drifts cannot be brought back to acceptable values by calibration.

Regarding native contrast, it must be recognized that ALPD projectors are no longer the kings of the mountain in the UST DLP laser category. The PX3 Pro in all its factory modes manages to provide roughly 3000:1 native contrast.

Test Hisense PX3 Pro
Luminosité et contraste HDR Hisense PX3 Pro

I note in my tests the black level value (in cd/m²) obtained with the various modes. This value is a precious indicator of a display's ability to reproduce dark scenes with depth and convincing blacks. If the measured figure is 0.0xxx (which is the case for the PX3 Pro with 0.057 cd/m² post-calibration), you can already tell yourself that for contrast, it will be fine! On the other hand, if the measured value is 0.1 and above, you will need to limit yourself to sports broadcasts, cartoons, but seriously forget Alien, Harry Potter, and other films with many dark scenes.

Test Hisense PX3 Pro
Contraste natif post calibrage SDR Hisense PX3 Pro

Subjective opinion

As an old hand in home projection, visual slaps are increasingly rare, unlike disappointments that tend to multiply. The PX3 Pro is one of the slap distributors! If the visual results are already very good with my reference white screen used for my measurements, I switched to my Celexon Home Cinema Plus screen, thanks to its fabric that enhances image precision and simultaneously gives me the illusion with the new Hisense of having a 100-inch diagonal OLED screen.

Out of curiosity, I watched the Blu-ray version of Back to Black in 1080p, which I just received and wanted to browse quickly before moving on to my current evaluation extracts, but I couldn't stop, mesmerized by the beauty of the image but also, of course, by the music (admirably reproduced by the Harman Kardon system).

I tried to capture the beauty of the moment, but it is always as complicated to photograph a triple laser projector without having a red dominance in the image that does not exist in the calibrated projected image. In short, the PX3 Pro is indeed a 4K HDR projector, but the upscaling, dynamics, contrast, and the rendering of this SDR film have nothing to envy from high dynamic range sources.

I then moved on to the 4K Blu-ray of Gladiator to evaluate visual contrast. Most scenes under the tents with the emperor and Maximus concentrate dark backgrounds mixed with bright elements (candles, daylight passing through an opening, etc.). The PX3 Pro is perfectly at ease with these difficult passages to reproduce for most 0.47 DLP projectors and their too high black level.

For me, the available dynamic contrast options are of no interest compared to the excellent native contrast performance.

I will make some people scream, but I fully stand by what I am about to write because I have the projector at home: no current single laser projector from EPSON, JVC, or SONY can match the colors delivered by the PX3 Pro. None of these high-end devices can produce the intensity of the colors rendered by the PX3 Pro. They still have a superior contrast level, but the new Hisense’s is more than sufficient for me.

Conclusion

It is time to formulate my conclusion and final evaluation of the Hisense PX3 Pro by checking with you which boxes it ticks on my list of the ideal projector :

  • An ultra-short throw optical block (0.23:1 at most): validated
  • A 0.65 DMD chip: not validated
  • Good native contrast: validated
  • Accurate colorimetry with comprehensive calibration options : validated
  • A triple laser light source without laser speckle and laser fringe : validated
  • Easy-to-use smart TV functions integrating all available legal streaming programs : validated
  • A media player that decodes all major formats : validated
  • A high-quality integrated sound system : validated
  • Multiple HDMI 2.1 ports : validated
  • Bluetooth and Wi-Fi : validated
  • Quiet operation : validated
  • Low power consumption : validated
  • Compatibility with all currently available high dynamic range formats: HDR10/HLG, HDR10+, and Dolby Vision : validated

Out of 13 essential criteria for my ideal projector, the Hisense PX3 Pro ticks 11,5 (the quiet operation could be better). You will agree with me that if perfection is not achieved, it is very close. For these reasons, I award the very rare and highly coveted double Gold Award from mondoprojos.fr to the Hisense PX3 Pro triple laser, whose designers have addressed all the weak points that bothered me in previous generations.

It is not as bright as the other double Gold Award UST from mondoprojos.fr (the Formovie Theater) and is much more expensive (€3699 uncalibrated versus €2799 calibrated), but it offers a much wider color space and is the only one of the two to support all currently available 4K HDR formats!

It is always a pleasure for me to test projectors that reach this level of quality. Beyond measurements and readings, ultimately, it is the visual pleasure we experience with our favorite movies and series that remains the driving force of our shared passion. The PX3 Pro is the result of real craftsmanship to indulge in this. Bravo Hisense, who, after the C1 and PL1, continue to delight us.


47 Commentaire(s)

  1. kub dit :

    Merci pour ce test. Tu ne donnes pas d’informations sur le recul nécessaire et la hauteur de l’image… par rapport au précédent modèle on se rapproche de l’écran mais la base de l’image est également plus haute. Tu confirmes?

    1. GregW dit :

      J’ai mentionné dans le test que le rapport de projection est de 0.23:1 il suffit de multiplier par la taille de l’écran pour obtenir le recul nécessaire.

  2. kub dit :

    C’est surtout sur la hauteur que portait ma question. La plupart des utilisateurs posent leur VP sur un meuble et plus la diagonale est grande, plus le risque d’atteindre le plafond est grand. Si la hauteur est augmentée sur ce modèle, c’est pour moi un point faible.

    1. GregW dit :

      C’est ajouté dans le test.

  3. Fred29 dit :

    Merci pour ce test que j’ai lu attentivement. Je recherche un UST avec support 3D: PX3-pro ou Nexigo Aurora pro ? L’écart de prix se justifie au vu des prestations du PX3-Pro selon toi ?

    1. GregW dit :

      Il suffit de regarder les notes finales des deux projecteurs pour comprendre qu’on est pas dans le même monde entre ces deux modèles :

      – Hisense PX3 Pro : 2 Gold Award
      – L’Aurora Pro : 1 Silver Award

      Ce dernier est un prime un Vava chroma avec un firmware en constate refonte (un bug en chassant un autre).

      Plus sérieusement Hisense est une marque sérieuse, présente en France, avec une interface digne et des fonctions smartTV dignes de ce nom. Sans compter toutes les quatres qualités et fonctionnalités que je détaille dans le test.

  4. Jerome dit :

    Merci Greg pour ce test très complet et bravo à Hisense pour la réussite de ce produit qui en comblera certainement plus d’un, bon week-end 😉

  5. Ced2R dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce test
    Sur le Celexon, les noirs sont plus assombris sur le FMT et non sur le AWOL, est-ce le cas sur le PX3 ou pas ? Merci 😉

  6. OPH45 dit :

    Bjs Gregory, Merci pour ce merveilleux test, je vois que ce vidéoprojecteur est au top.. Je possède le Nexigo Aurora pro, mais je vais m’orienter vers le PX3 Pro, dommage que sa sortie ce ne fera qu’en septembre . Je pense que cela sera un bon cadeau anniversaire.

  7. Ced2R dit :

    J’envisage d’acheter le PX3 (modèle non Pro et avec tuner TV, vendu en Allemagne à 2999€) est-ce qu’un calibrage sur le Celexon est possible avec envoi du VP chez vous ? Merci

  8. parouti dit :

    C’est du au fait que c’est un UST que son contraste est 3 fois supérieur aux projecteurs a focale normale ?
    Donc si on veut du bon contraste dans une salle dédiée noire et ne pas avoir du gris projeté quand l’image est noire, il faut du UST ?

    1. GregW dit :

      Tout à fait seul les UST arrivent à ce niveau de contraste avec la puce DMD 0,47.

  9. Tiennoux dit :

    Super test, un vrai plaisir à lire. Pour une pièce de vie aux murs blancs et en visionnage le soir avec le PX3 Pro le Celexon HomeCinema Plus CLR fera l’affaire ? C’est le premier setup que je veux m’acheter mais je suis pas encore très à l’aise avec les écrans donc désolé si la question est bête. Merci à toi.

    1. GregW dit :

      Bonjour et merci pour ton commentaire. C’est une superbe combinaison pour ton environnement.

  10. Tiennoux dit :

    merci beaucoup!!

  11. gag dit :

    Bonjour Greg, Merci pour ce test très bien écrit cela donne envie…
    Quelques questions/remarques:
    Tu recommandes un écran blanc ou gris compte tenu du te bon contraste et de la luminosité moyenne?
    Tu te referes toujours au bruit de ta pièce pour comparer avec le bruit du projecteur, j’ai du mal à comprendre l’intérêt car pour moi seul le bruit absolu du vp compte. On peut très bien habiter à côté d’une autoroute ou dans une grotte. Chez moi je mesure 31 db d’avec ma pièce en bruit résiduel. Ça veut dire que potentiellement le vp serait bruyant pour moi?
    J apprecie énormément avoir un ust avec un mode qui améliore la luminosité au détriment de la justesse colorimétrique, cela permet de regarder journal tv, sport ou de mettre les enfants devant un dessin animé sans avoir à faire l’obscurité dans le salon. C’est un usage différent réserve à ces cas de figure uniquement. Je pense que c’est bien de l’avoir comme une option, en fonction de ce que l’on regarde.

    1. GregW dit :

      Les deux mon colonel 😉 Mais comme le l’indique dans le test on va encore plus loin avec la Celexon.

      Alors je ne sais pas comme c’est chez toi mais ma maison est à la campagne au calme et de 34 à 35 dB dans ma pièce et bien c’est qu’ il n’y a aucun bruit si ce n’est celui de ma respiration
      (faudra que j’essaye de prendre mes prochaines mesures de bruit en apnée 😉).

  12. Jyde314 dit :

    Merci Gregory pour ce nouveau super test qui ajoute un nouveau modèle tout en haut de la liste des VP qui cochent toutes les cases ou presque.
    Je partage presque entièrement tes critères, pour la partie sonore j’ai un bon 5.1, je me demande quel est le surcoût d’un tel système / collaboration ? Et impact sur le volume, taille de l’engin…
    Idéalement, il y aurait 2 versions, une avec et une sans. Une autre piste serait de permettre d’utiliser ce système comme enceinte centrale (de loin la plus difficile à intégrer) d’un 5.1 vu que déjà juste en face sous l’écran.
    Sinon bravo Hisense, encore plus hâte de découvrir le PL2, sur mondoprojos bien sur et après des vacances bien méritées ! 🙂

  13. parouti dit :

    c’est possible qu’avec une puce dmd 0.65; un projecteur a focale normale ait aussi un contraste 3000:1 ?

  14. darksider84 dit :

    Super test ! Merci Grégory ! Alors au final formovie theater ou px3 pro ?

    1. GregW dit :

      Bonsoir, ma réponse est dans la conclusion du test.

  15. darksider84 dit :

    Possible de le faire calibrer part tes soins ? Avec un écran nothing projector ça ira encore mieux ? Merci

    1. GregW dit :

      Bonsoir, oui mais à partir de septembre 2024.

  16. mat123 dit :

    Bonjour,
    Merci encore pour ce test très précis !
    J’avais acheté le philips screeno U5 suite à votre test de la version de pré-série parce que c’était un des premiers à être compatible tout format hdr et compatible 3d. Il était assez bien noté sans avoir de gold award. Son principal défaut pour moi est son rendu des noirs (malgré l’écran technique qui va bien).
    La question est, vu les tests du px3 pro (tres bon sur ce point et sur les autres), est-ce que la différence peut justifier le fait de l’acheter pour remplacer ne screeneo ou la différence reste subtile ?
    Un grand merci encore !

    1. GregW dit :

      Bonsoir,

      La différence est notable et le passage de l’un à l’autre apportera un bon qualitatif indéniable pour les raisons soulignées dans le test.

  17. mat123 dit :

    OK, parfait, merci beaucoup !

  18. Fkl dit :

    Bonjour Gregory, les artefacts de l’interpolation d’image sont peux nombreux? la raison principale de ma séparation avec le HU710….

    1. GregW dit :

      Pas de souci en utilisant la réglage fin pas à pas.

  19. sdowley dit :

    Bonjour Gregory,

    Merci pour votre dévouement continu au home cinéma et pour cet excellent test et revue du PX3. C’est le premier véritable concurrent au règne du Formovie Theater. Je me demande comment ils vont réagir..?

  20. docc76 dit :

    Bonjour bon test comme d habitude. Au niveau piqué netteté enfin sensation d image 4k il se situe comment face au C2 ou plus au niveau du théâtre?

    1. GregW dit :

      Il est très bon sur ce critère aussi en faisant attention de désactiver le mode super résolution comme je l’indique dans le test.

  21. javieram86 dit :

    Merci beaucoup pour le test. Très interessant. Je suis un de vos nouveaux adeptes et je suis très intéressé par l’achat de ce nouveau projecteur pour remplacer mon téléviseur actuel. Il me faudrait clarifier certains doutes :

    – Combien de temps faut-il pour s’allumer ? J’aimerais savoir si l’allumage prend plus de temps qu’un téléviseur.
    – Dans le Test je ne vois aucune évidence concernant la 3D (je comprends que cela ne vous intéresse pas). Pourriez-vous commenter ou faire des tests sur la 3D ? Est-ce de la 3D active ou passive ?

    merci beaucoup (excusez mon français)

    1. GregW dit :

      Bonjour,

      C’est de la 3D active DLP-Link. Je ne teste pas
      la 3D depuis plusieurs années, ce format est mort et ne m’intéresse pas.

      Pour l’allumage il se fait en moins de 10 secondes et l’extinction est immédiate.

  22. Nawako dit :

    Bonjour Grégory,
    J’ai acheté mon projecteur en 2020 suite à vos tests (un Xiaomi Mijia 1S 4K).
    Aujourd’hui, je souhaite amélioré mon installation, est-ce que le HiSense PX3 Pro aura une différence notable ?
    Quel écran de projection conseillez-vous pour une installation au plafond avec un vidéoprojecteur UST accroché au plafond (j’ai un AlphaVision, toile simple SlenderLine actuellement). L’écran a quelques critères qui fait que je me perds un peu : il faut qu’il soit tensionné, adapté UST, motorisé et montage compatible plafond.
    Merci d’avance, et bravo pour la qualité de rédaction de vos tests français / anglais.

    1. GregW dit :

      Bonjour, oui la profession entre les deux modèles est importante. Le Xiaomi n’est que mono laser et ne peut afficher toute la gamme des couleurs d’une triple laser comme le PX3 Pro.
      Il faudrait voir de côté de chez Celexon et trouver l’équivalent de la toile Homecinema Plus que j’ai testé et déterminer si elle existe dans la version que vous cherchez.

  23. javieram86 dit :

    Merci pour votre réponse. Autre question : qu’en est-il des assistants vocaux ? Est-ce qu’il prend en charge Alexa ou Google ?

    1. GregW dit :

      Alexa oui, il me semble qu’il y en a un second mais là encore, ce sont des fonctions que je n’utilise pas.

  24. parouti dit :

    merci encore pour le test !
    pensez vous que dans le futur proche on pourrait voir un projecteur avec un contraste aussi bon dans une focale normale notamment grace a dmd 0.65 ?

  25. Bobolog dit :

    Merci Grégory pour ce test qui donne très envie
    À quel point la technologie utilisée ici est-elle génératrice d’effet d’arc-en-ciel ?

  26. Przemek dit :

    donc après calibration, c’est essentiellement Hisense PL1 avec un espace de couleur plus large, presque tout le reste est identique

    1. GregW dit :

      Heu… Non pas vraiment

      – DTM efficace
      – Meilleur contraste natif
      – Meilleur son
      – Meilleur input lag
      – Rapport de projection plus court (celui du PL1 peut être gênant, c’était le cas dans mon installation)

      Et oui pour le Gamut plus large et c’est loin d’être anecdotique.

  27. TiGabi dit :

    Bonjour. La version disponible en Allemagne est elle équivalente à celle de ce test ? Peut on le configurer en français ? Ou vaut il mieux attendre septembre pour une version française ? Merci

  28. paco dit :

    La version que l’on trouve en Allemagne est le PX3 il n’a pas la dénomination pro, il est pourvu d’un tuner TV , n’a pas de 3D annoncé a 2800 ansi

  29. FaCh dit :

    Bonjour Gregory, jusqu’à aujourd’hui aucun VP n’avait pu me faire quitter mon excellent BenQ W5700. Aujourd’hui ce Hisense PX3 serait-il enfin celui qui me fera passer à l’UST sans perdre au change en terme de qualité d’image ?

    1. GregW dit :

      Bonjour, le BenQ est dépassé dans de nombreux domaines par l’Hisense PX3 : qualité d’image dans un premier temps en raison d’un contraste et de couleurs que le W5700 n’est pas en capacité de produire (et de loin !). Sans parler du son, des fonctions smartTV. Le BenQ fera pâle figure en face d’un UST triple laser comme le PX3 Pro ou le Formovie theater.

  30. FaCh dit :

    Bonjour Gregory, je m’attendais effectivement à une réponse de ce type mais je te remercie de me réconforter dans mon choix de m’orienter vers ce modèle. La transition est imminente !! Très bel été à toi et à tou(te)s les forumeurs 🙂

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires


Catégories

ActualitésGuide d'achatNon classéTests vidéoprojecteurs & toiles